Vivendi a encore déprécié sa filiale Dailymotion, de 68 millions d’euros dans ses résultats 2019

Dailymotion a 15 ans d’existence, la plateforme vidéo française ayant été créée le 15 mars 2005 par Benjamin Bejbaum et Olivier Poitrey. Mais le « YouTube » français, dévalorisé, continue encore de perdre de l’argent. Ses partenariats avec des éditeurs en Europe et aux Etats-Unis se multiplient.

(Après cet article paru dans EM@ n°234, Huawei et Dailymotion ont annoncé le 26 mai que le chinois intègre désormais la solution technologique vidéo du français)

« Vivendi a comptabilisé en 2019 une dotation pour dépréciation du compte courant de Dailymotion à hauteur de 68 millions d’euros », peut-on lire dans le document d’enregistrement universel 2019 de Vivendi, publié le 12 mars dernier. Ce n’est pas la première fois que le groupe multimédia de Vincent Bolloré procède à une dévalorisation de sa filiale Dailymotion. Dans son document de référence 2018 cette fois (1), Vivendi avait déjà dû comptabiliser une dépréciation de Dailymotion d’un montant de 73 millions d’euros, tout en consentant en plus à sa plateforme vidéo « un abandon de créance de 55 millions d’euros ». Autrement dit, financièrement, le « YouTube » français ne vaudrait plus que 130 millions d’euros au titre de l’année 2019. Soit moins de la moitié de sa valeur d’achat. Car si Dailymotion a 15 ans d’existence maintenant, son rachat par le groupe Vivendi date d’il y a 5 ans maintenant : c’est en juin 2015 qu’Orange lui vend dans un premier temps 90 % du capital de la plateforme vidéo pour 271,25 millions d’euros, avant de lui céder en juillet 2017 les 10 % restants pour 26 millions d’euros supplémentaires.

Dailymotion a perdu la moitié de sa valeur
Au total, Dailymotion aura coûté à l’achat à Vivendi près de 300 millions d’euros (2). Et encore, la valorisation de la plateforme française d’agrégation et de diffusion de contenus vidéo est peut-être bien moindre au regard de ses performances financières. Or Vivendi ne publie plus depuis deux ans le chiffre d’affaire de Dailymotion, ni ses pertes qui se sont creusées. Et ce, alors que Maxime Saada (photo), directeur général du groupe Canal+ depuis septembre 2015, est devenu aussi en mars 2017 président du conseil d’administration (3) de la plateforme vidéo qu’il a reprise en main. Les derniers résultats rendus publics de Dailymotion remontent à 2018 dans le document de référence de 2017 : Dailymotion affiche alors un chiffre d’affaires de seulement 43,2 millions d’euros, en chute de 26 % sur un an, avec une perte de 75,2 millions d’euros (contre 42,3 millions l’année précédente). La valeur comptable de Dailymotion dans les comptes de Vivendi était encore de Continuer la lecture

Spotify fait gagner beaucoup d’argent aux labels et majors de la musique mais reste encore déficitaire

Fondée par Daniel Ek en 2006 et éditrice de la plateforme de streaming musical ouverte au public en 2008, la société suédoise Spotify reste désespérément déficitaire. Pourtant, grand paradoxe de la filière musicale, elle est la première à contribuer aux revenus de la musique en ligne dans le monde.

De Paris à Washington, les producteurs de musique – les majors Universal Music, Sony Music et Warner Music en tête – sont unanimes : les plateformes de streaming, au premier rang desquelles Spotify, leur rapporte de plus en plus d’argent. Le streaming musical est même devenu leur première source de revenu, loin devant les ventes physiques et les téléchargements de musiques enregistrées. Pourtant, depuis sa création en avril 2006, la société suédoise dirigée par Daniel Ek (photo) est toujours déficitaire. Selon le rapport annuel de la Recording Industry Association of America (RIAA), publié le 25 février par l’organisation basée à Washington, le streaming a représenté 8,8 milliards de dollars sur l’année 2019 aux Etats-Unis, soit 79,5 % des recettes – lesquelles s’élèvent au total à 11,1 milliards de dollars (physiques et numériques).

