Les associations de consommateurs veillent à ce que le Data Act mette les utilisateurs au centre

Les particuliers sont les principaux générateurs de données numériques provenant de leurs terminaux et objets connectés. Au-delà de leurs données personnelles, ils doivent avoir le contrôle sur l’ensemble des data qu’ils produisent. Afin que l’économie des données leur profite à eux aussi.

« En tant qu’initiateurs d’une grande partie de ces données, grâce à leur utilisation d’appareils connectés et de services numériques, les consommateurs doivent garder le contrôle sur la façon dont les données – qu’ils ont aidé à générer – sont partagées et avec qui. Ces données sont utiles pour toutes sortes de services dans l’économie, dont les consommateurs pourraient également bénéficier, tels que les fournisseurs de services concurrents ou un plus large choix de services après-vente, y compris la réparation et l’entretien », a prévenu Monique Goyens (photo), directrice générale du Bureau européen des unions de consommateurs (Beuc). Monique Goyens a ainsi interpellé le 23 février dernier la Commission européenne qui présentait ce jour-là sa proposition de règlement sur les données, baptisé Data Act, dont l’objectif est de favoriser une « économie des données » dans les Vingt-sept, et de préciser « qui peut utiliser et les données générées dans l’UE dans tous les secteurs économiques et accéder à ces données ».

Data de 398 millions d’internautes européens
Le texte lui-même de ce projet de règlement sur les données est un document de 64 pages. Mais le Beuc, qui est basé à Bruxelles et qui fête cette année ses 60 ans, met en garde l’Union européenne contre la mise en place d’un cadre législatif ne mettant pas les utilisateurs – en l’occurrence les 398 millions d’internautes européens, selon l’Internet World Stats – au coeur de cette « libéralisation » de la data. « Par exemple, illustre concrètement Monique Goyens, les données générées par un réfrigérateur intelligent devraient pouvoir être transmises à un concurrent ou être consultées par un service tiers si le consommateur le souhaite. Ces données peuvent inclure les paramètres du réfrigérateur, des informations sur le contenu du réfrigérateur, la façon dont il interagit avec d’autres appareils intelligents dans la maison, ou sur la façon dont le réfrigérateur est utilisé ou peut être défectueux ». Autrement dit, le Data Act ne doit pas seulement favoriser l’exploitation par des tiers des masses de données, le plus souvent générées par les Européens des Vingt-sept, mais aussi  Continuer la lecture

L’Arcep et la FFTélécoms : d’accord sur les GAFA

En fait. Le 26 mai, la présidente de l’Arcep, Laure de La Raudière, a annoncé sur BFM Business qu’elle allait suggérer à Thierry Breton de prendre des mesures au niveau européen pour faire payer plus les GAFA pour la bande passante qu’ils utilisent. La mesure divise mais elle est poussée par la FFTélécoms.

