Systèmes d’exploitation des smartphones : le duopole d’Apple et de Google n’est pas tenable

Le duopole de fait constitué par les écosystèmes mobiles Android (Google Play) ou iOS (App Store) pose problèmes non seulement aux éditeurs et développeurs de contenus, mais aussi aux autorités antitrust. L’arrivée d’HarmonyOS de Huawei (avec son AppGallery) pourrait jouer les trouble-fête.

Le duopole Apple-Google en tant qu’écosystèmes mobiles dominants dans le monde, à savoir Android et iOS assortis de leur boutique d’applica-tion respective Google Play et App Store, est de plus en plus mal vécu par les développeurs et les éditeurs qui dénoncent des abus de position dominante et des pratiques monopolistiques. Les OS du petit robot vert et de la marque à la pomme s’arrogent, à eux deux, plus de 95 % de ce marché mondial sur smartphone.

L’obsolescence programmée prend un coup dans l’aile, avec une loi contre et un indice de réparabilité

Le 12 janvier, le Sénat a adopté à la quasi-unanimité la proposition de loi pour « réduire l’empreinte environnementale du numérique en France ». Est prévu un délit d’obsolescence programmée et d’obsolescence logicielle. Par ailleurs, un indice de réparabilité est en vigueur depuis le 1er janvier.

La proposition de loi visant à « réduire l’empreinte environnementale du numérique en France », adoptée le 12 janvier en première lecture au Sénat, est maintenant entre les mains de l’Assemblée nationale. Le texte a été cosigné par plus de 130 sénateurs de tous bords politiques, parmi lesquels « son principal auteur » : le sénateur Patrick Chaize (photo de gauche), par ailleurs président de l’Association des villes et collectivités multimédias (Avicca).

Indissociable du Web depuis près de 25 ans, Flash – logiciel d’animation vectorielle – tire sa révérence

Le 31 décembre 2020, comme annoncé dès 2017 par la société Adobe qui en fut l’héritière en rachetant Macromedia il y a tout juste quinze ans, le logiciel de lecture d’animations vectorielles Flash Player disparaîtra. Animations, jeux vidéo, publicités ou encore arts graphiques en ont profité.

« Comme les standards ouverts tels que HTML5, WebGL et WebAssembly ont mûri au cours des dernières années, la plupart maintenant fournissent de nombreuses capacités et fonctionnalités que les pionniers des plugins offraient et sont devenus une alternative viable pour le contenu sur le Web » (1), avait expliqué en juillet 2017 la société américaine Adobe Systems, dirigée depuis le début de cette année-là par Shantanu Narayen (photo), pour justifier l’abandon de Flash.

« Haro sur Google, le quasi-monopole naturel de la recherche sur Internet », saison 2 : moteur !

Aux pays des GAFA, le numéro un mondial des moteurs de recherche est attaqué par onze Etats américains qui l’accusent – à l’instar du département de la Justice (DoJ) – d’abus de position dominante sur trois marchés : moteurs de recherche, liens sponsorisés et publicités sur les résultats.

Pour la première fois, Google et le département américain de la Justice, le DoJ (1), se sont retrouvés le 30 octobre dernier devant un juge. Le gouvernement des Etats-Unis – et le passage de Trump à Biden ne changera rien à l’affaire – accuse la filiale d’Alphabet de monopoliser illégalement la recherche sur Internet. La procédure judiciaire pourrait s’éterniser, tant les avocats des deux parties sont prêts à ferrailler devant les tribunaux pour l’emporter.