« Marquee » : Spotify veut faire payer labels et artistes
En France, le Syndicat national de l’édition phonographique (Snep) a présenté à Paris le même jour que la RIAA son bilan annuel (2) : là aussi, le streaming est aussi devenu la locomotive de la musique enregistrée en générant 59 % des ventes en 2019 – soit 368,2 millions d’euros, sur un total des ventes de 624,5 millions d’euros (physiques et numériques). Dans le reste du monde, la tendance de fond est la même. Les chiffres globaux de la fédération internationale – l’IFPI (3) – seront consolidés dans quelques semaines. Mais, selon les estimations de Edition Multimédi@, les revenus mondiaux du streaming auraient représenté pour la première fois l’an dernier plus de la moitié du chiffre d’affaires global des ventes de musiques enregistrées – contre 46,6 % des 19,1 milliards de dollars de 2018. De part et d’autre de l’Atlantique, le streaming musical est Continuer la lecture

Pris en étaux entre Amazon et Alibaba, eBay – 25 ans – cherche à augmenter sa valorisation

1995-2020 : un quart de siècle. Lorsque le Français Pierre Omidyar lança Auctionweb il y a 25 ans, il était loin d’imaginer que sa « place de marché honnête et ouverte » allait devenir le géant mondial du e-commerce eBay. Mais distancée par Amazon et Alibaba, la firme de San José est contrainte de se recentrer sur son métier historique.

Malgré un chiffre d’affaires 2019 de 10,8 milliards de dollars, un bénéfice net de plus de 1,7 milliard de dollars, une valorisation boursière proche de 30 milliards (1), plus de 183 millions d’acheteurs actifs dans le monde, et un volume de ventes en ligne de 90,2 milliards de dollars de transactions cumulées l’an dernier sur ses places de marché, eBay est en pleine crise des 25 ans. Des actionnaires, parmi lesquels deux fonds d’investissement newyorkais, Starboard Value et Elliott Management, estiment que le groupe eBay est « profondément sous-évaluée » et qu’il lui fallait – et ils ont eu gain de cause – se séparer de ses filiales StubHub (billetterie en ligne) et eBay Classifieds (petites annonces).
Est-ce aussi l’avis de Pierre Omidyar (photo), fondateur d’eBay, toujours membre du conseil d’administration (un des 14 « Director ») et encore l’un des principaux actionnaires avec plus de 4 % du capital de la firme de San José ? Ce Français d’origine iranienne – devenu milliardaire à 31 ans lors de l’introduction d’eBay en Bourse en 1998 et aujourd’hui 120e fortune mondiale et 36e américaine, selon Forbes (2) – s’était opposé en 2014 à la vente de PayPal (3). Et ce, avant que l’investisseur activiste Carl Icahn n’obtienne la scission l’année suivante.

Cessions d’actifs et rachats d’actions
Cinq ans après l’introduction en Bourse de ce pionnier du paiement en ligne (4), c’est au tour des investisseurs Starboard Value et Elliott Management de réussir à convaincre la direction d’eBay de vendre StubHub et ses actifs « Classifieds ». La décision de céder StubHub n’a pas été prise sans remous. Devin Wenig, opposé à cette vente, a choisi fin septembre 2019 de démissionner de son poste de PDG. Sous pression de ces deux fonds « activistes » (5), il avait expliqué ne plus être « sur la même longueur d’onde que [son] nouveau conseil d’administration ». Cinq ans auparavant, son prédécesseur John Donahoe avait déjà dû céder les rênes d’eBay après s’être opposé à la scission de PayPal. Perdre deux CEO en cinq ans, cela fait beaucoup ! Il y a maintenant près de six mois qu’eBay a un PDG par intérim, en la personne de Scott Schenkel (6). Le conseil d’administration, présidé par Thomas Tierney, cherche toujours son futur CEO. En cette période de transition incertaine, les spéculations vont bon train : Continuer la lecture

Plateformes musicales et Sacem : accord clean claim

En fait. Depuis le 1er janvier 2020, est entré en vigueur un accord de bonne pratique appelé « clean claim » et signé entre trois plateformes musicales – Spotify, YouTube/Google, Apple Music – et les sociétés européennes de gestion collective des droits d’auteur telles que la Sacem. Fini la rétroactivité des droits.