En clair. « C’est un vieux débat, selon lequel les GAFA doivent payer plus pour le financement des réseaux s’ils occupent la bande passante. C’est un débat qui doit se passer au niveau européen. C’est un débat que j’avais initié il y a une dizaine d’années, alors que j’étais députée, en me disant qu’il ne serait pas finalement illogique de mettre au niveau européen une “terminaison d’appel data”, c’est-à-dire des échanges de financements à l’interconnexion du réseau Internet », a déclaré Laure de La Raudière (LDLR) le 26 mai sur BFM Business. La présidente de l’Arcep est sur la même longueur d’onde que la Fédération française des télécoms (FFTélécoms), laquelle ne cesse de faire des appels du pied au régulateur pour obliger les géants du numérique à payer pour les réseaux qu’ils utilisent mais qu’ils ne financeraient pas – alors qu’en réalité ils ont des accords, lorsqu’ils n’investissent pas eux-mêmes dans leur propre infrastructure. « Tout une partie de la valeur est captée par les GAFA (…). Or, ils n’investissent pas un euro dans les infrastructures. (…) C’est une situation qui ne peut plus durer. (…) Les GAFA pourraient donc contribuer proportionnellement à leur utilisation du réseau », avait par exemple glissé Arthur Dreyfuss, alors président de la FFTélécoms, dans un entretien à Capital il y a près de deux ans (1). Il se trouve que le secrétaire général d’Altice France/SFR a repris (2) les fonctions de président de la fédération (dont n’est pas membre Free) depuis le 1er juin 2021, pour un mandat d’un an. Si LDLR et Arthur Dreyfuss semblent s’être donnés le mot, l’approche du régulateur est plus européenne. « Je pense que ce n’est pas envisageable au niveau français, a précisé la présidente de l’Arcep, parce qu’il y aurait des effets d’éviction [de contournement, ndlr] extrêmement simple (3). Au niveau européen, je l’ai souhaité (que les GAFAM contribuent pour la bande passante) ; je l’ai porté (ce débat) en son temps et je continuerai à le porter ».
Et d’ajouter : « Pour l’instant, il n’y a pas unanimité sur ce point de vue que j’exposerai à Thierry Breton [commissaire européen au Marché intérieur, ndlr] » (4). Il y a dix ans, alors députée, LDLR – et sa collègue Corinne Ehrel – avait mené « une réflexion sur une “terminaison data” pour financer la congestion des réseaux » dans le cadre d’un rapport sur la neutralité de l’Internet (5). Orange, SFR ou encore Colt militent pour (6). @

Publicité TV segmentée : 2021 sera l’année du décollage, si les téléspectateurs le veulent bien

Depuis début janvier, TF1 propose aux annonceurs ses offres de publicité ciblée grâce à un partenariat avec l’opérateur Orange. Ce dernier est aussi allié à France Télévisions, tandis que Bouygues Telecom accompagne Canal+. Reste à savoir si les téléspectateurs donneront leur consentement.

La publicité ciblée sur le petit écran fait son apparition en France, soit près de six mois après la publication du décret « Télévision segmentée » autorisant « la possibilité pour les services de télévision de ne pas proposer sur leur zone de service les mêmes messages publicitaires à l’ensemble des téléspectateurs mais au contraire de diffuser des messages publicitaires mieux adaptés aux zones de diffusion et aux téléspectateurs » (1).

