Légère hausse du tarif du dégroupage : l’Arcep ne voulait pas de « rente temporaire au profit d’Orange »

Pour tenter d’inciter les Français à basculer du réseau ADSL/VDSL2 (cuivre) vers le réseau FTTH (fibre), le régulateur propose d’augmenter le tarif du dégroupage total que facture Orange – soit 1,1 milliard d’euros en 2019 – aux autres opérateurs télécoms qui louent la boucle locale téléphonique. Mais pas trop…

La rente historique de l’ex-France Télécom ne va pas grossir. Non seulement en raison d’une hausse très modérée du tarif 2021-2023 proposée par l’Arcep, mais aussi et surtout parce que le nombre de ligne en dégroupage total en France ne cesse de décliner. C’est ce que montrent les chiffres du rapport financier 2019 d’Orange (publié en avril dernier) : sur les 29,2 millions de lignes téléphoniques fixes gérées par l’opérateur télécoms historique (en baisse de 5,6 % sur un an, passant sous la barre des 30 millions), 9,7 millions d’entre elles étaient en dégroupage total (en chute de 9,9 % en an, passant sous la barre des 10 millions). Selon les calculs de Edition Multimédi@, le dégroupage total du réseau de cuivre a donc rapporté à Orange l’an dernier un total hors taxe de 1,1 milliard d’euros en 2019 (à raison de 9,46 euros par mois et par ligne), contre 1,2 milliard d’euros en 2018 (à raison de 9,31 euros par mois et par ligne).

Consultation publique jusqu’au 12 octobre prochain
Alors que l’ex-France Télécom, aujourd’hui dirigé par Stéphane Richard, réclamait une augmentation de deux à trois euros par ligne de cuivre louée, le régulateur des communications électroniques présidé par Sébastien Soriano (photo) ne lui a concédé un gain d’à peine une vingtaine de centimes d’euros : le tarif de chaque ligne téléphonique louée par les opérateurs alternatifs (SFR, Bouygues Telecom et Free principalement) à l’opérateur télécoms historique (aujourd’hui Orange) passera de 9,46 euros hors taxe par mois à 9,65 euros par mois pour la période 2021-2023 (après celle de 2018-2020 qui va s’achever). Toujours selon nos calculs, en tenant compte d’une probable baisse de 10 % du nombre de lignes en dégroupage total (à 8,7 millions de lignes), le chiffre d’affaires correspondant attendu pour l’an prochain serait de tout juste 1 milliard d’euros. Si l’Arcep n’a pas accédé à la demande du détenteur de la boucle locale de cuivre, c’est notamment parce qu’elle craignait « la création d’une rente temporaire au profit d’Orange » en cas Continuer la lecture

L’Allemagne légifère contre les abus des GAFAM

En fait. Le 2 septembre, l’Autorité de la concurrence allemande a publié son rapport annuel dans lequel son président Andreas Mundt et le ministre allemand de l’Economie Peter Altmaier se félicitent des projets d’amendements qui seront débattus au Parlement afin de mieux « combattre les abus » des Big Tech.

En clair. Ce sont des amendements allemands destinés à modifier le « German Competition Act » (GWB) qui pourraient avoir des répercussions sur toute l’Europe. Car l’Allemagne est non seulement un des piliers de l’Union européenne (UE), mais en plus pour six mois (de juillet à décembre 2020) le pays qui préside le Conseil des ministres de l’UE justement. D’autant que la Commission européenne prépare un Digital Services Act (DSA) responsabilisant plus les plateformes du Net (1). Ces amendements « antitrust numérique », approuvés par la chancelière Angela Merkel le 9 septembre, vont renforcer les pouvoirs de l’Office anti-cartel fédéral allemand (le Bundeskartellamt), vis-à-vis des GAFAM. Ces amendements vont maintenant devoir être votés par le Parlement.

