La gouvernance d’Iliad, maison mère de Free, pourrait mieux refléter sa stratégie européenne

Cela fait plus d’un an que Xavier Niel a été renommé président du conseil d’administration d’Iliad, dont il est fondateur et premier actionnaire. Son mandat devrait être renouvelé le 2 juin prochain, pour quatre ans cette fois. La gouvernance du groupe, elle, gagnerait à être plus internationale.

Comme le mandat de Xavier Niel (photo) – redevenu le 16 mars 2020 président du conseil d’administration du groupe Iliad qu’il contrôle – arrive à échéance à la prochaine assemblée générale des actionnaires, prévue le 2 juin prochain, le conseil d’administration du 15 mars dernier a proposé « le renouvellement du mandat de M. Xavier Niel pour une durée de quatre ans », soit jusqu’à mi-2025 (résolution n°7 de la prochaine AG). Aujourd’hui, hormis son « nouveau » président, ce conseil d’administration est composé de onze membres dont cinq administrateurs indépendants et deux administrateurs représentant les salariés (1). Mais cette composition reflète-t-elle la stratégie européenne d’Iliad ? Non, si l’on en croit le dernier document d’enregistrement universel (DEU) que le groupe a déposé le 15 avril dernier auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF).

Près de 1 milliard d’euros générés hors de France en 2020
A l’issue d’une évaluation du conseil d’administration réalisée sur la base d’un questionnaire, « il en est ressorti que les administrateurs souhaiteraient qu’une réflexion soit menée par le management en vue d’une représentation de l’implantation internationale au sein du conseil [d’administration] ». Pour l’heure, à l’instar du président du conseil d’administration, les onze membres sont chacun de nationalité française – excepté pour l’Irlandaise Orla Noonan, qui, installée en région parisienne, est administratrice depuis 2009 et par ailleurs présidente d’Adevinta, la maison mère norvégienne de la place de marché Le Bon Coin. Pour la première fois de son histoire, soit depuis que Xavier Niel a créé Free en février 1999, le groupe Iliad a réalisé l’an dernier 15 % de son chiffre d’affaires hors de France. Et cette proportion internationale Continuer la lecture

Suppression de 1.700 postes : les syndicats de SFR dénoncent « un scandale social, économique et financier »

Sur les 9.500 emplois que compte encore le 2e opérateur télécoms français SFR, 1.700 postes vont être supprimés en 2021 sur la base du volontariat. C’est près de 18 % des effectifs « télécoms » de la filiale française d’Altice. Les syndicats, eux, sont vent debout contre ce projet « Transformation et ambitions 2025 ». Blocage.

Depuis la première réunion de négociation du 10 mars dernier entre les syndicats de SFR et la direction générale du 2e opérateur télécoms français, c’est le black-out total. Aucune date de nouvelle rencontre n’est prévue. « La direction a fermé la porte des négociations ; elle boude, c’est le blocage », regrettent le 18 mars les représentants syndicaux, contactés par Edition Multimédi@. La CFDT, la CFTC et l’Unsa Com ont dénoncé ce 10 mars « un scandale social, économique et financier ». Ils l’ont fait savoir dans un « manifeste pour la vérité« , dans lequel ils ont fait connaître « leur opposition à une négociation ouverte sur la base d’un tissu de mensonges travestissant la réalité économique de SFR » et « sur la base d’une construction artificielle et inacceptable de “nouvelles” orientations stratégiques ». Alors que SFR en est à son troisième plan social en moins de dix ans, dont 5.000 emplois supprimés en 2017, celui-ci – avec sa destruction de 1.700 emplois – ne passe pas.