La télé dans le monde de la data et du tracking
Cet assouplissement au régime de publicité télévisée était demandé depuis longtemps par les éditeurs de chaînes, qui y voient notamment le moyen de concurrencer les plateformes numériques – GAFAM en tête – rompues à la publicité ciblée et à l’exploitation de la data plus ou moins personnelle. Cela suppose que le téléspectateur, doté d’une « box » ou d’un téléviseur connecté, donne son consentement préalable avant de recevoir ces publicités dites segmentées ou adressées (addressable TV, en anglais). Cela suppose aussi que les chaînes de télévision et les opérateurs télécoms se soient mis d’accord auparavant pour se partager les recettes publicitaires qui découleront de cette nouvelle monétisation de l’audience. « La publicité segmentée permet de proposer aux téléspectateurs des publicités plus affinitaires sur les chaînes linéaires. Désormais, les annonceurs pourront associer la qualité et la puissance des contenus des chaînes du groupe TF1 à la précision et la granularité du ciblage digital pour adresser aux abonnés de la TV d’Orange des publicités adaptées, dans le respect de la réglementation des données personnelles », explique la filiale audiovisuelle du groupe Bouygues.
De son côté, la filiale télécoms de ce même groupe, Bouygues Telecom, avait annoncé en novembre dernier avoir passé un accord similaire avec M6 pour la publicité segmentée sur la télévision linaire. Il faisait suite à deux autres accords signés par ce même opérateur télécoms avec Canal+ (octobre) et France Télévisions (juillet). Le groupe audiovisuel public a également noué un partenariat avec Orange (juillet), qui s’est concrétisé en novembre dernier par la diffusion des premières publicités segmentées. Les opérateurs télécoms et les régies de publicité TV se sont mis d’accord sur un « cadre technique de mise en œuvre progressive de la publicité segmentée », avec des restrictions (2) pour la période de janvier à août 2021, afin de tester les capacités des réseaux et le fonctionnement des algorithmes d’adserving en situation réelle. « Les limites actuelles seront levées progressivement, à partir de septembre 2021, pour permettre le développement d’un nouveau marché », nous indique Isabelle Vignon (photo), déléguée générale du Syndicat national de la publicité télévisée (SNPTV). Les huit régies publicitaires audiovisuelles qui le composent (TF1 Pub, M6 Publicité, France TV Publicité, Canal+ Brand Solutions, Next Média Solutions, Amaury Média, BeIn Régie et ViacomCBS) estiment que le potentiel des foyers adressables avec ce type de publicité ciblée est de 63 % des foyers équipés en télévision, dont 59 % de foyers équipés de « box ».
A la différence de la publicité TV dite « broadcast » (3), la publicité TV dite « segmentée » consiste à diffuser des spots différents selon les segments du public présents à cet instant sur le flux de la chaîne. « La publicité TV linéaire devient pleinement digitale, permettant d’exposer exclusivement des segments bien déterminés de téléspectateurs. L’adserving des publicités se fait alors via les “box” TV ou directement sur un téléviseur Smart TV (connecté à Internet) », explique le SNPTV dans son guide publié en octobre dernier (4). Pour ce faire, des marqueurs de type « SCTE-35 » (5) sont insérés dans les flux de programmes des éditeurs de télévision qui signalent aux « box » des fournisseurs d’accès à Internet (FAI) l’arrivée d’un écran publicitaire. Ces derniers ont auparavant récupéré et vérifié techniquement les fichiers numériques sources (audio et vidéo) des spots publicitaires pour permettre leur diffusion lors d’une substitution à l’écran. Cette substitution des spots via les « box » est assurée par le prestataire dit CDN (6) de l’opérateur télécoms, qui se charge d’adresser les spots de remplacement vers les « box » pour diffusion.

Comportements des téléspectateurs géolocalisés
Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free transmettent via leurs « box » à TF1, M6, France Télévisions, Canal+ ou BFM TV les « informations de ciblage », à savoir les caractéristiques de ciblage des foyers connectés sur la chaîne : données socio-démographiques, de géolocalisation, ou comportementales. C’est l’adserver de l’éditeur TV qui décide des substitutions de spots sur les « box » en précisant quels spots devront être substitués. Une fois les spots diffusés, les informations de suivi (tracking) sont remontées à l’adserver de la régie publicitaire de la chaîne. @

Charles de Laubier

Rémunérer les internautes – pour l’utilisation de leurs données personnelles – fait son chemin

Si c’est gratuit, c’est vous le produit ! Mais les internautes ne sont plus dupes : leurs données personnelles sont « l’or noir du XXIe siècle » et ils comptent bien se faire rémunérer pour leur exploitation ou pour visualiser de la publicité. Les start-up de la monétisation des données se multiplient.

La start-up française Tadata va avoir deux ans en fin d’année. Cet été, la Cnil (1) a clôturé l’enquête qu’elle avait lancée au printemps à son encontre après avoir été « alertée » par l’Internet Society France (Isoc France) en février dernier. Cette association qui représente les internautes dans les instances de la gouvernance de l’Internet en France et dans le monde, a décrété un postulat : les données personnelles procèdent d’un droit fondamental et, à ce titre, elles ne peuvent être vendues ou faire l’objet d’une monétisation.

