Fabrice Fries, PDG de l’AFP : « Trouver un équilibre entre notre visibilité sur Internet et nos clients »

A la tête de l’AFP depuis huit mois, Fabrice Fries a répondu le 3 décembre aux questions de l’Association des journalistes médias (AJM) – notamment sur la prolifération des dépêches à travers les sites web et blogs, ainsi que sur le « droit voisin » réclamé par la presse face à Google, Facebook et autres agrégateurs d’actualités.

Si les dépêches de l’AFP se retrouvent reprises par une multitude de sites de presse en ligne et des blogs d’information, qui les mettent en libre accès sur Internet et les mobiles, à quoi bon pour les médias de s’abonner aux « fils » de l’AFP ? C’est l’une des toutes premières questions posées par l’Association des journalistes médias (AJM) à Fabrice Fries (photo), président-directeur général de l’Agence France-Presse depuis le 15 avril 2018. « Vous pointez le doigt sur un vrai sujet. La vraie question est un problème d’équilibre à trouver entre un minimum de visibilité sur les sites (web) et la génération du chiffre d’affaires que l’on fait avec nos clients », a-t-il répondu. Cette surabondance en ligne de dépêches d’agences de presse telles que celles de l’AFP, mais aussi de Reuters, d’Associated Press (AP) ou encore de Bloomberg, ne date pas d’hier mais elle n’a jamais été aussi visible depuis que la presse sur Internet (1) est apparue avant les années 2000, accompagnée d’une multiplication de sites web et de blogs d’information.

L’AFP face au « copié-collé » de ses dépêches sur le Net
Cette prolifération de dépêches – plus ou moins « bétonnées » (2) – aboutit à un effet « moutonnier » des médias en ligne, avec pour conséquence une uniformisation de l’information. Cela tend à décrédibiliser au passage le journalisme et la presse aux yeux du grand public, les internautes et les mobinautes se retrouvant à lire les mêmes dépêches d’un titre à l’autre, ou ayant une impression de déjà lu… Ce « copié-collé » médiatique a d’ailleurs été démontré par une étude publiée en mars 2017 par l’Institut national de l’audiovisuel (INA) et intitulée « L’information à tout prix » (3).
Ses auteurs ont décrit l’ampleur du phénomène et les liens de cause à effet : « Sur l’actualité chaude, (…), nous avons montré que deux-tiers du contenu était en fait du copié-collé, ce qui vient, d’une part, d’une utilisation très forte des dépêches d’agences, que ce soit l’AFP mais aussi Reuters ou AP. D’autre part, cela est lié au fait qu’on a malheureusement des rédactions qui ont pas mal réduit la voilure ». Résultat : Lire la suite

Vous aimez déjà les GAFA américains ? Vous allez bientôt adorer les BATX chinois !

Google, Apple, Facebook et Amazon pour GAFA : les géants américains du
Net sont connus de tous. Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi pour BATX : leurs homologues chinois restent à découvrir. Edition Multimédi@ passe en revue
ces chinois qui se mettent en quatre pour conquérir le monde, dont l’Europe.

Les BATX sont valorisés ensemble jusqu’à 1.246 milliards de dollars, contre
2.895 milliards de dollars pour les GAFA (au 25-01-18). Mais Tencent dépasse la capitalisation boursière de Facebook et investit dans Spotify, Snap et Skydance.
La bataille de titans est engagée. Alibaba s’étend en Europe jusqu’en France. Xiaomi débarque en Espagne. Baidu, déjà présent à Amsterdam avec Baidu TV, arrive… en voiture autonome.

Le B de Baidu
Création : 18 janvier 2000. Siège : Pékin
PDG cofondateur : Li Yanhong « Robin » (photo) Principales activités : premier moteur de recherche
en Chine (le « Google chinois »), plateforme vidéo
iQiyi, contenus multimédias (musiques, films, séries,
jeux vidéo, …), publicité en ligne, cloud, etc.
Audience : 800 millions d’utilisateurs actifs
Chiffre d’affaires 2016 : 11 milliards de dollars
Résultat net 2016 : 2 milliards de dollars
Capitalisation boursière (au 25-01-18) : 89,2 milliards de dollars (« BIDU »
au Nasdaq)
Investissements ou partenariats récents : avec BlackBerry dans les voitures autonomes (2018), avec Microsoft dans la voiture autonome (2017), Continental
dans la voiture autonome (2017), dans l’intelligence artificielle, etc. @

 

• Le A de Alibaba
Création : 4 avril 1999. Siège : Hangzhou
PDG cofondateur : Jack Yun Ma (photo)
Principales activités : numéro un du e-commerce en Chine avec Alibaba.com (« Amazon chinois »), plateforme vidéo Youku Tudou (« YouTube chinois »), le microblogging Sina Weibo (« Twitter chinois »), place de marché d’enchères Taobao (Tmall.com, « eBay chinois »),
e-paiement Alipay, boutique 9Apps, cloud alias Aliyun, publicité en ligne, magasins en dur, etc.
Audience : 550 millions d’utilisateurs actifs sur mobile
Chiffre d’affaires 2017 : 24 milliards de dollars Résultat net 2017 : 6 milliards de dollars
Capitalisation boursière (au 25-01-18) : 500,7 milliards de dollars (« BABA » au Nyse)
Investissements ou partenariats récents : en France un centre de logistique (2018), Alibaba Cloud en Allemagne, avec Auchan/Sun Art en Chine (2017), etc. @

 

• Le T de Tencent
Création : 11 novembre 1998. Siège : Shenzhen
PDG cofondateur : Ma Huateng « Pony » (photo) Principales activités : messagerie instantanée QQ,
portail web QQ.com, application mobile de messagerie-réseau social-boutique WeChat (alias Weixin), plateforme de musique en ligne Tencent Music, éditeur de jeux vidéo comme « Honor of Kings », plateforme de gaming WeGame, etc.
Audience : Plus de 980 millions d’utilisateurs actifs sur WeChat
Chiffre d’affaires 2016 : 22 milliards de dollars
Résultat net 2017 : 6 milliards de dollars Capitalisation boursière(au 25-01-18) : 556,5 milliards de dollars (« 700:HK » Hong Kong)
Investissements ou partenariats récents : entrée au capital de Skydance (2018), ralliement de Google en Chine (2018), partenariat avec Carrefour (2018), participations croisées avec Spotify (2017), participation dans Tesla pour la voiture électrique (2017), participation dans Snap (2017), avec Ubisoft dans les jeux mobiles en Chine (2018), avec Lego dans jeux en ligne/réseau social (2017), dans la voiture autonome, dans le streaming musical avec Alibaba en Chine, etc. @