Les télécoms pourtant préservées par la crise
« Cette invitation à la négociation d’une réduction des effectifs est faite alors que justement les excellents chiffres de la période, au contraire des autres entreprises françaises, auraient dû conduire SFR à organiser une discussion autour d’un partage des résultats », s’insurgent les organisations syndicales, rappelant que Patrick Drahi (photo), le patron fondateur de la maison mère Altice, s’était dit « sensible » au dialogue social au sein de l’entreprise. Au lieu de cela, les négociations démarrent, selon les syndicats, sur des « bases tronquées, anti-économiques et antisociales ». Et les syndicats représentatifs de SFR d’enfoncer le clou : « Il serait en effet particulièrement intolérable que dans un secteur préservé par la crise, les pouvoirs publics puissent faire preuve d’un “turbulent silence”, face à des suppressions d’emplois qui vont peser sur les comptes sociaux de la nation, alors que l’entreprise est prospère ». En croissance de 2,4 % sur un an, l’opérateur SFR est la vache à lait d’Altice France, dont il génère Continuer la lecture

Faut-il créer un « service universel » du haut débit ?

En fait. Le 16 juin, Sébastien Soriano, président de l’Arcep, est intervenu en visioconférence pour son rendez- vous annuel « Telconomics ». Alors que les opérateurs télécoms ont dépassé en 2019 les 10 milliards d’euros d’investissement, EM@ lui a posé une question sur un éventuel « service universel » du haut débit.

En clair. Hors fréquences, les opérateurs télécoms en France ont dépassé pour la première fois la barre des 10 milliards d’euros d’investissement, à 10,4 milliards précisément, dont 75 % pour les réseaux fixes et 25 % pour les réseaux mobiles. C’est ce qui ressort de l’observatoire 2019 des marchés des télécoms (1) publié le 16 juin par l’Arcep, à l’occasion de sa conférence annuelle « Telconomics » destinée à la presse économique et aux analystes financiers. Alors que « la 4G pour tous » n’est toujours pas une réalité en France (2), que « le bon débit pour tous » est promis pour fin 2020, et en attendant « le très haut débit pour tous » (3) d’ici fin 2022 (« la fibre optique pour tous » à la maison étant reportée à fin 2025), la question d’un « service universel » du haut débit se pose.
Le service universel du téléphone – à savoir un service de qualité à prix abordable pour tous et des tarifs sociaux – existe depuis plus de vingt ans, avec, depuis cinq ans, « un débit suffisant pour permettre l’accès à Internet » (« loi Macron » de 2015). Mais le confinement a rappelé la réalité de la fracture numérique en France. « Sur le haut débit, je trouve que la question pourrait se poser. Est-ce que c’est un service universel ou est-ce que c’est une autre modalité, ce n’est certainement pas à moi de le dire. A la fin de l’année, 100% des foyers français seront connectés au “bon débit pour tous”, à savoir 8 Mbits/s par un panachage de technologies. Donc, on pourrait se poser la question de donner un cadre formel à cette garantie de 8 Mbits/s pour tous. Pourquoi pas. En tout cas, l’Arcep est tout à fait disposée à accompagner le gouvernement si telle est la volonté du pouvoir politique », a répondu Sébastien Soriano à Edition Multimédi@.
A la suite d’une remarque transmise par la directrice générale de l’Arcep, Cécile Dubarry, sur le code européen des télécoms (4) qui doit être transposé en droit national au plus tard le 21 décembre 2020, il a précisé que cette transposition en France se fera « par voie d’ordonnance » et que « ce code européen des télécoms prévoit le cas échéant un toilettage du service universel ». Et le président de l’Arcep a ajouté : « Cela pourrait donc être l’occasion effectivement d’aller vers cette idée du haut débit. Mais je ne suis pas en proposition lorsque je dis cela. C’est un élément factuel ». @

Retour sur le reproche formulé par le président de la FFTélécoms à l’encontre du président de l’Arcep

Edition Multimédi@ revient sur la prise de parole d’Arthur Dreyfuss, qui, en plein confinement le 23 avril dernier, a accusé Sébastien Soriano d’« insulter » les opérateurs télécoms. Pourquoi le président de la FFTélécoms (et secrétaire général d’Altice France/SFR) a-t-il polémiqué avec le régulateur ?

Dans une interview parue le 23 avril, Arthur Dreyfuss (photo de droite), président de la Fédération française des télécoms (FFTélécoms) jusqu’au 14 juin prochain (1), n’y est pas allé par quatre chemins : il a accusé le président de l’Arcep, Sébastien Soriano (photo de gauche) d’« insulter » les opérateurs : «Ses propos sont insultants pour nos équipes. (…) Les propos qui ont été tenus par le président du régulateur ne sont pas acceptables. (…) Les commentaires du président de l’Arcep ne sont pas à la hauteur de la mobilisation. », a ainsi lancé dans Le Figaro (2) le secrétaire général de l’opérateur télécoms SFR (Altice France).