Cnil pour, gouvernement et CNNum contre
L’Isoc France, présidée par Nicolas Chagny depuis cinq ans, a reproché à la jeune pousse parisienne, fondée fin 2018 par Alexandre Vanadia et Laurent Pomies, de justement proposer à un public de jeunes internautes de gagner de l’argent contre le partage de leurs données personnelles. Et l’association de « regretter l’approche simpliste et opaque du gain d’argent facile et rapide (…) ciblant un public vulnérable ». Tadata se présente comme « la première plateforme de monétisation des données personnelles ». Le sang de l’Isoc France n’avait fait qu’un tour, tout en affirmant constater « des non-conformités » au regard notamment du règlement européen sur la protection des données personnelles (RGPD), avait donc « alerté immédiatement la Cnil selon un principe de précaution, avant la montée en puissance d’un tel service » (2). Mais après quelques mois d’investigation, la Cnil a informé en juillet dernier la société qu’elle avait finalement classé sans suite cette affaire, en clôturant la procédure sans aucune sanction (3), la société s’étant mise en conformité avec le RGPD entre autres aspects juridiques. « La Cnil nous a même invité à participer à des échanges et débats sur la thématique de la monétisation des données personnelles avec ses équipes », indique Christel Monge (photo de gauche), présidente de Tadata, à Edition Multimédi@. Le gendarme des données valide donc un nouveau modèle économique des données, là où le gouvernement est plutôt contre la vente des données personnelles. En mars 2018, à la suite d’un rapport « Mes data sont à moi » du think tank libéral Génération Libre prônant la « patrimonialité des données numériques » et leur rémunération (4), Mounir Mahjoubi, alors secrétaire d’Etat au Numérique, avait déclaré lors d’un débat du Syntec Informatique : « Je suis contre toute propriété et vente des données personnelles ». Quant au Conseil national du numérique (CNNum), dans un rapport de 2017, il avait déjà jugé ce « système patrimonial pour les données à caractère personnel » comme « une proposition dangereuse » (5). Avec ce feu vert explicite de la Cnil, la plateforme Tadata met désormais les bouchées double : elle propose donc aux 15- 25 ans de lui faire part d’informations personnelles de leur choix : centres d’intérêt, habitudes de consommation, besoins actuels, … L’internaute est invité à remplir des formulaires. Ensuite, les annonceurs auxquels sont transmis ces données pourront retenir des profils pour utiliser leurs données, contre de l’argent. L’internaute consentant accepte ainsi de « céder l’exploitation » de ses données personnelles « pour une durée de deux ans, dans le cadre d’une licence d’utilisation concédée aux annonceurs ». L’utilisateur a le choix entre être payé par virement sur un compte bancaire (Iban à renseigner à l’inscription), soit par carte cadeau où seront crédités chaque mois les gains obtenus. Tadata a passé un partenariat avec la société Wedoogift, qui permet aux bénéficiaires de dépenser leurs « cartes cadeaux » – valables chacun un an – dans plus de 500 enseignes physiques, dont des cinémas, et plus de 150 sites Internet. Tadata se positionne implicitement comme un anti- GAFAM qui s’arrogent des droits d’exploitation massive de données en échange de la gratuité de leurs services souvent incontournables et en position dominante. « Tous les jours, les acteurs d’Internet utilisent tes données personnelles à ton insu et se font de l’argent sur ton dos ! Avec Tadata, dis “Stop” : reprends le contrôle de tes données perso et gagne de l’argent avec ! », lance la plateforme de monétisation.

Start-up Tadata, My Data, Polymate, …
En contrepartie de son autorisation, le jeune internaute perçoit une quote-part de la redevance perçue par Tadata en vertu des licences d’utilisation conclues auprès de clients (dont les annonceurs), quote-part qui sera comprise « entre 3 et 5 euros » à chaque licence concédée pour l’utilisation par le client d’une base de données contenant des données à caractère personnel (DCP) du jeune concerné. Tadata n’est pas la seule jeune pousse, loin de là, à vouloir monétiser les données personnelles. Toujours en France, à La Rochelle cette fois, My Data – alias « My Data is Rich » (MDiR) – propose de « transformer vos données en royalties » en se présentant comme un tiers de confiance « pour la collecte, la gestion, la protection et la valorisation de données personnelles », indépendant des GAFAM, qui fait le lien entre les « auteurs de données » (essentiellement les particuliers) et les « consommateurs de données personnelles », à savoir les entreprises et tout organisme. MDiR, qui compte « plusieurs milliers de personnes », redistribue à ces « contributeurs » 50 % des gains engendrés par la valorisation de leurs données. « Nous ne sommes pas vendeur de données mais tiers de confiance. Les données sont pseudonymisées et ne sont identifiées auprès d’une entreprise tierce qu’après un droit d’usage accordé par la personne concernée », explique son président Eric Zeyl à Edition Multimédi@. Il l’assure : cette approche permet à chacun d’être « enfin un acteur éclairé et consentant de l’utilisation de ses données », tandis que les entreprises disposent ainsi de solutions « RGPD by design » pour développer des parcours clients ou prospects « data responsables ». La jeune pousse rocheloise a annoncé miseptembre son rapprochement avec le groupe Doxsa (6).