 

• Le X de Xiaomi
Création : 6 avril 2010. Siège : Pékin
PDG cofondateur : Lei Jun (photo)
Principales activités : cinquième fabricant mondial de smartphones (Mi Phone, Redmi Phone), fabricant ses propres microprocesseurs (le « Apple chinois »), fabricant de téléviseurs (Mi TV), et de « box » multimédia (Mi Box)
et d’ordinateurs ultraportables (Mi Notebook), fabricant d’objets connectés, cloud (Mi Cloud), etc.
Ventes : environ 110 millions de smartphones en 2017 (estimation sur 7,4 % de PDM) Chiffre d’affaires 2017 : 17 ou 18 milliards de dollars
Résultat net 2017 : au moins 1 milliard de dollars
Valorisation financière (introduction en Bourse en 2018) : 50 à 100 milliards de dollars Investissements ou partenariats récents : en Europe de l’Ouest avec une première implantation en Espagne (2017), malgré son échec pour y enregistrer sa marque de tablette « Mi Pad » (contestée par Apple), accord de licence de brevets avec Nokia (2017), accord de licence de brevets avec Microsoft (2016), etc. @

Paiement en ligne et sur mobile : l’Europe ouvre la voie bancaire aux « fintech », aux GAFA et aux BATX

Depuis le 13 janvier 2018, la directive européenne sur les services de paiement
– dite DSP2 – est en vigueur. C’est une étape décisive pour le marché unique numérique : donner accès aux informations des comptes bancaires, afin d’ouvrir à la concurrence le marché des paiements en ligne ou sur mobile.

« Cet acte législatif constitue une nouvelle étape dans la création d’un marché unique numérique dans l’Union européenne (UE). Il encouragera le développement de systèmes de paiement en ligne et mobiles innovants, ce qui stimulera l’économie et la croissance. Avec l’entrée en application de la DSP2, la surfacturation appliquée aux cartes de débit et de crédit des consommateurs devient interdite. Les consommateurs de l’UE pourraient ainsi économiser plus de 550 millions d’euros par an (1). Ils bénéficieront aussi d’une protection accrue lorsqu’ils effectuent des paiements », a déclaré Valdis Dombrovskis (photo), vice-président de la Commission européenne,
en charge de la stabilité financière, des services financiers et de l’union des marchés des capitaux. Tout est dit.

Deux « fintech » : PSP tiers ou PSIP
Au moment où se tient à Paris le « Fintech Forum », les 30 et 31 janvier 2018 au Palais Brongniart, les nouvelles règles de l’open banking édictées par cette directive européenne sur les services de paiement – dite DSP2 (pour deuxième directive sur les services de paiement ou, en anglais, PSD2 pour Payment Services Directive) – arrivent pour mettre de l’ordre dans ce nouvel eldorado de la « fintech », marché né à la croisée des chemins entre la finance et la technologie. Concrètement, ces règles permettront d’élargir et d’améliorer le choix sur le marché des consommateurs des paiements de détail unique numérique de l’UE, tout en instaurant des normes de sécurité plus strictes pour les paiements en ligne pour renforcer la confiance des consommateurs dans le e-commerce. Avec la DSP2, c’est la consécration des sociétés de technologie financière que sont les start-up de la « fintech », mais aussi une voie royale pour les GAFA américains et les BATX chinois (lire p. 4). Apple ne propose-t-il pas son propre système de paiement mobile ? Facebook ne permet-il pas le transfert d’argent via sa messagerie Messenger ? Tencent est un incontournable du paiement mobile via WeChat. Tandis que les opérateurs télécoms, à l’instar d’Orange Bank, sont tentés de jouer eux aussi les banquiers. Ces nouveaux entrants sur le marché du paiement en ligne sont aussi appelés « prestataires de services de paiement tiers » (PSP tiers), tels que Bankin’ (2), Linxo ou Lydia en France, lesquels sont : soit des prestataires de services d’initiation de paiement (PSIP), qui offrent d’initier les paiements pour le compte de clients (donnant ainsi l’assurance aux détaillants que l’argent est en route), soit des agrégateurs et prestataires de services d’information sur les comptes (PSIC), qui fournissent à leurs clients une vue d’ensemble des comptes et soldes disponibles. Les consommateurs et les entreprises en Europe seront désormais en mesure d’autoriser l’accès à leurs données de paiement à des PSP tiers, lesquels peuvent être des
« fintech », mais aussi d’autres banques. « Les PSP tiers ne pourront pas accéder
à des données du compte de paiement autres que celles ayant fait l’objet d’une autorisation expresse du client », prévient cependant la Commission européenne (3).

De plus, les titulaires de compte peuvent exercer un contrôle sur la transmission de leurs données à caractère personnel aussi bien au titre de la DSP2 qu’au titre du règlement général sur la protection des données (RGPD) applicable à partir du 25 mai 2018. Mais pour que l’open banking se passe dans de meilleures conditions, la directive « fintech » habilite l’exécutif européen à adopter des normes techniques de réglementation sur la base d’un projet présenté par l’Autorité bancaire européenne (ABE), laquelle va quitter Londres pour s’installer à Paris, dans le but d’assurer la protection des consommateurs par la sécurité des paiements électroniques et de garantir des conditions de concurrence équitables dans un marché en mutation rapide. « Ces normes définissent les exigences à remplir pour permettre une “authentification forte” des clients et précisent les cas dans lesquels les prestataires de services de paiement peuvent être dispensés de cette authentification », précise la Commission européenne. Lors de l’utilisation de leurs services de banque en ligne ou lorsqu’ils feront des achats en ligne, que cela soit dans l’achat de biens et services, ou lors de la consommation de contenus et médias, les Européens seront mieux protégés lorsqu’ils effectuent des paiements ou des transactions électroniques.