En clair. Désormais, depuis le 1er janvier 2020, il n’est plus possible pour les musiciens et auteurs interprètes de toucher leurs droits d’auteur de manière rétroactive pour les diffusions de leurs musiques en ligne. C’est le résultat d’un accord signé l’an dernier entre la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (Sacem) et ses homologues européennes (l’anglaise PRS, l’allemande GEMA, l’italienne SIAE, l’espagnole SGAE, …), d’une part, et les trois principales plateformes de streaming musical que sont Spotify, YouTube/Google, Apple Music, d’autre part. « Ce nouvel accord de bonne pratique est appelé “clean claim”. Son principe est clair : si l’œuvre n’a pas été déposée à la Sacem dans l’année de sa première diffusion, nous ne pourrons plus la revendiquer auprès des plateformes comme Spotify, jusqu’au dépôt formel. Nous ne pourrons donc pas facturer au titre de ses exploitations en ligne, sur la période préalable au dépôt », a prévenu Julien Dumon, directeur des droits phonographiques et numériques à la Sacem, dans le magazine des sociétaires de la Sacem (au nombre de 169.400 à ce jour) diffusé cet hiver. Auparavant, la Sacem pouvait revendiquer les œuvres qu’elle supposait signées de ses membres en attendant que les membres déposent vraiment l’œuvre (1). Désormais, cela ne lui est plus possible, afin d’éviter les « conflits de revendication » éventuels avec d’autres sociétés de gestion collective européennes. Par exemple, si la PRS en Grande-Bretagne revendique une œuvre et la Sacem fait de même, cette situation provoque le blocage du paiement des royalties par la plateforme musicale. « Aujourd’hui, nous devons prouver que cette œuvre est bien déjà déposée. Certes, un délai de rattrapage est quand même prévu, mais il est court. Au plus tard, l’œuvre doit être déposée dans les douze mois suivant sa première exploitation », indique Julien Dumon.
La Sacem indique en outre qu’« 1 million de vues sur YouTube génèrent environ 350 euros en moyenne, quand 1 million d’écoutes sur Spotify apportent environ 1.100 euros de droits d’auteur » (2). Et de comparer : une musique en ligne recevra 0,001 euro par stream (Spotify Premium) ; chaque titre d’un album de douze titres vendu sur CD percevra en moyenne 0,06 euro. C’est déjà mieux qu’une chanson écoutée sur NRJ qui rapporterait seulement 0,000004 euro par auditeur ! @

Les plateformes numériques sont-elles parties pour un grand chelem de sanctions ?

Les géants du Net sont pris entre deux feux principaux : le droit de la concurrence, d’une part, et la protection des données, d’autre part. Mais ces deux référentiels juridiques s’entremêlent de plus en plus et se démultiplient, au risque d’aboutir à des doubles sanctions. Ce que l’Europe assume.

Par Olivier de Courcel, avocat associé, cabinet Féral-Schuhl/Sainte-Marie

Alors que les textes de référence s’accumulent, de même que les procédures de contrôle et les sanctions (aux amendes toujours plus élevées), la mise en conformité (compliance) devient comme un grand chelem pour les plateformes numériques. Les procédures se multiplient: aux Etats-Unis, 5 milliards de dollars imposés à Facebook par la FTC américaine en juillet 2019, contrôle en cours par le DoJ sur les GAFA, enquête préliminaire conjointe de 48 Etats fédérés ; en Europe, amende de 2 millions d’euros en Allemagne pour le manque de transparence de Facebook sur les contenus illicites (1), enquête préliminaire lancée par la Commission européenne sur la collecte et l’utilisation des données des utilisateurs de Google (2), contrôle en cours par la « Cnil » irlandaise sur les ventes aux enchères d’espaces publicitaires de Google, pré-rapport de l’autorité de la concurrence britannique (CMA) sur les plateformes (3), etc…

