Les médias en ligne redoutent la transformation du moteur de recherche Google en IA générative

Plus de 25 ans après sa création par Larry Page et Sergey Brin, le moteur de recherche en quasimonopole fait sa mue pour devenir une IA générative qui aura réponse à tout. Les sites web de presse pourraient être les victimes collatérales en termes d’audience. Le chat-search présentera moins de liens.

(après que des internautes aient signalé des résultats erronés générés par « AI Overviews », Google a annoncé le 30 mai des mesures correctrices, y compris en améliorant ses algorithmes) 

Google est mort, vive Google ! Mais cet enthousiasme ne sera sans doute pas partagé par les sites de médias en ligne qui tirent jusqu’à maintenant une part importante de leurs audiences de la consultation massive du moteur de recherche Google, lorsque ce n’est pas de son agrégateur d’actualités Google News. Depuis que Sundar Pichai, le PDG d’Alphabet, maison mère de Google, a annoncé le 14 mai – lors du Google I/O 2024 – la plus grande transformation du numéro un mondial du search en un moteur d’IA générative, les éditeurs de presse en ligne s’inquiètent pour la fréquentation de leurs sites Internet. L’objet de leurs craintes s’appelle « AI Overviews », la fonctionnalité la plus « intelligente » et disruptive jamais introduite dans Google depuis son lancement il y a un quart de siècle (1). La page de résultats de recherche ne sera plus présentée de la même manière : fini la liste impersonnelle de liens donnant accès à des sites web censés répondre, après avoir cliqué, à vos requêtes courtes et souvent par mots-clés ; place à une réponse détaillée et intelligible développée par l’IA générative elle-même, en fonction de ce que vous lui avez demandé en langage naturel, avec quelques liens seulement triés sur le volet en guise de sources venant étayer la réponse et/ou le raisonnement.

Avec « AI Overviews », moins de clics, moins d’audience, moins de publicités
Cette combinaison de l’IA générative et de l’IA multimodale fait passer Google de l’ère du « moteur » (search) à celle d’ »assistant » (chatbot). Le nouveau Google « intelligent » a commencé à être déployé aux Etats-Unis depuis mi-mai, et d’autres pays dans le monde suivront pour atteindre 1 milliard d’utilisateurs d’ici la fin de l’année. L’IA générative de Google, appelée Gemini, vous mache le travail sans que vous ayez forcément besoin d’aller cliquer sur les liens relégués au second plan. « Maintenant, avec l’IA générative, le moteur de recherche peut faire plus que vous ne l’imaginez. Vous pouvez donc demander ce que vous avez en tête ou ce que vous devez faire – de la recherche à la planification en passant par le brainstorming – et Google s’occupera des démarches », a expliqué Elizabeth Reid, alias Liz Reid (photo), vice-présidente de Google, responsable du moteur de recherche. Cliquer sur des liens devient une option, tant la réponse « AI Overviews » (« Aperçus de l’IA » en français) peut Continuer la lecture

Yahoo, racheté par le fonds new-yorkais Apollo, en fait-il assez contre les fake news ? Le CSA en doute

Jusqu’alors filiale de Verizon, Yahoo est désormais sur une nouvelle orbite depuis son rachat – avec d’autres entités-sœurs comme AOL ou TechCrunch – par le fonds d’investissement américain Apollo. En France, Yahoo devra continuer à rendre compte au CSA de sa lutte contre les fake news.

« Plus encore que l’année passée, Verizon Media se distingue par une déclaration particulièrement étique [d’une extrême maigreur, ndlr], tant sur la forme que sur la quantité des éléments communiqués ». C’est en ces termes que le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a critiqué le 21 septembre la réponse de Yahoo, qui était encore en 2020 la filiale européenne de l’opérateur américain Verizon basée en Irlande (à Dublin). Celle-ci n’a rendu que huit pages parsemées de captures d’écran sur les mesures que Yahoo Search et Yahoo Portal ont pris pour lutter contre les fake news.