Imposer l’« authentification forte »
« Les normes techniques de réglementation font de l’authentification forte la condition de base pour que le client puisse accéder à son compte de paiement ou effectuer des paiements en ligne », souligne l’exécutif européen. Cela suppose que, pour prouver son identité, l’utilisateur réponde à au moins deux des trois conditions suivantes : connaître un certain mot de passe ou code PIN ; être en possession d’une certaine carte ou d’un certain téléphone mobile ; et présenter certaines caractéristiques biométriques (empreintes digitales ou scan de l’iris, par exemple). Pour l’heure, lorsqu’il s’agit d’opérations de paiement électronique à distance telles que le paiement par carte ou
le virement depuis une banque en ligne, l’authentification forte du client n’est appliquée que dans certains pays de l’UE – dont la Belgique, les Pays-Bas et la Suède. Tandis que dans d’autres pays européens, certains prestataires de services de paiement l’appliquent sur une base volontaire. Alors que dans un magasin physique, en revanche, un client doit valider l’opération en saisissant son code PIN sur un lecteur de carte lorsqu’il paie avec sa carte bancaire. Deux poids, deux mesures. L’authentification forte existe dans la vraie vie mais pas dans le monde virtuel.

Evaluer l’ampleur du risque de fraude
Avec la DSP2, l’authentification forte devient obligatoire pour l’accès du client à son compte de paiement et pour ses opérations de paiement en ligne. Ce qui suppose que les banques et les autres prestataires de services de paiement mettent en place non seulement les infrastructures nécessaires à l’authentification forte, mais aussi des solutions pour améliorer la gestion des fraudes. Des dérogations à l’authentification forte pourront être accordées pour les paiements à distance : l’une concerne par exemple l’analyse des risques liés à l’opération et l’autre les paiements de faible valeur (moins de 30 euros). Mais il y a dérogation à condition qu’il y ait d’autres mécanismes d’authentification tout aussi sûrs et sécurisés et de suivi des opérations afin d’évaluer l’ampleur du risque de fraude. « En cas d’opération de paiement frauduleuse, le consommateur pourra prétendre à un remboursement intégral », prévient la Commission européenne.
Si la DSP2 est applicable depuis le 13 janvier 2018, il n’en  va cependant pas de même pour les mesures de sécurité décrites dans les normes techniques de réglementation, qui deviendront applicables dix-huit mois après la date d’entrée en vigueur de ces normes élaborées par l’ABE. Ce texte prévoit notamment  en annexe des taux de référence en matière de fraude en fonction de chaque type d’opération de paiement à distance. « Le prestataire de services de paiement veille à ce que les taux de fraude globaux liés tant aux opérations de paiement authentifiées par une authentification forte du client qu’à celles effectuées au titre des dérogations (…) soient équivalents ou inférieurs au taux de référence en matière de fraude lié au même type d’opération de paiement qui est mentionné dans le tableau figurant en annexe (4)», indique l’article
19 du projet de règlement « ABE ». Or, ce « règlement délégué de la Commission européenne complétant la directive 2015/2366 par des normes techniques de réglementation relatives à l’authentification forte du client et à des normes ouvertes communes et sécurisées de communication » (5) n’est pas encore entré en vigueur (c’est-à-dire après leur publication au Journal officiel de l’Union européenne). Il est actuellement soumis au Parlement européen et du Conseil de l’UE. Ces deux ans environ doivent permettre aux prestataires de services de paiement, notamment aux banques, d’avoir suffisamment de temps pour adapter leur système de sécurité (6) aux exigences accrues de sécurité définies par la DSP2. Il s’agit aussi pour la Commission européenne de ne pas perturber le commerce électronique sur le Vieux Continent. Cependant, si la DSP2 et les normes techniques concernent les prestataires de services de paiement, dont les banques des consommateurs et celles des commerçants, il n’en va pas de même des commerçants eux-mêmes qui n’entrent pas dans le champ d’application des normes. « Il appartiendra aux commerçants et à leurs prestataires de services de paiement de s’entendre sur la manière d’atteindre l’objectif de réduction de la fraude », précise l’exécutif européen. Quant aux banques, elles devront mettre en place d’ici à septembre 2019 un « canal de communication » qui permettra, d’une part, aux PSP tiers d’accéder aux données de clients dont ils ont besoin, et, d’autre part, aux banques et aux PSP tiers de s’identifier réciproquement
et de communiquer à tout moment par une messagerie sécurisée. Cette Application Programming Interface (API) doit bénéficier d’une sauvegarde d’urgence et un mécanisme de secours afin « d’assurer la continuité du service ainsi qu’une concurrence loyale sur ce marché ». Comme la DSP2 prévoit que les clients devront consentir à l’accès, à l’utilisation et au traitement de ses données, il ne sera plus permis d’accéder aux données du client par le recours aux techniques dites de « screen scraping » ou « web scraping » (capture de données d’écran), qui consistent à accéder aux données via l’interface client avec utilisation des données de sécurité du client (7). Ce qui revenait à siphonner les données du client !

Futur « groupe de marché » pour les API
Toutes les API feront l’objet d’un essai de prototype de trois mois et d’un essai dans
les conditions réelles du marché, de trois mois également, et ne devront « pas créer d’obstacles à la fourniture des services d’initiation de paiement et des services d’information sur les comptes ». Pour examiner la qualité des API, la Commission européenne promeut la création d’un groupe de marché composé de représentants
des banques, des prestataires de services d’initiation de paiement et de services d’information sur les comptes, et des utilisateurs de services de paiement. @

Charles de Laubier

Désinformations, rumeurs infondées, ragots, … A quand de vraies nouvelles sur les fake news ?

Lutter contre la désinformation suppose de responsabiliser les acteurs impliqués dans sa propagation, depuis la source d’une fake news, en passant par les algorithmes sacralisant la popularité des contenus, jusqu’à l’internaute qui la relaie – sciemment ou non. Et il faut adapter le cadre juridique.