Un empilement de textes et de sanctions
Or les référentiels juridiques ainsi opposés aux plateformes numériques sont d’autant plus complexes à articuler qu’ils tendent à s’ajouter en silos les uns à la suite des autres sans mise en cohérence. Les plateformes numériques sont d’abord des habituées du droit de la concurrence. La première décision rendue en France contre Google, en 2010 par l’Autorité de la concurrence, sanctionnait déjà le fonctionnement discriminatoire de l’affichage publicitaire sur le moteur de recherche et l’opacité des conditions de fourniture et interruption de son service Adwords (4). Le même abus de position dominante était soumis au gendarme de la concurrence à deux occasions en 2019 (5), ce qui l’amena en décembre dernier à assortir son injonction d’une sanction pécuniaire de 150 millions d’euros (6). Google a également fait l’objet de sanctions par la Commission européenne, à trois reprises entre 2017 et 2019 et pour un total qui dépasse 8 milliards d’euros (7). Par ailleurs, au titre du contrôle des concentrations, cette dernière a approuvé les principales opérations de fusion-acquisition des plateformes, notamment celle en 2014 de WhatsApp par Facebook (8). Ensuite, l’entrée en vigueur fracassante du règlement général sur la protection des données (RGPD), le 25 mai 2018, avec possibilité de sanctions jusqu’à 4% du chiffre d’affaires, a amené les entreprises, y compris les plateformes numériques, à prendre plus au sérieux le référentiel juridique applicable aux traitements de données à caractère personnel. A ce jour, néanmoins, les sanctions prononcées ne dépassent pas 215 millions d’euros pour un dossier (9). Les plateformes numériques connaissent bien l’orientation des régulateurs européens en matière de données et vie privée puisque, ne serait-ce qu’en France, Facebook a subi en 2017 deux décisions de sanction : l’une pour sa combinaison massive de données à des fins de ciblage publicitaire des internautes, y compris à leur insu et sur des sites tier (150.000 euros) (10); l’autre pour le traitement illégal par Facebook de données reçues de WhatsApp, (150.000 euros) (11).
Enfin, dans le cadre de sa stratégie pour un marché unique numérique, la Commission européenne a défini des règles applicables à l’ensemble des plateformes en ligne et places de marché actives dans l’Union européenne (près de 7.000), inspirées du droit de la concurrence et du droit de la consommation. Avec le règlement de juin 2019 sur les services d’intermédiation en ligne (12), elle interdit à toute plateforme numérique (et pas seulement celles en position dominante) de fermer sans motif le compte d’un vendeur. Dans le même cadre, les directives européennes concernant les consommateurs ont fait l’objet d’une révision d’ensemble via une directive du 27 novembre 2019 (13). Tout en renforçant la transparence pour les transactions BtoC sur les places de marché en ligne et en établissant une protection pour les consommateurs vis-à-vis des services numériques dits « gratuits » mais fournis contre leurs données personnelles, la nouvelle directive reprend le principe de sanctions pécuniaires qui, dans les lois nationales, devront s’élever « au moins » à 4% du chiffre d’affaires réalisé. En matière de « compliance », le RGPD fait des émules…

Application cumulative ou alternative
Le droit européen de la consommation apporte ainsi un troisième référentiel juridique pour le contrôle et la sanction des plateformes numériques (lesquels relèvent cependant à titre principal des autorités nationales). Encore ce panorama doit-il être complété par des réglementations plus spécifiques telles que la fiscalité (taxe GAFA), le droit d’auteur et les droits voisins de la presse (Google Actualités), la réglementation des télécoms (neutralité du Net) et d’autres…. Les référentiels de conformité opposables aux plateformes numériques s’articulent en fonction de leur objet et de leur échelon de contrôle (autorités nationales ou Commission européenne), ce qui peut entraîner une application cumulative ou alternative selon les cas.