Apollo : Yahoo sur une nouvelle orbite
Verizon, qui a cédé en mai dernier ses activités médias (Yahoo, AOL, TechCrunch, Engadget, Autoblog, …) au fonds d’investissement new-yorkais Apollo Global Management pour une acquisition de 5 milliards de dollars finalisée le 1er septembre dernier (1), garde néanmoins une participation minoritaire de 10 % dans son ex-filiale Verizon Media rebaptisée Yahoo, Inc. Verizon avait fait les acquisitions d’AOL et de Yahoo respectivement en mai 2015 pour 4,4 milliards de dollars et en juillet 2016 pour 4,8 milliards de dollars (2). Depuis le 27 septembre, la nouvelle société a un nouveau directeur général : Jim Lanzone (photo), réputé être « un vétéran des médias et des technologies » aux Etats-Unis. Ancien patron de Tinder (3), il succède à Guru Gowrappan qui chapeautait Yahoo chez Verizon Media depuis trois ans et qui devient, lui, consultant chez Apollo (4).
Vingt-sept ans après avoir été cofondé par Jerry Yang et David Filo, puis devenu une icône du Net dans les années 1990 (au point que Microsoft a tenté en vain de l’acheter en 2008 pour près de 45 milliards de dollars…), Yahoo avec sa quinzaine de services édités revendique une audience totale de 900 millions d’utilisateurs dans le monde. Ses contenus – actualités, informations financières et sportives, boutiques, jeux vidéo, etc. – sont issus le plus souvent de partenariats locaux qui tirent parti des synergies instaurées entre publicité (Yahoo Ad Tech), moteur de recherche (Yahoo Search) et média (Yahoo Portal).
En France, d’après Médiamétrie, Yahoo enregistre sur le seul mois de juillet 2021 plus de 27 millions de visiteurs uniques avec un rythme journalier moyen de 8,7 millions de visiteurs uniques. Ce qui place le moteur de recherche et portail média à la dixième place des audiences de l’Internet global (ordinateur et/ou smartphone et/ou tablette), derrière Google, Facebook, YouTube, Amazon, WhatsApp, Instagram, Wikipedia, TousAntiCovid et Leboncoin.fr. Au moment de répondre succinctement au CSA sur ses mesures prises en 2020 pour lutter contre les fausses informations (5), comme ce fut le cas en 2019 pour la première fois, Yahoo était encore pleinement aux mains de Verizon Media qui est à l’origine du maigre rapport via sa filiale irlandaise. Le CSA a ainsi reçu, pour la deuxième édition de son bilan annuel des mesures « anti-fake news » mises en œuvre (6), onze réponses de plateformes – Yahoo, Dailymotion, Facebook, Google, LinkedIn, Microsoft, Snapchat, Twitter, Wikimédia, Webedia, Unify – ayant l’obligation de coopérer conformément à la loi française du 22 décembre 2018 pour lutter contre la manipulation de l’information (7). Mais Yahoo n’a pas répondu pleinement aux attentes de CSA, lequel reproche en outre à Verizon Media d’avoir continué à « refus[er] de coopérer » et à ne pas suivre les indications déjà formulées l’an dernier par le régulateur pour « confirmer l’inclusion des portails d’information proposant des contenus de tiers ». Le groupe américain a persisté à considérer – à tort selon le régulateur car la loi ne prévoit pas de critères d’exclusion – que le portail d’information Yahoo Portal n’avait pas à se soumettre au devoir de coopération prévu par la loi française contre les fake news. Yahoo estime qu’il ne s’agit pas là d’une « plateforme ouverte où les utilisateurs/fournisseurs de contenu peuvent seuls sélectionner et afficher leur contenu ». Reste à savoir si le nouveau patron de Yahoo, Jim Lanzone, entendra la réprimande française afin de mieux coopérer à l’avenir avec le CSA, et notamment de mettre en place un dispositif « facilement accessible et visible » permettant aux utilisateurs de signaler des fausses informations.

L’après-« Oath » et « Marissa Mayer »
Le site d’actualité HuffPost ne fait plus partie, lui, de la galaxie du nouveau Yahoo, puisque l’ex-The Huffington Post a été racheté l’an dernier par Buzzfeed qui en a finalisé l’acquisition auprès de Verizon mi-février dernier, avec des licenciements à la clé (8). Avec le fonds Apollo, Yahoo entame une nouvelle ère après celles plutôt décevantes de Marissa Mayer (9) (2012-2017), d’Oath (10) (2017-2019), puis de Verizon Media (2019-2021). L’opérateur télécoms américain a perdu beaucoup d’argent avec son ex-pôle médias faute de recettes publicitaires suffisantes ; le fonds d’investissement y trouvera-t-il son compte ? @

Charles de Laubier

S’infligeant une sévère restructuration, Solocal poursuit sa transformation numérique vers le « mobile first »

Depuis six mois que Pierre Danon (ex-Numericable) et Eric Boustouller (ex-Microsoft) dirigent Solocal, la restructuration de l’ex-PagesJaunes (4.500 emplois supprimés d’ici 2019, désendettement, économies, …) bat son plein. Le recul du search local – son cœur de métier – est compensé par la hausse du marketing digital.