(Cet article juridique est paru le 18 décembre 2017 dans le n°180 de Edition Multimédi@. Le 3 janvier 2018, lors de ses vœux à la presse, Emmanuel Macron a annoncé un futur projet de loi contre les « fausses informations ».)

Par Alexandre Euverte et Etienne Drouard (photo), cabinet K&L Gates

« Johnny Hallyday a trouvé la mort aujourd’hui à l’âge de 74 ans ». Cette affirmation ne correspond pas à la triste nouvelle qui a endeuillé la France à l’aube du 6 décembre 2017. C’est la réponse que donnait l’application Siri d’Apple le 30 novembre 2017 si vous lui demandiez : « Comment va Johnny ? ». Cette information fausse, relayée par Siri, faisait suite à une modification trompeuse de la page Wikipedia du légendaire chanteur, mise en ligne par un individu anonyme annonçant son décès de façon prématurée.
Si Internet forme aujourd’hui un forum d’échanges global favorisant l’expansion de la liberté d’expression, il est impossible d’ignorer les dérives induites par la vitesse et l’effervescence des contenus. C’est le cas des fake news, ces actualités créées intentionnellement pour tromper le public et lui fournir une représentation erronée de la réalité ou une dénaturation des faits, souvent utilisées à des fins malveillantes.

Loi de 1881 et fake news du XXIe siècle
Au-delà de la désinformation de masse, les fake news nourrissent des théories conspirationnistes, en augmentation en France, ainsi que les propagandes les plus nauséabondes. L’impulsion des réseaux sociaux permet de donner une ampleur inédite aux fake news, parfois relayées par des médias institutionnels ou historiques, voire par des responsables politiques. Lutter efficacement contre ce « cancer » de la désinformation exige de responsabiliser tous les acteurs impliqués dans sa propagation, depuis la source d’une fake news, en passant par les algorithmes de classement basés sur la popularité des contenus, jusqu’à l’internaute qui relaie la désinformation – sciemment ou à son insu – à travers l’audience de masse des réseaux sociaux. Il est nécessaire d’adapter notre cadre juridique et d’inciter les acteurs les plus impliqués à privilégier la vérité par rapport à la popularité. Or notre arsenal législatif Lire la suite

Désinformations, rumeurs infondées, ragots, … A quand de vraies nouvelles sur les fake news ?

Lutter contre la désinformation suppose de responsabiliser les acteurs impliqués dans sa propagation, depuis la source d’une fake news, en passant par les algorithmes sacralisant la popularité des contenus, jusqu’à l’internaute qui la relaie – sciemment ou non. Et il faut adapter le cadre juridique.

Par Alexandre Euverte et Etienne Drouard, cabinet K&L Gates

« Johnny Hallyday a trouvé la mort aujourd’hui à l’âge de 74 ans ». Cette affirmation ne correspond pas à la triste nouvelle qui a endeuillé la France à l’aube du 6 décembre 2017. C’est la réponse que donnait l’application Siri d’Apple le 30 novembre 2017 si vous lui demandiez : « Comment va Johnny ? ». Cette information fausse, relayée par Siri, faisait suite à une modification trompeuse de la page Wikipedia du légendaire chanteur, mise en ligne par un individu anonyme annonçant son décès de façon prématurée (1).

Loi de 1881 et fake news du XXIe siècle
Si Internet forme aujourd’hui un forum d’échanges global favorisant l’expansion de la liberté d’expression, il est impossible d’ignorer les dérives induites par la vitesse et l’effervescence des contenus. C’est le cas des fake news, ces actualités créées intentionnellement pour tromper le public et lui fournir une représentation erronée
de la réalité ou une dénaturation des faits, souvent utilisées à des fins malveillantes. Au-delà de la désinformation de masse, les fake news nourrissent des théories conspirationnistes, en augmentation en France (2), ainsi que les propagandes les
plus nauséabondes. L’impulsion des réseaux sociaux permet de donner une ampleur inédite aux fake news, parfois relayées par des médias institutionnels ou historiques, voire par des responsables politiques. Lutter efficacement contre ce « cancer » de la désinformation exige de responsabiliser tous les acteurs impliqués dans sa propagation, depuis la source d’une fake news, en passant par les algorithmes de classement basés sur la popularité des contenus, jusqu’à l’internaute qui relaie la désinformation – sciemment ou à son insu – à travers l’audience de masse des réseaux sociaux. Il est nécessaire d’adapter notre cadre juridique et d’inciter les acteurs les plus impliqués à privilégier la vérité par rapport à la popularité. Or notre arsenal législatif peine à s’adapter au numérique, même si les règles de fond applicables gardent toute leur légitimité. Le dispositif législatif français issu de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse permet déjà, en soi, l’appréhension des fake news. L’article 27 de cette loi fondamentale pour notre démocratie dispose en effet que « la publication, la diffusion ou la reproduction, par quelque moyen que ce soit, de nouvelles fausses, de pièces fabriquées, falsifiées ou mensongèrement attribuées à des tiers lorsque, faite de mauvaise foi, elle aura troublé la paix publique, ou aura été susceptible de la troubler, sera punie d’une amende de 45.000 euros ». Si le texte permet ainsi de condamner aussi bien le fait d’avoir publié ou d’avoir relayé une fake news, il faut néanmoins que l’auteur ait été de mauvaise foi. Cette condition reste indiscutablement légitime. Elle exonère de responsabilité l’internaute ou le média reproduisant une information fausse en la croyant véridique.
Il a ainsi déjà été jugé que l’absence de vérification de l’information communiquée était insuffisante pour engager la responsabilité du diffuseur d’une fausse information (3).
En ce sens, seules les personnes à la source de l’information fausse ou dont on peut démontrer qu’elles en connaissaient le caractère mensonger, pourraient être condamnées. Il faut ensuite que la fake news soit de nature à troubler « la paix publique », ce qui peut laisser une marge d’interprétation importante aux juges et qui devrait écarter les cas isolés d’internautes relayant de telles informations à leur cercle restreint via, par exemple, un compte Facebook fermé et avec peu d’amis.Ce texte a été très peu appliqué en jurisprudence (4), sans doute pour éviter les potentielles atteintes à la liberté d’expression et les accusations de vouloir imposer une vérité officielle. Or, il est le seul texte général, en France, à rendre illicites les fausses nouvelles, lorsqu’elles ne peuvent être sanctionnées sur le fondement d’autres infractions, telles que la calomnie, la diffamation ou l’incitation à la haine. Mais lorsque le temps judiciaire discrédite la loi, faut-il encore légiférer ?