L’Allemagne préside le Conseil de l’Union européenne jusqu’en décembre 2020
« L’Allemagne assur[e] la présidence du Conseil de l’UE (…). Nous aimerions profiter de cette occasion pour développer davantage le droit européen de la concurrence, en particulier en ce qui concerne la numérisation et l’économie des plateformes (…). Les modifications apportées à la loi allemande sur la concurrence (GWB) renforcent en particulier le rôle-clé du Bundeskartellamt dans la lutte contre l’abus de position dominante par les plateformes numériques et constituent ainsi un signal pour l’UE également », a prévenu le ministre allemand de l’Economie (2), Peter Altmaier (photo), dans un son « message de salutation » introduisant le rapport 2019 de l’autorité antitrust. C’est lui qui a confirmé en conférence de presse le 9 septembre l’approbation de ces amendements « anti-abus de position dominante numérique ». Dans Continuer la lecture

Fini la convergence entre les télécoms et les médias chez Altice, qui se sépare aussi de ses titres de presse

La filiale française du groupe de Patrick Drahi le déclare toujours dans ses communiqués, et ce depuis plus de deux ans que l’intégration de NextRadioTV est effective : « Altice France est le premier acteur de la convergence entre télécoms et médias en France ». Mais dans les faits, cette stratégie a fait long feu.

Cinq ans après avoir initié le rapprochement entre les télécoms et les médias, avec l’acquisition par Altice en juillet 2015 de 49 % à l’époque de NextRadioTV, le groupe de Patrick Drahi (photo) en est aujourd’hui à détricoter cette velléité de stratégie de convergence. Il y a deux ans, en avril 2018, l’intégration de la société d’Alain Weill avait finalement obtenu le feu vert du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), lequel avait préalablement validé la prise de contrôle par NextRadioTV de la chaîne Numéro 23 – rebaptisée par la suite RMC Story. Avec NextRadioTV (RMC, BFM TV, BFM Business, BFM Paris, RMC Découverte, …), le pôle médias d’Altice France – maison mère de SFR, deuxième opérateur télécoms français – rajoutait l’audiovisuel à son portefeuille déjà constitué alors de la presse écrite avec Libération et L’Express, rachetés respectivement en juin 2014 et février 2015. Depuis lors, la filiale française ne manque pas d’affirmer dans ses communications : « Altice France est le premier acteur de la convergence entre télécoms et médias en France ».

Altice n’est plus un groupe multimédia convergent
Même la holding – néerlandaise depuis près de cinq ans, après avoir été luxembourgeoise – y va encore aujourd’hui de son couplet sur la convergence : « Altice Europe, cotée sur Euronext Amsterdam (1), est un leader convergent dans les télécommunications, le contenu, les médias, le divertissement et la publicité ». La maison mère chapeaute aussi Altice Portugal (Meo, Fastfiber), Altice Israel (Hot) et Altice Dominicana (République dominicaine). Pourtant, la convergence télécoms-médias – avec laquelle Altice se sentait pousser des ailes – a du plomb dans l’aile justement. Patrick Drahi tourne le dos à son ambition de créer un groupe « convergent » et « multimédia ». Car si les télécoms lui permettent de rembourser progressivement sa lourde dette (31,2 milliards d’euros au 31 mars) avec d’importantes échéances d’ici 2025, il n’en va pas de même des médias qui lui coûtent plus qu’ils ne rapportent à Altice Europe. La convergence télécoms-médias était sérieusement bancale, en plus de ne pas être bankable. Et la récession économique Continuer la lecture

Xiaomi fête ses 10 ans d’existence en devenant 3e fabricant mondial de smartphones, devant Huawei !

Le « X » de BATX – désignant les géants chinois du Net, rivaux des GAFA – se sentait pousser des ailes, jusqu’aux turbulences planétaires du coronavirus. Xiaomi, cofondé le 6 avril 2010 par Jun Lei, a profité ces derniers mois des déboires de son compatriote Huawei. Au point de lui disputer sa place de numéro trois mondial des smartphones.

Xiaomi devant Huawei… C’est le site web chinois Sina qui l’a révélé le 19 mars dernier, chiffres inédits du cabinet d’études américain Strategy Analytics à l’appui. Ils montrent que Xiaomi est devenu, pour la première fois, le numéro trois mondial des ventes de smartphones sur le mois février. Son compatriote chinois Huawei, victime d’ostracisme de la part des Etats-Unis et d’autres pays « alignés » sur des prétextes de « sécurité nationale », s’est vu relégué à la quatrième place – après que la firme de Shenzhen ait caracolé sur l’année 2019 en deuxième position mondiale, derrière Samsung et… devant Apple. Ainsi, sous l’effet conjugué de la campagne anti-Huawei et de la pandémie du covid-19, Xiaomi a pu gagner une place en vendant sur le seul mois de février 6 millions de ses smartphones (reculant tout de même de 40 % en volume par rapport au mois précédent), contre seulement 5,5 millions pour Huawei (chutant, lui, de 55 % sur la même période). Devant Xiaomi, et toujours d’un mois à l’autre, Apple a fait 36 % de ventes en moins à 10,2 millions d’iPhone en février et Samsung 9 % en résistant le mieux en tant que numéro un mondial incontesté des smartphones (voir ici le tableau).