Brave rémunère en cryptomonnaie
Autre start-up française du « données contre royalties » : Polymate, basée à Bailly Romainvilliers (en région parisienne) et présidée par Armel Satchivi (photo de droite), qui revendique être le « premier réseau social géolocalisé qui rémunère ses utilisateurs ». Alors que YouTube (Google) ou, plus récemment, TikTok (ByteDance) sont des mégaplateformes qui rémunèrent leurs créateurs et influenceurs en fonction d’un grand nombre d’abonnés à « leur chaîne » ou de volume d’heures diffusées sur le réseau social, Polymate monnaye la data géolocalisée de ses utilisateurs devenus d’office « influenceurs ». « Un tag est une vidéo, une image ou un texte, qui a pour particularité d’être géolocalisé et de n’être visible que dans un rayon de 100 mètres autour de son emplacement. Seuls les autres “Polymaters” situés à proximité pourront ainsi voir, commenter et partager les tags, et contacter leurs auteurs », explique Armel Satchivi à Edition Multimédi@. Seuls les autres Polymaters situés à proximité pourront ainsi voir, commenter et partager les tags, et contacter leurs auteurs. Du côté des navigateurs web cette fois, Brave permet aux utilisateurs de récupérer les tokens – des jetons – générés en l’utilisant et d’obtenir ainsi une rémunération pour les publicités dont ils autorisent l’affichage. La start-up Brave Software a été créée il y a cinq ans maintenant par Brendan Eich, qui fut cofondateur de Mozilla (Firefox) et créateur du JavaScript. Aujourd’hui, le navigateur Brave revendique près de 20 millions de « braves » par mois dans le monde (19 millions en octobre précisément, contre 12 millions en mai dernier). « Votre attention est précieuse. Gagnez de l’argent en visualisant des publicités qui respectent la vie privée, puis donnez à votre tour pour soutenir les créateurs de contenu que vous aimez », explique l’éditeur de ce navigateur open source construit à partir de Chromium de Google. Fini les publicités envahissantes en naviguant sur le Web et fini la vente des données confidentielles à des annonceurs, la plupart du temps sans le consentement explicite de l’internaute. « Avec votre ancien navigateur, vous payiez pour naviguer sur le Web de la manière suivante : votre attention était utilisée pour visualiser des publicités », rappelle la start-up californienne (basée à San Francisco). Avec le système «Brave Rewards », l’attention de l’internaute – « le temps de cerveau disponible », diraient certains – est valorisée sous la forme de jetons baptisés « Basic Attention Token » (BAT), « une nouvelle façon de valoriser l’attention en unissant les utilisateurs, les créateurs de contenu et les annonceurs ». Les jetons BAT constituent une cryptomonnaie qui s’appuie sur une plateforme décentralisée publicitaire – Ad Exchange – basée, elle, sur la blockchain open source Ethereum. Une fois inscrit, le navigateur commence à comptabilité « la quantité d’attention » accordée par l’internaute aux sites web qu’il visite. Explication du mode de fonctionnement : « Vous pouvez supprimer les sites (web) que vous ne souhaitez pas soutenir et offrir des pourboires directement à des créateurs. Toutes ces opérations sont anonymes : personne (pas même l’équipe de Brave) ne peut voir qui soutient quel site (web) », assure la plateforme.
En octobre, Brave Software a indiqué avoir reversé à ce jour quelque 12 millions de dollars à des créateurs de contenus (7) et compte plus d’un demi-million de sites web référents certifiés. Et de préciser : « Des publicités privées sont activées par défaut dans Brave Rewards, et cela vous permet de gagner des jetons BAT à chaque fois que vous visualisez une publicité. (…) Vous pouvez contrôler le nombre de publicités privées que vous souhaitez voir et gagner 70 % du revenu de la publicité que nous recevons de nos annonceurs ». C’est un peu comme accumuler des miles aériens, mais au lieu de voler l’utilisateur navigue ! « En échange de votre attention, vous accumulez des jetons pendant votre navigation. (…) Vous pouvez choisir de visualiser des publicités privées une à cinq fois par heure. Vous pouvez bien sûr aussi désactiver les publicités privées à tout moment ».