Faut-il sanctionner pénalement ?
C’est dans ce contexte que le débat a été relancé en France. Le 22 mars 2017, la sénatrice Nathalie Goulet (5) a soumis une proposition de loi (6) visant à définir et sanctionner les fausses nouvelles, ou «fake news ». Cette proposition a pour objectif
de reprendre la jurisprudence de la Cour de cassation sur l’application de l’article 27
de la loi du 29 juillet 1881, mais en assouplissant l’exigence d’un élément moral de l’infraction, à savoir la mauvaise foi. Il s’agirait en effet de pouvoir sanctionner les personnes qui relaient des contenus sans en avoir vérifié les sources. Il est proposé d’ajouter un nouvel article 226-12-1 du Code pénal qui sanctionnerait la mise à disposition du public de fake news non accompagnées des réserves nécessaires (7). Un nouvel article 226-12-2 du Code pénal préciserait également : « Doit notamment être considéré de mauvaise foi, l’éditeur, le diffuseur, le reproducteur, le moteur de recherche ou le réseau social ayant maintenu à la disposition du public des nouvelles fausses non accompagnées des réserves nécessaires pendant plus de trois jours à compter de la réception du signalement de leur caractère faux ». L’auteur de la fake news pourrait cependant prouver sa bonne foi en démontrant qu’il a accompli les
« démarches suffisantes et proportionnelles aux moyens dont il dispose » pour vérifier le contenu litigieux.

Responsabilité, rigueur et déontologie
Si elles étaient adoptées, ces nouvelles règles feraient peser sur les particuliers, comme sur les acteurs du Web, une responsabilité lourde, similaire à celle pesant sur les journalistes professionnels (8). Les notions de « mauvaise foi », de « réserves nécessaires » et de « démarches suffisantes et proportionnelles aux moyens dont il dispose » seront laissées à l’appréciation souveraine des juges du fond à défaut d’indications plus précises. Le texte envisagé par le Sénat souhaitait ériger cette infraction en délit et proposait une peine d’un an d’emprisonnement et de 15.000 euros d’amende. Des nouvelles dispositions du Code pénal ajouteraient en outre que les éditeurs de presse et les syndicats de journalistes pourraient se constituer partie civile, endossant ainsi le rôle de « gardiens de la rigueur et des exigences déontologiques qu’implique l’exercice journalistique », selon les termes du préambule de la proposition de loi. Néanmoins, il semble que le calendrier de cette proposition de loi – déposée au Sénat le 22 mars 2017 – ait été retardé, puisqu’elle n’a toujours pas été étudiée par l’Assemblée nationale à ce jour ni fait l’objet de travaux en commissions. Quant aux réseaux sociaux, quelle est leur contribution contre la désinformation de masse ? Légalement, les hébergeurs n’ont pas un devoir de réaction aux fake news. Selon la réglementation française et européenne (9), les réseaux sociaux sont considérés comme des hébergeurs des contenus mis en ligne par leurs membres et bénéficient
à ce titre d’un régime de responsabilité limitée. Ils doivent, d’une part, conserver les données d’identification des personnes ayant contribué à la création de contenus sur leurs services et les communiquer, sur demande, à l’autorité judiciaire. D’autres part,
ils doivent bloquer et faire cesser les contenus faisant « l’apologie des crimes contre l’humanité, de la provocation à la commission d’actes de terrorisme et de leur apologie, de l’incitation à la haine raciale, à la haine à l’égard des personnes à raison de leur sexe, de leur orientation ou identité sexuelle ou de leur handicap ainsi que de la pornographie enfantine, de l’incitation à la violence, notamment l’incitation aux violences faites aux femmes, ainsi que des atteintes à la dignité humaine ». Mais
ce, uniquement après que de tels contenus leur ont été signalés (10). Les fausses nouvelles qui n’inciteraient pas à la haine, à la violence, à la discrimination ou à la dignité humaine, échappent donc au champ d’application de ce texte qui définit strictement les contenus illicites que les hébergeurs – dont font encore partie les Facebook, WhatsApp, Twitter et autres Snapchat – doivent contribuer à bannir de leurs services, lorsque de tels contenus leur sont signalés. Face à l’ampleur du phénomène des fake news et aux pressions exercées contre eux, certains réseaux sociaux ont pris des initiatives. Facebook a, par exemple, mis en ligne un outil de vérification des contenus pour lutter contre les fake news (11). Cet outil n’a toutefois pas permis à Facebook d’essuyer les nombreuses critiques récentes reçues pour la mise en avant automatique de fake news, notamment lors de la tuerie de masse de Las Vegas (12). Le 16 novembre 2017, Facebook, Google, Twitter et Bing ont rejoint le « Trust Project », un consortium de grands éditeurs de presse créé pour lutter contre les fake news (13). Alors que l’Union européenne consulte de son côté (lire encadré cidessous), la contribution des géants américains est bienvenue, puisqu’ils sont les instruments de la diffusion, à grandes échelle, des articles des éditeurs de sites web, via notamment leurs procédés d’indexation et de mise en avant de contenus ainsi que le partage effectué par leurs utilisateurs. @