Xiaomi se retrouve juste derrière… Apple
Contacté par Edition Multimédi@, Neil Mawston, directeur exécutif chez Strategy Analytics, nous confirme que les chiffres révélés par Sina proviennent bien de sa dernière étude de marché, mais que celle-ci n’a jamais été rendue publique. Seule une vue globale a été divulguée, qui fait état de l’effondrement spectaculaire des ventes mondiales de mobiles en février, de 38 % sur un an, « la plus grande chute de l’histoire du marché mondial des smartphones ». Au regard de la volatilité du marché, il se veut néanmoins prudent : « La concurrence pour les cinq premières places dans les ventes mondiales de smartphones reste féroce. Les marques de smartphones peuvent souvent changer de position d’un mois à l’autre, ou d’un trimestre à l’autre. Le classement des smartphones ne reste jamais immobile ! ». La publication du Top 5 mondial des téléphones mobiles n’a donc jamais été aussi sensible, tant les rivalités entre les marques-monde s’exacerbent, sur fond de guerre des prix et de promotions à tout-va. Deux autres Continuer la lecture

Les opérateurs mobile virtuels (MVNO) ont 15 ans mais demeurent sous les 12 % de parts de marché

En France, les MVNO ont vraiment décollé en 2005 dans le sillage de trois pionniers – Transatel, Debitel et Omer Télécom. NRJ Mobile fut le premier à se déclarer en tant qu’opérateur auprès du régulateur. Depuis 15 ans, leur part de marché reste limitée, et Free n’en accueille toujours aucun.

Les derniers chiffres en date fournis par l’Arcep le montrent encore, 15 ans après leur apparition en tant qu’opérateur télécoms déclarés : les MVNO (1) peinent à s’acheminer vers les 12 % de parts de marché en France. A fin décembre 2019, les vingt-sept opérateurs mobile virtuels déclarés à ce jour auprès du régulateur des télécoms totalisent ensemble à peine plus de 8,4 millions de clients (2) sur un total de 74,5 millions d’abonnés (3) en France métropolitaine, soit actuellement une part de marché de 11,3 % seulement. La progression a été limitée à 0,4 points sur un an.