Plan Très haut débit et New Deal mobile
Sébastien Soriano (44 ans) a aussitôt appelé Arthur Dreyfuss (34 ans) à garder son sang-froid : « Allons, allons, restons tous mobilisés pour les Français. C’est ce qu’ils attendent de nous. Pas des polémiques », lui a répondu le président de l’Arcep dans un premier tweet (3) posté le jour même de la parution de cette interview à charge, relayé sur Twitter par Didier Casas, vice-président de la FFTélécoms et directeur général adjoint de Bouygues Telecom (4).
Ce n’est pas la première fois que l’ancien communicant d’Altice et ex-publicitaire d’Havas déclenche une passe d’armes avec une autorité publique : le 17 décembre dernier, lors des « voeux » de Noël de la FFTélécoms, il avait pris à parti Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’Etat chargée notamment des télécoms (5). Quelle mouche a cette fois piqué Arthur Dreyfuss pour qu’il s’en prenne ainsi publiquement au gendarme des télécoms ? Son courroux s’est manifesté à la suite des propos tenus par Sébastien Soriano lors de l’audition de ce dernier au Sénat, la veille, par la commission de l’aménagement du territoire et du développement durable. Qu’aurait dit Sébastien Soriano qui auraient justifié un tel emballement ? « Aujourd’hui, les opérateurs s’en sortent plutôt plus confortablement que le reste de l’économie, malgré des difficultés opérationnelles. (…) Nous attendons des opérateurs qu’ils soient au rendez-vous de leur responsabilité (6). J’attends, notamment des quatre grands acteurs du secteur [Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free, ndlr], qu’ils soutiennent, s’il le faut à brasle- corps, le tissu de PME de la filière, a prévenu Sébastien Soriano lors de son audition en visioconférence avec le sénateur Hervé Maurey. Il faut éviter que la reprise [du déploiement de la fibre et de la 4G, ndlr] ne soit ralentie parce qu’on aurait laissé se démanteler ce tissu que nous avons construit tous ensemble. Je les appelle à aller très loin – très loin – dans leur soutien à cet écosystème [sous-traitants, PME et constructeurs impliqués dans les déploiements de fibre et de 4G, ndlr] ». Et le président de l’Arcep de regretter la fracture numérique du pays mise en exergue par le confinement : « Nous constatons combien, en situation de confinement, l’absence de connexion est un facteur d’exclusion massif. Les opérateurs doivent donc jouer pleinement leur rôle et permettre une reprise très rapide des déploiements ». Et de mettre en garde Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free : « Nous n’accepterons pas n’importe quel motif de retard au prétexte de la crise ».
Le Sénat, soucieux de l’aménagement numérique des territoires et de la lutte contre l’exclusion numérique, a quant à lui exhorté l’Arcep à « exercer son pouvoir de contrôle et de sanctions en cas de non-respect des objectifs qui leur sont assignés, en adaptant, s’il le faut, les échéances au contexte », rappelant au passage qu’« une partie de notre population [fut] déconnectée en plus d’être confinée ». A cause du covid-19 et du confinement qui a duré deux mois, le plan France Très haut débit (fibre ou autre pour tous d’ici à 2022) et le New Deal mobile (4G voire 4G fixe pour tous d’ici fin 2020) devraient probablement connaître des retards en raison de la situation sanitaire. « Pour autant, l’Arcep devra exercer pleinement son pouvoir de contrôle et de sanctions », a demandé le Sénat à Sébastien Soriano (7). «Message reçu ! Le @Senat peut compter sur la vigilance de l’@Arcep », a assuré le président de l’Arcep dans un second tweet (8).