ZOOM

L’Europe, elle, consulte jusqu’en février 2018 : pour éviter ses erreurs passées ?
La Commission européenne a lancé le 13 novembre 2017 une consultation publique
en ligne concernant la lutte contre les fake news (14). Les objectifs sont résumés ainsi :
« La consultation vise à recueillir des informations sur les aspects suivants : définition des fausses nouvelles et de leur diffusion en ligne ; évaluation des mesures déjà prises par les plateformes en ligne, les médias et les organisations de la société civile pour contrer la diffusion de fausses nouvelles en ligne ; futures actions possibles pour renforcer les informations de qualité et endiguer la propagation de la désinformation en ligne ». La consultation est ouverte jusqu’en février 2018 à toutes les parties prenantes – citoyens, journalistes, personnes morales, fournisseurs de services – qui peuvent répondre à des questionnaires adaptés. Les résultats seront publiés à la suite de la consultation. Réfléchir avant de légiférer, une saine méthode…, à condition de ne pas reproduire les erreurs du passé récent, comme la Cour de Justice de l’Union européenne (CJUE) qui a « inventé » un droit à la désindexation, dont elle a confié
la mise en oeuvre aux moteurs de recherche (15), ou comme la Commission et le Parlement européens qui s’apprêtent dans le cadre du futur règlement « ePrivacy »
à confier aux éditeurs de logiciels de navigation le soin d’informer les internautes sur
le dépôt d’un fichier « cookie » et de paramétrer les conditions de leurs choix (16). Gageons donc, sans devoir se contenter d’allumer un cierge – sauf à la mémoire de Johnny –, que cette consultation publique sur les fake news ne relèguera pas le juge
au rang de figurant et ne fera pas de la loi l’instrument d’un abandon de souveraineté européenne. Il en va de la vérité dans nos démocraties. De notre culture européenne de la liberté d’expression. @

 

Les jeunes « Millennials » sont devenus la cible publicitaire de nouveaux médias vidéo

Les jeunes « Millennials », à savoir les 15-35 ans qui constituent les générations dites Y et Z tombées dans l’Internet lorsqu’ils étaient petits, suscitent un intérêt grandissant et sans précédent de la part des plateformes numériques – vidéo en tête – et des professionnels de la publicité digitale.

C’est le nouvel eldorado
des nouveaux médias. Les
« Millennials », génération englobant les 13-17 ans, les 18-24 ans et les 25-34 ans, font l’objet de toutes les convoitises. Ces 15-35 ans sont des « Digital Native »
– ils sont 16,5 millions en France – et leur principal moyen pour s’informer réside dans leurs réseaux sociaux (Facebook, WhatsApp, Snapchat, Twitter, …). Partant du constat que la jeune génération ne regarde plus ou très peu le petit écran, préférant les médias sociaux à la télévision « de papa », de nouvelles initiatives ont vu le jour pour tenter de capter leur attention et de monétiser cette énorme audience auprès des annonceurs publicitaires.

NowThis News, AJ+, Monkey, Loopsider, …
Elephant, la société de production audiovisuelle cofondée par Emmanuel Chain (photo de gauche), a lancé en septembre 2017 un média baptisé « Monkey » et spécialisé dans les vidéos courtes (3 minutes) à destination de la jeune génération. Avec un budget de départ de 1 million d’euros pour 2018, l’ex-présentateur de « Capital » sur M6 vise les Millennials avec des vidéos d’actualité sur des sujets aussi variés que l’économie ou la science. Monkey emboîte ainsi le pas d’un autre média pour jeunes baptisé « Brut » (1) et lancé en 2016 par Together Studio, la nouvelle société de production de Renaud Le Van Kim, ancien producteur du « Grand Journal » de Canal+, avec parmi ses actionnaires Luc Besson. « Brut » un aussi un média de vidéos courtes de quelques minutes axées sur l’actualité et diffusées uniquement sur les réseaux sociaux.
C’est dans le même esprit que le média vidéo Loopsider sera lancé au début de l’année 2018 par Bernard Mourad (photo de droite), ex-patron d’Altice Media et du pôle médias de SFR, Giuseppe de Martino (ex-directeur général délégué de Dailymotion) et Arnaud Maillard (ex-responsable du numérique chez Discovery (Eurosport). Baptisé initialement Looper, en référence à l’idée de boucle virale des réseaux sociaux, Loopsider vient d’être rejoint par Johan Hufnagel (ex-cofondateur du site web Slate en France), qui quitte Libération où il était rédacteur en chef pour devenir directeur de la rédaction du futur Loopsider. « C’est un média destiné aux thumbennials, ceux qui s’informent avec leur pouce ! », avait expliqué Giuseppe de Martino en septembre dernier lors de la présentation du nouveau média dont il sera directeur général. Ces trois nouveaux médias vidéo, mais aussi MinuteBuzz (friand de publicités rédactionnelles et racheté par TF1 fin 2016) ou encore Konbini lancé en 2008, s’inspirent de « NowThis News », un média orienté mobiles et réseaux sociaux qui existe aux Etats-Unis depuis 2012 et qui fut lancé par d’anciens cofondateurs du Huffington Post, l’Américain Kenneth Lerer et le Français Eric Hippeau (ancien de Ziff-Davis puis de SoftBank Capital). Edité par le groupe Nine Media au même titre que d’autres nouveaux médias comme Thrillist, The Dodo, and Seeker, «NowThis » revendique aujourd’hui 30 millions de minutes de vidéo vues chaque jour (2,5 milliards de vidéos par mois) par une population âgée à 75 % de moins de 35 ans.
Il y a aussi le groupe audiovisuel qatari Al Jazeera Media Network (AJMN) qui a montré la voie aux Etats-Unis avec AJ+, média vidéo créé dès décembre 2012, il y a cinq ans maintenant, d’abord sur le canal de la chaîne Al-Jazeera et l’année suivante comme chaîne sur YouTube. AJMN – groupe d’où est par ailleurs issu BeIn Media Group (2) – a installé AJ+ à San Francisco (Californie) dans les anciens locaux de la chaîne américaine Current TV qu’avait cofondée Al Gore avant d’être revendu au groupe qatari en 2013 (chaîne remplacée par Al Jazeera America). Disponible dans trois versions linguistiques (anglais, espagnol et arabe), AJ+ propose des actualités en vidéos courtes de 30 secondes à 3 minutes, ainsi que des vidéos contextuelles, thématiques ou encore divertissantes, sans oublier des documentaires courts de 6 à 10 minutes. Mais le pionnier audiovisuel orienté Millennials est assurément le groupe américano-canadien Vice Media, dont le banquier français Matthieu Pigasse (Lazard) est actionnaire minoritaire aux côtés des grands groupes américains Disney, 21st Century Fox et WPP (3).