Condamnés à des marchés de niche
« Toutefois, malgré un nombre élevé de MVNO sur le marché, l’ensemble des opérateurs virtuels actuels compte tout de même moins d’abonnés que chacun des quatre opérateurs principaux », fait remarquer le courtier en télécoms Ariase. En effet, Orange compte 19,3 millions d’abonnés mobile, SFR 13,5 millions, Free Mobile 13,3 millions et Bouygues Telecom 10 millions. Les MVNO restent cantonnés à des marchés de niche, que cela soit auprès du grand public ou au service des entreprises. Au meilleur de leur forme, en 2014, la cinquantaine de MVNO d’alors affichaient 8,9 millions de clients, soit à l’époque 13 % du marché de la téléphonie mobile. Mais la montée en charge de Free Mobile lancée deux ans auparavant leur a coupé l’herbe sous le pied. Les trois opérateurs mobile historiques, eux, ont répliqué au « trublion des télécoms » en lançant leurs propres marques low-cost : Sosh d’Orange, B&You de Bouygues Telecom et Red de SFR.
Depuis les MVNO sont entre le marteau (les opérateurs de réseau mobile) et l’enclume (leurs marques low cost). D’une cinquantaine, les MVNO en France sont passés à une trentaine, en perdant au passage plus de 1 million de clients et deux points de part de marché. Il faut dire que les 2 millions de clients de Virgin Mobile (Omea Telecom, ex-Omer Télécom) ont été absorbés fin 2014 par SFR pour 325 millions d’euros, mettant un terme à l’aventure du premier MVNO français en taille (4). Carrefour a jeté l’éponge en 2012 en cédant ses clients à Orange (ralliés à Sosh) « Ceux qui réussissent à rivaliser avec les opérateurs historiques ou leurs marques low-cost se comptent sur les doigts d’une main. Tous les autres sont condamnés à la confidentialité, avec une clientèle très ciblée », constate François Le Gall, chef de produit chez Ariase. Au-delà du pionnier Transatel, que son président Jacques Bonifay (photo de gauche) a cofondé il y a 20 ans et qui est devenu il y a un an une filiale de l’opérateur télécom japonais NTT (voir encadré page suivante), d’autres MVNO se sont fait une place à l’ombre des quatre opérateurs mobile dominants. Il y a d’abord NRJ Mobile, CIC Mobile, Crédit Mutuel Mobile, Auchan Telecom (cédé par Auchan) et Cdiscount Mobile, tous faisant partie du groupe Euro-Information Telecom (EIT), filiale du Crédit Mutuel, qui a passé le cap des 2 millions de clients à l’automne dernier. Né en 2005 avec la marque NRJ Mobile, EIT s’appuie sur les réseaux d’antennes d’Orange, de Bouygues Telecom et de SFR ainsi que sur le maillage de distribution 4.455 points de vente des réseaux bancaires Crédit Mutuel et CIC, mais aussi sur du digital et de la grande distribution (enseignes Auchan et magasins indépendants), avec un service client de plus de 550 personnes.
De son côté, La Poste Mobile dispose aussi d’un réseau de distribution physique conséquent : 8.145 bureaux de poste. Ce qui lui a permis d’atteindre un parc total de plus de 1,5 million de clients. Si La Poste est majoritaire à 51 % au capital de la société La Poste Télécom, qui opère depuis ce MVNO public-privé, son unique opérateur de réseau hôte est SFR qui détient les 49 % restants. Le groupe postal avait créé cette coentreprise en 2011 avec SFR (devenu par la suite filiale d’Altice), en reprenant les actifs de Simplicime hérité d’un pionnier des MVNO français, Debitel (marque qui a disparu en 2008). Autre pionnier des opérateurs mobile virtuels : Coriolis Télécom, opérateur lancé en 1999 par Pierre Bontemps (photo de droite) qui avait créé Vodafone SA dix ans plus tôt, et MVNO à partir de 2006 en utilisant les réseaux hôtes d’Orange et de SFR. En 2014, au moment de lancer son offre 4G, Coriolis revendiquait 400.000 clients mobile, mais aucun chiffre n’est donné depuis. Il y a aussi Lycamobile, Prixtel, Kertel (IC Telecom), Budget Mobile (Sisteer), Afone, Nordnet ou encore Syma.

Free n’est l’hôte d’aucun MVNO
Près d’une trentaine d’opérateurs mobile virtuels (5) prospèrent tant bien que mal sur le marché français de la téléphonie mobile hyper compétitif. Le positionnement des MVNO sur le marché concurrentiel des télécoms est pour le moins inconfortable, puisqu’ils ne peuvent attaquer frontalement les opérateurs mobile qui les accueillent sur leurs réseaux, ni procéder à de la publicité comparative avec ces derniers. De plus, ces réseaux « hôtes » sont limités à trois puisque, contrairement à Orange, SFR et Bouygues Telecom, le quatrième opérateur mobile – Free – ne leur a pas ouvert son réseau. « Pour obtenir sa licence mobile, Free avait promis en 2008 à l’ART [l’Arcep de l’époque, ndlr] d’accueillir des MVNO. Mais lorsque nous l’avons contacté à la suite de son lancement en 2012, Free n’avait aucune envie d’accepter des MVNO sur son réseau et, d’ailleurs, ses prix d’accès à son réseau étaient prohibitifs. L’Arcep ne pouvait pas nous soutenir et nous avons dû renoncer », raconte Jacques Bonifay, le patron de Transatel, à Edition Multimédi@.