La Californie prône la « Data Dividend Tax »
En février 2019, le gouverneur de Californie, Gavin Newsom, a proposé « un “dividende de données” pour partager la richesse générée par les données personnelles avec les utilisateurs qui y ont contribué » (8). Ce projet prône une taxe numérique baptisée Data Dividend Tax (DDT), dont le modèle est présenté dans un rapport écrit par un groupe de travail indépendant. Ce document de 42 pages a été mis à jour le 6 Août dernier (9). Le fait que cet appel soit lancé par l’Etat américain des GAFAM et des Big Tech de la Silicon Valley donne une portée particulière à cette initiative. @

Charles de Laubier

Smart Cities : clarifier l’objectif pour trouver intelligemment le chemin et… l’adhésion du public

Les villes intelligentes sont en vogue partout dans le monde, mais les financements ne suivent pas toujours. « Smart City » désigne des projets
de nature bien différente et, parfois, sert à camoufler précisément l’absence
de moyens, d’ambition voire d’adhésion des populations.

Par Rémy Fekete, avocat associé, Jones Day

La « Smart City » a été placée au coeur de la vision européenne
« Horizon 2020 » lancé il y a quatre ans (1). Ce programme vise
à la mise en place de réalisations « durables », sur un mode
« collaboratif, véloce, économe et frugal » en énergie. Derrière des mots qui sonnent comme des sésames administratifs, l’on trouve pourtant des budgets conséquents, placés sous la gouvernance d’une agence européenne – « Innovation and Networks Executive Agency » (INEA) – qui a déjà déboursé, quand même, de l’ordre de 300 millions d’euros en quatre ans pour une dizaine de projets comportant chacun plusieurs villes européennes de pays différents (2).