Réponse du berger à la bergère
En déclenchant sa polémique via Le Figaro et Twitter, Arthur Dreyfuss a certainement surréagi. « L’heure est à la mobilisation générale pour continuer à déployer, pas à la défiance », avait-il ajouté dans l’interview-assassine. L’énervement de l’ancien communicant d’Altice s’est propagé sur le site de microblogging, ce qui a poussé en soirée Sébastien Soriano à poster un dernier tweet afin de rappeler que lors de son « appel à la responsabilité des grands opérateurs télécoms », il leur « [rend] aussi largement hommage », tout en répliquant sèchement : « Que ceux qui trouvent cela “inacceptable” m’expliquent ou aillent se faire voir ailleurs » (9). A bon entendeur, salut ! @

Charles de Laubier

Les opérateurs mobile virtuels (MVNO) ont 15 ans mais demeurent sous les 12 % de parts de marché

En France, les MVNO ont vraiment décollé en 2005 dans le sillage de trois pionniers – Transatel, Debitel et Omer Télécom. NRJ Mobile fut le premier à se déclarer en tant qu’opérateur auprès du régulateur. Depuis 15 ans, leur part de marché reste limitée, et Free n’en accueille toujours aucun.

Les derniers chiffres en date fournis par l’Arcep le montrent encore, 15 ans après leur apparition en tant qu’opérateur télécoms déclarés : les MVNO (1) peinent à s’acheminer vers les 12 % de parts de marché en France. A fin décembre 2019, les vingt-sept opérateurs mobile virtuels déclarés à ce jour auprès du régulateur des télécoms totalisent ensemble à peine plus de 8,4 millions de clients (2) sur un total de 74,5 millions d’abonnés (3) en France métropolitaine, soit actuellement une part de marché de 11,3 % seulement. La progression a été limitée à 0,4 points sur un an.

Condamnés à des marchés de niche
« Toutefois, malgré un nombre élevé de MVNO sur le marché, l’ensemble des opérateurs virtuels actuels compte tout de même moins d’abonnés que chacun des quatre opérateurs principaux », fait remarquer le courtier en télécoms Ariase. En effet, Orange compte 19,3 millions d’abonnés mobile, SFR 13,5 millions, Free Mobile 13,3 millions et Bouygues Telecom 10 millions. Les MVNO restent cantonnés à des marchés de niche, que cela soit auprès du grand public ou au service des entreprises. Au meilleur de leur forme, en 2014, la cinquantaine de MVNO d’alors affichaient 8,9 millions de clients, soit à l’époque 13 % du marché de la téléphonie mobile. Mais la montée en charge de Free Mobile lancée deux ans auparavant leur a coupé l’herbe sous le pied. Les trois opérateurs mobile historiques, eux, ont répliqué au « trublion des télécoms » en lançant leurs propres marques low-cost : Sosh d’Orange, B&You de Bouygues Telecom et Red de SFR.
Depuis les MVNO sont entre le marteau (les opérateurs de réseau mobile) et l’enclume (leurs marques low cost). D’une cinquantaine, les MVNO en France sont passés à une trentaine, en perdant au passage plus de 1 million de clients et deux points de part de marché. Il faut dire que les 2 millions de clients de Virgin Mobile (Omea Telecom, ex-Omer Télécom) ont été absorbés fin 2014 par SFR pour 325 millions d’euros, mettant un terme à l’aventure du premier MVNO français en taille (4). Carrefour a jeté l’éponge en 2012 en cédant ses clients à Orange (ralliés à Sosh) « Ceux qui réussissent à rivaliser avec les opérateurs historiques ou leurs marques low-cost se comptent sur les doigts d’une main. Tous les autres sont condamnés à la confidentialité, avec une clientèle très ciblée », constate François Le Gall, chef de produit chez Ariase. Au-delà du pionnier Transatel, que son président Jacques Bonifay (photo de gauche) a cofondé il y a 20 ans et qui est devenu il y a un an une filiale de l’opérateur télécom japonais NTT (voir encadré page suivante), d’autres MVNO se sont fait une place à l’ombre des quatre opérateurs mobile dominants. Il y a d’abord NRJ Mobile, CIC Mobile, Crédit Mutuel Mobile, Auchan Telecom (cédé par Auchan) et Cdiscount Mobile, tous faisant partie du groupe Euro-Information Telecom (EIT), filiale du Crédit Mutuel, qui a passé le cap des 2 millions de clients à l’automne dernier. Né en 2005 avec la marque NRJ Mobile, EIT s’appuie sur les réseaux d’antennes d’Orange, de Bouygues Telecom et de SFR ainsi que sur le maillage de distribution 4.455 points de vente des réseaux bancaires Crédit Mutuel et CIC, mais aussi sur du digital et de la grande distribution (enseignes Auchan et magasins indépendants), avec un service client de plus de 550 personnes.
De son côté, La Poste Mobile dispose aussi d’un réseau de distribution physique conséquent : 8.145 bureaux de poste. Ce qui lui a permis d’atteindre un parc total de plus de 1,5 million de clients. Si La Poste est majoritaire à 51 % au capital de la société La Poste Télécom, qui opère depuis ce MVNO public-privé, son unique opérateur de réseau hôte est SFR qui détient les 49 % restants. Le groupe postal avait créé cette coentreprise en 2011 avec SFR (devenu par la suite filiale d’Altice), en reprenant les actifs de Simplicime hérité d’un pionnier des MVNO français, Debitel (marque qui a disparu en 2008). Autre pionnier des opérateurs mobile virtuels : Coriolis Télécom, opérateur lancé en 1999 par Pierre Bontemps (photo de droite) qui avait créé Vodafone SA dix ans plus tôt, et MVNO à partir de 2006 en utilisant les réseaux hôtes d’Orange et de SFR. En 2014, au moment de lancer son offre 4G, Coriolis revendiquait 400.000 clients mobile, mais aucun chiffre n’est donné depuis. Il y a aussi Lycamobile, Prixtel, Kertel (IC Telecom), Budget Mobile (Sisteer), Afone, Nordnet ou encore Syma.