Orange, le réseau le plus accueillant
Le groupe EIT est le seul à recourir aux trois réseaux « hôtes » disponibles. Quatre MVNO – Coriolis Telecom, Netcom, Prixtel et SCT Telecom – se contentent de deux « hôtes », Orange et SFR. Cela ne veut pas dire que le client final peut choisir le meilleur réseau mobile dans son même forfait mobile (pas de multi-réseau), car son MVNO doit s’en tenir à un seul réseau lors de la souscription. « Seul Prixtel permet à ses abonnés de choisir gratuitement le réseau mobile Orange ou SFR qui sera utilisé sur leur ligne mobile Prixtel, au moment de la souscription », indique François Le Gall sur le blog d’Ariase (6). En dehors de ces partenariats multiples, une sorte d’exclusivité est de mise : ils sont douze à n’être que sur le réseau d’Orange (Cellhire, CTExcelbiz du groupe China Telecom, Cubic, Keyyo, Legos, Nordnet, Paritel, Sewan Communications, Syma Mobile, Transatel et Truphone), sept ne sont que sur SFR (ACN/JOI Telecom d’ACN Communications, Afone Mobile/Reglo Mobile du groupe Afone, Alphalink, Budget Mobile/Zero forfait Sim+ du groupe Sisteer, Kertel d’IC Telecom, La Poste Mobile et Vectone de Mundio), et uniquement deux sur Bouygues Telecom seul (Lebara et Lycamobile).
Parmi tous ces « telcos virtuels », très peu sont en réalité Full-MVNO, c’est-à-dire ayant accès au cœur du réseau « hôte » avec possibilité de fournir leurs propres cartes SIM. Le groupe EIT, Transatel et Coriolis sont dans ce cas, comme l’était Virgin Mobile aujourd’hui disparu. En général, les MVNO proposent des offres et des forfaits à des prix souvent plus attractifs que leur(s) réseau(x) hôte(s). Mais disposentils de la même qualité de couverture que l’opérateur du réseau utilisé ? « Il est tout à fait possible que le débit maximal d’un MVNO soit moins rapide par rapport à un opérateur de réseau si le contrat ne prévoit que de la fourniture de 4G sans agrégation de fréquences (4G+) », prévient le courtier Ariase (7). Quant aux accords de licence de marque, signés entre un opérateur télécoms et une entreprise tierce, ils permettent au premier de commercialiser une offre ou une gamme d’offres en exploitant la marque de l’entreprise partenaire et en proposant même des services en rapport avec l’activité de l’entreprise partenaire tels que l’accès à de la musique en ligne ou à des services bancaires. Dans tous les cas, l’opérateur de réseau reste responsable vis-à-vis des clients de la fourniture des services mobiles. Alors qu’en janvier dernier, Jacques Bonifay a été réélu en janvier président de l’organisation MVNO Europe basée à Bruxelles et que Pierre Bontemps (Coriolis) a pris la présidence de l’association Alternative Télécom à Paris, les opérateurs mobile virtuels espèrent beaucoup de l’avènement prochain de la cinquième génération de mobile. « Le développement et le déploiement de 5G transformeront sans aucun doute le secteur, affectant tous les acteurs du monde des télécoms. Les MVNO viseront à avoir accès à ces technologies afin de continuer à développer des applications innovantes adaptées aux besoins des utilisateurs finaux », a prévenu MVNO Europe.
Jacques Bonifay estime en tout cas que les MVNO en France sont mieux lotis qu’outre-Rhin, où 1&1 Drillische (United Internet) est l’un des rares MVNO. « En Allemagne, les trois opérateurs télécoms [Deutsche Telekom, Vodafone et Telefónica Deutschland/O2, ndlr] rechignent à accueillir des MVNO. J’œuvre pour que cela change, mais cela montre que le régulateur en France fait mieux son travail qu’en Allemagne », nous assure le président de MVNO Europe. En France, alors que l’échéance des candidatures à la 5G (fréquences 3,4-3,8 Ghz) est le 25 février, l’Arcep a prévu que « les engagements portent sur l’accueil des MVNO en 5G sur les réseaux des opérateurs, afin notamment d’encourager l’innovation » (8). La 5G annonce-t-elle le rebond des opérateurs mobile virtuels ? @

Charles de Laubier

ZOOM

Le MVNO Transatel, filiale du japonais NTT depuis un an
Il y a un an, le 28 février 2019, l’opérateur télécoms historique japonais NTT finalisait l’acquisition de la majorité du capital de Transatel. Cofondé en 2000 par Jacques Bonifay et Bertrand Salomon, cet opérateur mobile virtuel est à la fois MVNO (Mobile Virtual Network Operator) auprès d’une clientèle finale composée historiquement d’hommes d’affaires européens , de résidents étrangers et de transfrontaliers, Français ou pas , mais aussi MVNE/A (Mobile Virtual Network Enabler/ Aggregator), c’est-à-dire prestataire technique pour le compte d’opérateurs mobile virtuels sous-traitant auprès de lui gestion, administration et relation clientèle de leur activité. En vingt ans, Transatel opère ainsi en Europe pour le compte de tiers pas moins de 180 MVNO. Ses activités s’étendent aussi à la connectivité MtoM (Machine-to-Machine), avec des solutions de cartes SIM virtuelles – eSIM – proposées depuis 2014 sur les marchés de l’Internet des objets ou de la voiture connectée. @