Trois marchés abusivement « Googlelisés »
Créé il y a 22 ans, Google n’a jamais été aussi menacé par les autorités antitrust qui l’accusent d’avoir constitué un monopole sur trois marchés : les services de recherche généraux (moteurs de recherche), la publicité de texte de recherche (liens sponsorisés) et la publicité de recherche (conjuguant texte et images publicitaires). Google contrôle environ 90 % de la recherche générale sur le Web, laissant quelques miettes aux moteurs de recherche alternatifs – tels que Bing de Microsoft ou DuckDuckGo aux Etats-Unis. Mais la firme de Menlo Park, que dirige depuis cinq ans Sundar Pichai (photo de gauche), tente de convaincre le juge fédéral que le marché où il est accusé d’être monopolistique doit aussi prendre en compte Amazon dont la plateforme de e-commerce sert aussi à la rechercher, en vue de faire des achats. S’il y parvient, sa part de marché serait alors revue à la baisse et sa position dominante également.
En termes de chiffre d’affaires, selon le cabinet d’études eMarketer (2), Google a généré l’an dernier 73 % des revenus publicitaires liées à la recherche aux Etats-Unis, contre 13% pour Amazon. En outre, il est reproché à Google d’abuser de sa position dominante pour passer – sur au moins l’un des trois marchés analysées – des accords exclusifs qui aboutissent à évincer les moteurs de recherche concurrents. Autre grief : les fabricants de smartphones sous iOS (Apple) ou sous Android (Samsung, Huawei, Sony, …) bénéficient de la part de Google de ristournes sur les tarifs publicitaires du moteur de recherche si celui-ci est proposé par défaut aux mobinautes. La filiale d’Alphabet profite aussi de cette exclusivité pour préinstaller sur les mobiles grand public ses propres applications telles que le navigateur Chrome ou sa plateforme vidéo YouTube. Sans parler de la clause « anti-forking » (3) présente dans les contrats passés avec les fabricants de terminaux Android qui les empêche de développer ou de distribuer des versions d’Android qui ne respectent pas les règles techniques et commerciales de Google. Ironie de cette joute judiciaire : le juge fédéral qui est amené à entendre les deux parties se regardant en chiens de faïence n’est autre que Amit Mehta (photo de droite), lequel est – comme Sundar Pichai, le patron de Google – d’origine indienne. Le premier devra dire si le second a eu des pratiques de concurrence déloyales sur le marché des moteurs de recherche et de la publicité en ligne associée. Le DoJ estime que les concurrents de Google aux Etats-Unis (dont Bing et DuckDuckGo) ne peuvent batailler à armes égales. Les exclusivités que pratique la firme de Menlo Park, notamment avec son OS mobile Android, évincent les rivaux – ce qui ne va pas non plus dans l’intérêt des consommateurs (choix restreint ou absent) et même des annonceurs (tarifs publicitaires plus élevés). La justice antitrust américaine pourrait enjoindre à Google de ne plus nouer d’accords exclusifs avec les fabricants de smartphones « Android », Samsung en tête.
Google s’inscrit bien sûr en faux contre ces allégations, tout en expliquant que son moteur de recherche est supérieur aux autres – ce qui n’est pas faux. La filiale d’Alphabet a expliqué devant le juge fédéral qu’il reverse une partie de ses recettes publicitaires aux fabricants de terminaux tels qu’Apple. D’après le DoJ, les sommes versées par Google à la marque à la pomme – pour être le moteur de la pomme – représentent environ 15 % du chiffre d’affaires du fabricant d’iPhone et d’iPad. Reste à savoir si les avocats du groupe dirigé par Sundar Pichai vont attaquer le DoJ en soupçonnant ce département de l’administration Trump – sortante (lire p. 3) – de faire plus de la politique que de l’antitrust (4). Selon le Financial Times du 28 octobre, Apple se prépare à lancer son propre moteur de recherche.

Europe : injonctions et amendes salées
Comme en Europe, Google pourrait éviter le démantèlement de ses activités en cessant ses pratiques illégales présumées, et se voir infliger des milliards de dollars d’amende pour abus de position dominante et « pratiques concurrentielles illégales » sur le marché américain. Entre juin 2017 et mars 2019, la Commission européenne avait mis trois fois la filiale d’Alphabet à l’amende pour un total de 8,25 milliards d’euros (5). Mais cela n’a pas empêché Google de préserver sa position dominante. @

Charles de Laubier

Pourquoi Martin Bouygues a appelé à repousser les enchères 5G à fin 2020-début 2021 : était-il prêt ?

« Bouygues Telecom ouvrira son réseau 5G à l’été 2020 », promettait la filiale du groupe Bouygues dans son rapport annuel 2019 publié le 24 mars. Mais dans une tribune du 23 mai, Martin Bouygues a créé la surprise en prônant le report des enchères. Le PDG devra s’en expliquer le 10 juin devant le Sénat.

Martin Bouygues (photo), PDG du groupe éponyme, a-t-il pris la crise du coronavirus comme prétexte pour appeler le gouvernement et le régulateur à surseoir à l’organisation des enchères pour l’attribution des fréquences 5G ? C’est ce que beaucoup se demandent tout bas, tant sa tribune publiée le 23 mai dans Le Figaro a surpris tout son monde, à commencer par le régulateur lui-même qui a fait part de son étonnement.