Viceland de Vice Media, un pionnier
Vice Media édite la chaîne de divertissement « Viceland » destinée aux jeunes de la génération numérique. Après le Canada et les Etats- Unis en février 2016, la version britannique a été lancée au mois de septembre suivant sur Sky et Now TV. Le cofondateur de Vice Media, Shane Smith, qui, avant l’été 2017 a levé 450 millions de dollars auprès du fonds TPG (ce qui valoriserait le groupe 5,7 milliards de dollars) pour conquérir la planète, souhaite en effet lancer en Europe une douzaine de chaînes Viceland, avec productions originales, qui seront accessibles sur ordinateur, smartphone, tablette, console de jeux ou encore box Internet. La filiale française a été lancée il y a dix ans (2007) mais la chaîne Viceland a démarré en 2016 en partenariat avec Canal+ (Vivendi) et Snapchat (plateforme Discover). Matthieu Pigasse devait prendre une participation minoritaire dans Vice Media France, via sa holding personnelle LNEI (4), mais le banquier d’affaires préfère s’en tenir à des synergies avec ses propres médias.

Mais aussi Vivendi et Viacom
Décidément, le smartphone suscite l’intérêt des nouveaux médias mais ils ne sont pas les seuls. Des producteurs TV s’y intéressent aussi : Vivendi s’est lancé il y a un an dans la production de séries de formats courts créées pour les smartphones. Baptisée Studio+, cette offre fait l’objet d’une application pour mobiles. C’est Dominique Delport, qui a remplacé Rodolphe Belmer (ex-DG de Canal+) à la présidence de la filiale Vivendi Contents, qui pilote cette initiative tournée vers la jeune génération (5). Aux Etats- Unis, le groupe Viacom, qui détient les studios hollywoodiens Paramount et la chaîne payante pour adolescents MTV, est lui aussi en quête de nouveaux programmes numériques où le mobile sera bien pris en compte.
Ces médias et productions vidéo de nouvelle génération vont surfer sur la vague des Millennials, dont la consommation en ligne de contenus est cependant très volatile.
Une étude de MarketingProfs publié au printemps 2017 indiquait que cette génération née à partir des années 1990 pouvait passer d’une plateforme numérique à une autre environ 27 fois par heure, soit toutes les deux minutes ! Mais une chose est sûre : les générations Y et Z sont de plus en plus consommatrices de vidéos. Selon l’étude
« State of Online Video » (6) publiée en octobre par l’hébergeur et diffuseur mondial
de contenu digital Limelight Networks, un jeune utilisateur passe en moyenne 5h45 à regarder du contenu vidéo chaque semaine et est abonné à un ou plusieurs services
de vidéo à la demande (VOD). « L’évolution progressive vers le visionnage en ligne
est une tendance mondiale. Avec le développement du contenu vidéo en ligne, les consommateurs se détournent des écrans de télévision standard et exigent des expériences en ligne de qualité télévisuelle », constate Didier Nguyen, directeur commercial pour l’Europe du Sud chez Limelight Networks. En moyenne, tous âges confondus, les Britanniques passent 5h11mn par semaine à regarder des vidéos en ligne, les Français 5h04 par semaine et les Allemands 4h14. Mais dès que l’on se focalise sur les Millennials, ceux qui regardent le plus de vidéos en ligne, les consommateurs âgés de 18 à 25 ans regardent jusqu’à 7 heures de contenu vidéo
en ligne par semaine. En France, 25 % de cette jeune génération regardent plus de
10 heures par semaine ! Toujours selon Limelight Networks, ces 18- 25 ans regardent plus de programmes de type e-sports (7) et de jeux vidéo en ligne que d’émissions sportives traditionnelles. Mais attention, prévient ce Content Delivery Network (CDN) basé dans l’Arizona, « les consommateurs n’ont aucune patience pour le buffering répété (8) ». Qu’à cela ne tienne, les annonceurs et les professionnels du marketing sont demandeurs de contenus de qualité pour le jeune public, pour peu que l’on sache attirer leur attention et générer ainsi une large audience monétisable. Mais aussi nouveaux médias soient-ils, ces nouvelles plateformes vidéo auront du mal à s’approprier le « temps de cerveau disponible » des internautes, à l’instar de celui des téléspectateurs convoité par les chaînes de télévision – pour reprendre la formulation controversée de Patrick Le Lay en 2004, alors PDG de TF1, employée dans son livre
« Les dirigeants face au changement ».
Dans une étude de l’Hadopi publiée en juin dernier, intitulée « L’Essentiel sur les pratiques culturelles des “smartphones natives” », il est démontré que ces derniers consomment en ligne « de façon massive » et que « le téléphone est désormais leur moyen le plus courant pour accéder aux biens culturels dématérialisés : musique, vidéos et jeux au format court les accompagnent tout au long de la journée – tandis que les contenus au format plus long sont réservés aux soirées et aux week-ends ». Selon cette étude, YouTube est de loin la principale clé d’entrée sur Internet de ces jeunes générations et ses tutoriels y guident leurs pratiques. « Le recours systématique à la plateforme YouTube et au streaming gratuit de manière générale forge des attentes très pragmatiques d’une fast culture privilégiant l’immédiateté, la facilité d’accès, la gratuité et la consommation de formats très courts », est-il analysé. En France, selon Médiamétrie, les Millennials, âgés de 13 à 34 ans représentent près d’un tiers de la population de 13 ans et plus. Son étude « Media in life » montre que « le téléphone mobile représente aujourd’hui plus d’un quart de leurs contacts médias et multimédias quotidiens ». Son autre étude « Global TV » constate que « les moins de 25 ans privilégient les plateformes vidéo gratuites comme YouTube ou Dailymotion, les agrégateurs de contenus TV tels que Molotov, MyCanal ou les applications TV des opérateurs (TV d’Orange, SFR TV, …), et les réseaux sociaux ».