RGPD et abus de position dominante
L’information donnée aux internautes est à l’intersection du droit de la concurrence et de la réglementation des données. Lorsque la filiale WhatsApp informe en 2016 ses utilisateurs qu’elle croisera leurs numéros de téléphone avec leurs identifiants Facebook, la Commission européenne constate que le rapprochement des deux bases de données était déjà possible techniquement lors de l’acquisition par Facebook en 2014, contrairement aux informations alors fournies. Facebook s’en sort en mai 2017 avec une amende de 110 millions d’euros. Mais cette transmission des données de WhatsApp et le manque d’information aux personnes sont aussi sanctionnés par la Cnil en décembre 2019 (150.000 euros). Le droit des abus de position dominante peut aussi prendre en compte une infraction à une loi spécifique, à partir du moment où l’infraction traduit un abus de cette position qui a pour objet ou pour effet de restreindre la concurrence sur le marché considéré (14). C’est ainsi qu’en Allemagne, l’autorité de la concurrence s’est essayée en février 2019 à démontrer les manquements de Facebook au RGPD pour considérer qu’ils traduisaient en tant que telle la position dominante du réseau social et son exploitation abusive (15). En appel, cette confusion des genres n’a pas été écartée dans le principe, mais la cour régionale de Düsseldorf a considéré que le non-respect du RGPD ne démontrait pas à lui seul l’existence d’un abus de position dominante ayant un effet anti-concurrentiel (16).
En sens inverse, pour le calcul de ses sanctions, le RGPD prend en compte certains aspects qui peuvent traduire une position dominante, tels que le nombre de personnes concernées par la violation ou bien les avantages financiers obtenus (17). Dans ses décisions concernant Facebook, la Cnil ne manque pas d’évoquer les 33 millions de personnes concernées et le caractère massif de la collecte de données qui en résulte (18). Dans sa décision de janvier 2019 concernant Google (50 millions d’euros), la Cnil considère même que la position dominante du système d’exploitation Android sur le marché français, associée au modèle économique du moteur de recherche bâti sur la publicité personnalisée, renforce les obligations de Google au titre du RGPD (19). A l’échelon de l’Union européenne, le commissaire à la Concurrence envisage de combiner la réglementation des données personnelles et les règles antitrust en analysant les données comme des actifs, dont la valeur croît d’autant plus qu’elles ne sont pas facilement accessibles ou reproductibles et qu’elles peuvent constituer une barrière à l’entrée pour d’autres entreprises. En sens inverse, il anticipe que la qualité de la protection de la vie privée offerte par un service puisse stimuler la concurrence (20). De telles situations créent le risque d’une double sanction pour un même comportement, au titre du droit de la concurrence et du RGPD ou d’une autre réglementation, comme dans le cas Facebook-WhatsApp. En effet, si le principe « non bis in idem » interdit d’appliquer plusieurs sanctions à une même infraction, des exceptions sont possibles lorsqu’il existe un motif d’intérêt général, lorsque que les sanctions ont des objectifs complémentaires et lorsqu’elles respectent le principe de nécessité et proportionnalité des peines (21).
A l’opposé des situations de recoupement, il peut y avoir des « vides réglementaires », lorsqu’un acteur ne se trouve pas en position dominante ou que son comportement n’a pas d’effet anti-concurrentiel sur le marché et que, pour autant, la réglementation n’est pas assez précise pour incriminer son comportement. C’est en ce sens que le règlement de juin 2019 sur les services d’intermédiation en ligne établit des règles inspirées du droit de la consommation pour les entreprises qui normalement n’en bénéficient pas. Or le partage des compétences entre autorités de contrôle est un facteur majeur de la fragmentation des décisions.
Au lieu d’une répartition à partir de seuils de chiffre d’affaires assortie d’un principe de dessaisissement des autorités nationales au profit de la Commission européenne, comme en droit de la concurrence, le RGPD prévoit la compétence de l’autorité nationale de chaque pays concerné par le traitement de données en cause. Un traitement transfrontalier peut être suivi par une autorité nationale « chef de file » (22), mais celle-ci doit susciter un consensus avec ses pairs sur son projet de décision. En cas de désaccord entre autorités nationales, le comité européen à la protection des données (CEPD), qui les réunit toutes, est appelé à trancher (23). En pratique, le risque serait de voir la violation des règles de protection des données sanctionnée faiblement ou pas du tout par les autorités nationales (plus sensibles aux intérêts économiques de leur pays) et se trouver sanctionnée lourdement par la Commission européenne mais au titre du droit de la concurrence. La crédibilité du RGPD s’en trouverait réduite.

Une politique des plateformes s’impose en Europe
Dans ce contexte réglementaire fragmenté, des appels se font entendre pour réviser le droit de la concurrence, promouvoir l’open data et l’interopérabilité, réguler les plateformes numériques à l’instar des opérateurs télécoms dominants, ou encore scinder les GAFAM. Mais en attendant de telles réformes, on peut s’interroger sur le risque de l’absence de politique ou de projet industriel européens pour concurrencer les plateformes américaines et chinoises et pour traiter les données en Europe. @