Free n’est l’hôte d’aucun MVNO
Près d’une trentaine d’opérateurs mobile virtuels (5) prospèrent tant bien que mal sur le marché français de la téléphonie mobile hyper compétitif. Le positionnement des MVNO sur le marché concurrentiel des télécoms est pour le moins inconfortable, puisqu’ils ne peuvent attaquer frontalement les opérateurs mobile qui les accueillent sur leurs réseaux, ni procéder à de la publicité comparative avec ces derniers. De plus, ces réseaux « hôtes » sont limités à trois puisque, contrairement à Orange, SFR et Bouygues Telecom, le quatrième opérateur mobile – Free – ne leur a pas ouvert son réseau. « Pour obtenir sa licence mobile, Free avait promis en 2008 à l’ART [l’Arcep de l’époque, ndlr] d’accueillir des MVNO. Mais lorsque nous l’avons contacté à la suite de son lancement en 2012, Free n’avait aucune envie d’accepter des MVNO sur son réseau et, d’ailleurs, ses prix d’accès à son réseau étaient prohibitifs. L’Arcep ne pouvait pas nous soutenir et nous avons dû renoncer », raconte Jacques Bonifay, le patron de Transatel, à Edition Multimédi@.

Orange, le réseau le plus accueillant
Le groupe EIT est le seul à recourir aux trois réseaux « hôtes » disponibles. Quatre MVNO – Coriolis Telecom, Netcom, Prixtel et SCT Telecom – se contentent de deux « hôtes », Orange et SFR. Cela ne veut pas dire que le client final peut choisir le meilleur réseau mobile dans son même forfait mobile (pas de multi-réseau), car son MVNO doit s’en tenir à un seul réseau lors de la souscription. « Seul Prixtel permet à ses abonnés de choisir gratuitement le réseau mobile Orange ou SFR qui sera utilisé sur leur ligne mobile Prixtel, au moment de la souscription », indique François Le Gall sur le blog d’Ariase (6). En dehors de ces partenariats multiples, une sorte d’exclusivité est de mise : ils sont douze à n’être que sur le réseau d’Orange (Cellhire, CTExcelbiz du groupe China Telecom, Cubic, Keyyo, Legos, Nordnet, Paritel, Sewan Communications, Syma Mobile, Transatel et Truphone), sept ne sont que sur SFR (ACN/JOI Telecom d’ACN Communications, Afone Mobile/Reglo Mobile du groupe Afone, Alphalink, Budget Mobile/Zero forfait Sim+ du groupe Sisteer, Kertel d’IC Telecom, La Poste Mobile et Vectone de Mundio), et uniquement deux sur Bouygues Telecom seul (Lebara et Lycamobile).
Parmi tous ces « telcos virtuels », très peu sont en réalité Full-MVNO, c’est-à-dire ayant accès au cœur du réseau « hôte » avec possibilité de fournir leurs propres cartes SIM. Le groupe EIT, Transatel et Coriolis sont dans ce cas, comme l’était Virgin Mobile aujourd’hui disparu. En général, les MVNO proposent des offres et des forfaits à des prix souvent plus attractifs que leur(s) réseau(x) hôte(s). Mais disposentils de la même qualité de couverture que l’opérateur du réseau utilisé ? « Il est tout à fait possible que le débit maximal d’un MVNO soit moins rapide par rapport à un opérateur de réseau si le contrat ne prévoit que de la fourniture de 4G sans agrégation de fréquences (4G+) », prévient le