Des projets en voie de développement
Le concept de Smart City fait florès depuis un peu moins de dix ans dans les pays en développement. Gage de meilleure gouvernance et de projets innovants, il apparaît parfois comme le sésame permettant de débloquer des fonds des bailleurs internationaux. Ainsi, de la Jordanie aux côtes africaines, a émergé un véritable marché hautement compétitif de projets baptisés, parfois un peu rapidement, de Smart Cities, qui tentent, souvent en opposition les uns aux autres, d’attirer les capitaux étrangers. La période des « zones franches » est passée de mode, vive les « villes intelligentes ». La composante technologique de ces villes est pourtant fort variable. En Arabie saoudite, par exemple, un équipementier a pu prendre la direction d’une ville entièrement nouvelle, intégralement pensée dès son édification comme une citée totalement connectée. La fibre court dans chaque rue et connecte 100 % des logements et entreprises. Le système de vidéosurveillance est intégral et interconnecté avec les systèmes de surveillance internes aux habitations. Les digits des immeubles et parkings reliés à des systèmes de « domotique » permettant d’actionner l’ensemble de ses installations à distance (3).
Autre exemple : Tunis Telecom City (TTC) était un projet « greenfield » (créé ad hoc) prometteur, annoncé il y a dix ans pour un investissement potentiel de 3 milliards de dollars, mais qui manquait de contenus. Développé au bord de la méditerranée dans ce qui n’était qu’un terrain vague, le TTC avait pour ambition de se positionner comme un « hub numérique » régional et d’accueillir les entreprises à valeur ajoutée du secteur. Les atouts n’étaient pas minces si l’on cumule : le cadre fiscal et douanier dérogatoire et particulièrement attractif ; la bonne réputation de la Tunisie en matière de cadre de vie, de santé, de niveau scolaire ; la disponibilité de cadres ingénieurs informaticiens locaux ; et l’inscription de la ville intelligente côtière dans le cadre stratégique global du plan d’aménagement numérique haut débit adopté par le gouvernement. Las, les soubresauts politiques affectant la Tunisie depuis le printemps arabe de 2011, et surtout le manque d’investissement porté sur les éditeurs de contenus à vision régionale, ont eu raison de ce projet prometteur. Le projet tunisien n’est pas le seul à avoir vu une ambition globale de nouvelle ville intelligente numérique se transformer peu à peu en une énième zone franche. Ce qui plaçait le projet dans une concurrence délétère au mieux-disant fiscal par rapport à d’autres pays en développement, précisant ceux dans lesquels les ressources budgétaires font défaut.
Plus au Sud, le projet Sèmè City (4) lancé en 2017 avec un budget pluriannuel de 207 milliards de francs CFA (315 millions d’euros environ) dans les prochaines années veut faire la démonstration d’un « Bénin révélé » – du nom du programme d’investissement et de développement – en dédiant un territoire nouveau à une ville entièrement nouvelle et connectée, dédiée à l’enseignement, à la recherche et à l’incubation de start-up.
Ce qui n’est pas évident lorsque l’Afrique demeure le continent le moins connecté du monde, mais les atouts ne manquent pas : en plus des arguments habituels des zones franches (déductions fiscales et douanières), Sèmè City pourra proposer à ses partenaires la connectivité exceptionnelle que peut fournir le câble sous-marin international ACE (l’Africa Coast to Europe, dont environ 20 % seulement des capacités sont utilisées), et la proximité immédiate du plus grand marché africain : le Nigéria.

Des applications orientées populations
Le projet Sèmè City est entièrement concentré depuis sa genèse sur les contenus à valeur ajoutée à développer localement, et visant des publics ou clientèles cibles en Afrique de l’Ouest. Développer un savoir-faire éditorial local, enseigner les techniques de l’audiovisuel, imaginer les futures médecines douces adaptées aux maladies tropicales, favoriser l’incubation de start-up locales, au service des publics de la sous-région, sont autant d’orientations à même de favoriser l’implantation effective d’investisseurs internationaux, le cadre fiscal attractif n’intervenant qu’en appui.
De Londres à Cotonou, de Amman à Dakar, les projets de Smart Cities germent
dans le monde mais ne fleurissent pas toujours. Au-delà des effets d’annonce et du déploiement d’infrastructures de télécommunications, l’essentiel est ailleurs. Il consiste à donner un contenu réel, de la chair et du goût, à des applications sincèrement orientées vers les besoins des populations.