Moyenne de 5,5 écrans « vidéo » par foyer
Mais contrairement aux idées reçues, ces « Digital Native » sont nombreux à être fidèles aux médias traditionnels : plus des deux-tiers regardent la télévision ou écoutent la radio (9) chaque jour, quel que soit le support. « En termes de pratiques médias et multimédias, cette population se montre adepte et sur-consommatrice de loisirs numériques comme les jeux vidéo ou la musique », explique Médiamétrie, qui comptabilise en moyenne 5,5 écrans « vidéo » par foyers en France. @

Charles de Laubier

Les médias face à la concurrence des GAFA : « total video » pour les uns et « web first » pour les autres

Qu’ils soient groupes audiovisuels comme RTL ou groupes de presse comme Sud-Ouest, les acteurs des médias traditionnels sont passés à l’offensive pour résister aux rouleaux compresseurs des GAFA. Leur meilleure arme dans la
« glocalisation » est le total video pour les uns et le web first pour les autres.

« Notre métier de base, c’est la télévision. Mais il faut
que l’on sorte de ce schéma pour poursuivre dans ce
que nous appelons le “total video” qui couvre la diffusion multisupports, les contenus exploitables sur les plateformes des GAFA, et les investissements que
nous faisons dans des plateformes vidéo », a expliqué Guillaume de Posch (photo de gauche), co-directeur général de RTL Group, lors du 26e colloque de NPA-Le Figaro organisé le 7 novembre sur le thème de « Plus que jamais la glocalisation ! ».

« Rapports de force avec les GAFA »
De son côté, Olivier Gerolami (photo de droite), président du groupe Sud-Ouest, se situe sur un autre registre : « Nous sommes engagés dans une digitalisation à marche forcée, avec le virage de l’ensemble de la rédaction vers le schéma “web first” où l’ensemble de la rédaction produit des contenus en mode continue pour le papier,
le site web et les applis mobiles ». Si les deux approches – « total video » et « web
first » – sont très différentes de l’activité média historique respective de chacun des deux groupes (télé pour l’un, presse pour l’autre), elles ont un souci commun : ne pas se laisser dépasser localement par les GAFA mondialisés.« La télévision doit devenir globale, plus que pan-européenne, car les effets d’échelle dans le nouveau mode de consommation de vidéos sont absolument colossaux et nous permettent d’amortir beaucoup plus rapidement les coûts de nos programmes. Ce qu’ont entrepris les GAFAN [«N» pour Netflix]issus du marché américain », a expliqué Guillaume de Posch. Et de regretter : « Un des problèmes de l’Europe est que nous n’avons pas été capables, comme industrie européenne, de développer l’équivalent des GAFAN.
(…) On ne parviendra pas à répliquer un Netflix au niveau européen. On aurait dû le faire il y a cinq ans, mais pas maintenant ».
La réponse de RTL Group, qui détient 48,2 % de M6 en France (1), est de faire du total video multi-local, voire des programmes de niche, « que ne sont pas capables de faire les géants globaux du Net ». Le groupe Sud-Ouest, deuxième plus grand éditeur de quotidiens régionaux (Sud-Ouest, Charente Libre, …) derrière Ouest-France, veut lui aussi établir « un rapport de force avec les GAFA » en faisant du web first côté éditorial et du traitement des données utilisées à des fins de ciblage publicitaire côté data. Cela ne l’empêche pas d’investir dans une DMP (Data Management Platform) en partenariat avec Google (Analytics), tout en étant actionnaire de l’alliance Gravity (2). Objectif : faire contrepoids aux GAFA autour de la publicité programmatique ciblée et de la data à monétiser. « La priorité est donnée au digital car le consommateur, le lecteur, demande un rafraîchissement des contenus d’information. Nous faisons aussi un journal presse de qualité, même si la diffusion s’érode lentement, de – 2 % à – 3 % par an. Il est donc impératif pour nous d’avoir des relais de croissance en monétisant nos contenus en ligne à travers nos sites web et applis mobiles freemium », explique Olivier Gerolami pour justifier le web first.
Pour RTL Group, le total video s’impose en raison de « l’explosion de la vidéo » sur Internet : « Il faut avoir une part de marché suffisante pour pouvoir monétiser son offre vidéo, face à de nouveaux acteurs tels que Netflix, Facebook, Amazon, Snapchat, YouTube ou Twitter », prévient Guillaume de Posch. Son groupe a investi dans BroadbandTV, DiviMov, StyleHaul ou encore Smartclip. Selon lui, la télévision linéaire garde cependant trois principaux atouts par rapport à « un monde en ligne trop fragmenté » : le live, la proximité et la gratuité (« Nothing beats free »). « Les GAFA sont désireux de nous piquer notre business…, car les recettes publicitaires de la télévision sont encore à près de 200 milliards de dollars au niveau mondial, alors que la publicité digitale est bien plus modeste », rassure-t-il. Dans la presse, Olivier Gerolami précise que Sud-Ouest a 20.000 abonnés payants dans le digital, à raison de 10 euros par mois – sur un total de 250.000 exemplaires quotidiens (papier encore pour l’essentiel). L’objectif est d’en avoir 50.000 d’ici à 2020. « On parle de crise de la presse mais si l’on additionne le lectorat papier, les internautes et les mobinautes, nous avons aujourd’hui beaucoup plus d’audience qu’à l’époque du seul papier ».

Montée en charge du digital
Outre le fait de résister aux GAFA(N), RTL Group et Sud-Ouest ont aussi en commun d’être sous contrôle familial (Mohn pour Bertelsmann et Lemoîne pour GSO) non cotés en Bourse contrairement à leurs grands rivaux américains du Net. Leur activité historique respective est en pleine transition numérique. « La publicité digitale dépasse les 15 % de la publicité totale, et se situera entre 20 % et 25 % d’ici deux ou trois ans », prévoit le patron de Sud-Ouest (3). Quant à RTL Group, il a dépassé l’an dernier les
10 % de chiffre d’affaires (4) dans le digital. @

Charles de Laubier