courtier Ariase (7). Quant aux accords de licence de marque, signés entre un opérateur télécoms et une entreprise tierce, ils permettent au premier de commercialiser une offre ou une gamme d’offres en exploitant la marque de l’entreprise partenaire et en proposant même des services en rapport avec l’activité de l’entreprise partenaire tels que l’accès à de la musique en ligne ou à des services bancaires. Dans tous les cas, l’opérateur de réseau reste responsable vis-à-vis des clients de la fourniture des services mobiles. Alors qu’en janvier dernier, Jacques Bonifay a été réélu en janvier président de l’organisation MVNO Europe basée à Bruxelles et que Pierre Bontemps (Coriolis) a pris la présidence de l’association Alternative Télécom à Paris, les opérateurs mobile virtuels espèrent beaucoup de l’avènement prochain de la cinquième génération de mobile. « Le développement et le déploiement de 5G transformeront sans aucun doute le secteur, affectant tous les acteurs du monde des télécoms. Les MVNO viseront à avoir accès à ces technologies afin de continuer à développer des applications innovantes adaptées aux besoins des utilisateurs finaux », a prévenu MVNO Europe.
Jacques Bonifay estime en tout cas que les MVNO en France sont mieux lotis qu’outre-Rhin, où 1&1 Drillische (United Internet) est l’un des rares MVNO. « En Allemagne, les trois opérateurs télécoms [Deutsche Telekom, Vodafone et Telefónica Deutschland/O2, ndlr] rechignent à accueillir des MVNO. J’œuvre pour que cela change, mais cela montre que le régulateur en France fait mieux son travail qu’en Allemagne », nous assure le président de MVNO Europe. En France, alors que l’échéance des candidatures à la 5G (fréquences 3,4-3,8 Ghz) est le 25 février, l’Arcep a prévu que « les engagements portent sur l’accueil des MVNO en 5G sur les réseaux des opérateurs, afin notamment d’encourager l’innovation » (8). La 5G annonce-t-elle le rebond des opérateurs mobile virtuels ? @

Charles de Laubier

ZOOM

Le MVNO Transatel, filiale du japonais NTT depuis un an
Il y a un an, le 28 février 2019, l’opérateur télécoms historique japonais NTT finalisait l’acquisition de la majorité du capital de Transatel. Cofondé en 2000 par Jacques Bonifay et Bertrand Salomon, cet opérateur mobile virtuel est à la fois MVNO (Mobile Virtual Network Operator) auprès d’une clientèle finale composée historiquement d’hommes d’affaires européens , de résidents étrangers et de transfrontaliers, Français ou pas , mais aussi MVNE/A (Mobile Virtual Network Enabler/ Aggregator), c’est-à-dire prestataire technique pour le compte d’opérateurs mobile virtuels sous-traitant auprès de lui gestion, administration et relation clientèle de leur activité. En vingt ans, Transatel opère ainsi en Europe pour le compte de tiers pas moins de 180 MVNO. Ses activités s’étendent aussi à la connectivité MtoM (Machine-to-Machine), avec des solutions de cartes SIM virtuelles – eSIM – proposées depuis 2014 sur les marchés de l’Internet des objets ou de la voiture connectée. @