Smart City, Smart Grid, Smart… Data
Les consommateurs français semblent pour certains encore réticents à livrer les indicateurs de leur vie personnelle au grand nuage du Big Data. Le pêcheur de Sèmè ne sera à défaut pas plus prêt à s’inscrire dans un développement numérique que l’agriculteur de Saint-Macaire (Gironde) n’est enclin à laisser s’installer un compteur électrique connecté Linky. La multiplication des oppositions farouches aux projets de changements technologiques de toute nature rend indispensable un changement de paradigme s’agissant de la prise en considération de la composante humaine. En France, une étude récente dénombre pas moins de 25 Smart Cities, la plupart installées dans des agglomérations anciennes de plus de 200.000 habitants (5). La plupart de ces villes intelligentes disposent d’un service d’opérations data (notamment pour permettre aux usagers de circuler de manière plus intelligente), un wifi linéaire disponible pour le public (lire aussi ci-contre sur le «Wifi4EU » européen), une plateforme participative ou encore des services d’eadministration. Le mobilier urbain, lui, est rendu communiquant et certaines agglomérations vont jusqu’à installer un éclairage public intelligent, et même une collecte intelligente des déchets.
La ville intelligente se définit comme celle d’une agglomération qui met à profit les technologies de l’information pour améliorer la qualité des services rendus et réduire ses coûts. Selon Information Age (6), c’est Bill Clinton aurait mis à l’honneur ce concept en 2005. Depuis, les projets les plus innovants ont fini par imaginer des cités idéales, dignes des romans de science-fiction de Barjavel, dans lesquels l’onirisme rivalise avec une angoisse sourde. La Smart City, qui repose sur la conviction que le numérique, permet de fournir des services parfaitement adaptés à la réalité des existences et ainsi améliorer la vie en communauté au sein d’environnements urbains. Elle nécessite bien évidemment la disponibilité de moyens de communication haut débit. Il n’est pas inutile de rappeler ce postulat, alors que le niveau de qualité de service des accès à Internet demeure notoirement insuffisant au sein de l’Union européenne. La poursuite du déploiement de la fibre, notamment dans le cadre de projets FTTH (7), et l’avènement futur de la couverture 5G devraient aboutir à fournir au citoyen européen, à tout le moins à celui qui vit en ville, la connectivité suffisante à l’utilisation de services administratifs dits « intelligents ». Surtout, le déploiement de réseaux de collectes de données via l’Internet des Objets est en cours. On estime à plus de 50 milliards le nombre d’objets connectés dans le monde d’ici deux ans (2020). Tout est transformé
en capteur de données : l’intégralité du mobilier urbain, les véhicules, la plupart des bâtiments, des objets de la vie quotidienne, les appareils électroménagers, l’outillage sportif et jusqu’aux habits. Comme dans la chanson populaire, « tout, tout, tout, vous saurez tout » (8) sur l’intimité des comportements de vos prochains. Ou presque car, gage de protection des données personnelles, celles-ci sont collectées par un opérateur de réseau IoT (9), elles sont traitées par un agrégateur et leurs enseignements soigneusement sélectionnés en fonction de chaque type de clientèle.
Certes, l’affaire « Cambridge Analytical » touchant Facebook, et son rôle dans le basculement des grands électeurs des Etats du Michigan, du Wisconsin et de la Pennsylvanie en faveur de Donald Trump, ont mis le projecteur sur la facilité d’exploitation de données personnelles pour orienter les convictions d’une partie de
la population. Les armes juridiques ont sans doute évolué depuis, du moins en Europe à la faveur du RGPD (10), il reste que les réticences de la population à l’irruption de collecteurs de données personnelles dans leur vie personnelle ont manifestement été minorée. Les nombreuses oppositions au déploiement du compteur Linky en est une illustration (11). Pourtant cet équipement est au cœur des nombreux projets de Smart Cities et de leur promesse de « smart grid », réseau de distribution d’électricité intelligent : le compteur indique la consommation en temps réel, avec la promesse d’une réduction significative de la consommation des ménages (12). Il promet même
à terme une orientation bidirectionnelle, ce qui devrait permettre à chacun, grâce à
des sources individuelles de production d’énergie (13), de devenir tour à tour consommateur ou fournisseur d’électricité pour son voisinage. @

ZOOM

Wifi4EU : du Wifi gratuit en ville pendant au moins trois ans
L’Union européenne a placé l’accès Internet au centre de sa stratégie de marché unique numérique. L’initiative Wifi4EU est destinée aux communes européennes qui peuvent candidater selon une procédure relativement simple. L’enjeu est l’attribution
de « coupons » de 15.000 euros par appel à candidatures. Cette somme a pour objet l’installation d’un point d’accès Wifi et sa mise en fonctionnement dans un « centre de vie publique ». Il restera à la commune de prendre en charge le coût de l’appel d’offres, la mise en place du réseau de collecte si nécessaire et le coût de la connectivité, tout en s’engageant à fournir un accès totalement gratuit aux utilisateurs pendant une durée d’au moins trois ans. @