Sur près de 52 millions de personnes en France qui se sont connectées au moins une fois à Internet en un mois, soit près de 83 % des Français, 28,5 millions d’entre elles sont allées visiter non seulement le portail Pagesjaunes.fr, mais aussi Mappy.com, Ooreka.fr ou encore Avendrealouer.fr. Cette audience de masse place le groupe Solocal (ex-PagesJaunes) en septième position du nouvel « Internet global » de Médiamétrie, dont la mesure d’audience s’appuie désormais sur un panel renforcé de plus de 30.000 internautes et mobinautes, dont plus de 13 % d’entre eux sont équipés de deux ou trois écrans (ordinateurs et/ou smartphone et/ou tablette). Résultat : Solocal se hisse en septième position des audiences Internet en France, derrière Google, Facebook, Microsoft, les sites du Figaro, Webedia et Wikipedia.

En 2017, érosion de la clientèle de Solocal et baisse de l’ARPA, l’équivalent de l’ARPU mais pour les annonceurs.

Double changement de paradigme
A lui seul, le groupe français de la recherche locale et de l’information géolocalisée génère en ligne l’équivalent de près de 60 % de l’audience de Google en France (plus de 50 millions de visites unique en un mois). Les 28,5 millions de visiteurs de l’ex-PagesJaunes sont en passe d’être majoritairement des mobinautes, lesquels génèrent actuellement 52,6 % des visites, toujours devancés par les internautes utilisant un ordinateur (60,1 %), tandis que les tablonautes représentent, eux, 19,7 % de l’audience – sachant qu’un utilisateur peut utiliser plusieurs écrans. Au rythme où va la croissance des visites en mobilité, l’audience de Solocal générée à partir de smartphones devrait arriver en tête des visites en 2018, coiffant au poteau l’ordinateur. C’est à un double changement de paradigme – être passé du print au digital et maintenant basculer dans le « mobile first » – que le groupe dirigé par le tandem Pierre Danon et Eric Boustouller (photo), respectivement président du conseil d’administration et directeur général depuis maintenant six mois, doit faire face. Le mobile apparaît comme un relais de croissance salvateur pour l’ex- PagesJaunes déstabilisé ces dernières années par le déclin continu de ses annuaires téléphoniques imprimés.

Faire local face à Google et Facebook
Le mobile est un écosystème devenu vital pour Solocal, d’autant que le marché français du search – publicités sur les moteurs de recherche – a cru de 8% en 2017, porté par
la croissance des recettes sur smartphones et, dans une moindre mesure, sur tablettes. D’après le bilan de l’année écoulée et publié récemment par le Syndicat des régies Internet (SRI) et l’Union des entreprises de conseil et d’achat média (Udecam), les recettes publicitaires générées en France sur le search à partir d’un mobile se sont élevées à 993 millions d’euros et talonnent celles du search à partir d’un ordinateur (1.057 millions d’euros). Et, partant, l’année 2018 s’annonce comme celle du basculement dans le « mobile first » de ce segment de marché-là, où justement Solocal joue la carte de la proximité face à un Google qui reste global. Si l’on y ajoute le segment de marché du display – publicités affichées sous forme de bannières, de vidéos et de contenus de marques sur les sites web et les réseaux sociaux –, le mobile y a généré en France 705 millions d’euros supplémentaires. Là aussi, Solocal se différencie par son savoir-faire local face notamment à Facebook qui est lui aussi global. Il n’en reste pas moins que Google et Facebook se sont arrogés à eux deux
l’an dernier 78 % des 3,5 milliards d’euros de la publicité sur le search et le display
en France – sur un marché total de l’e-pub dépassant pour la première fois en 2017
les 4 milliards d’euros (+12 % sur un an) si l’on prend en compte les autres leviers tels qu’affiliation, e-mailing et comparateurs. La part de marché des deux géants du Net atteint même 90 % si l’on s’en tient à la publicité sur mobile ! Comment l’ex-PagesJaunes peutil exister dans ces conditions de duopole ? C’est là que le bât blesse. L’activité de l’entreprise est dépendante – à hauteur de plus de 60 % de ses revenus en 2017 – du search local qui a généré 461 millions d’euros de chiffre d’affaires sur un total de 756 millions d’euros. Or, cette activité-là accuse une baisse de 6 % sur un an (voir tableau ci-dessous). Devant les analystes financiers le 15 février dernier, Eric Boustouller a expliqué cette déconvenue par « l’impact négatif de la restructuration financière sur l’activité et la montée en puissance plus lente que prévue de nouveaux produits de search ». En y regardant de plus près, l’on constate en plus une érosion de la base de clientèle (-5 %) qui s’établit fin 2017 à 469.000 clients. A cela s’ajoute une baisse du revenu publicitaire moyen par client (-1 %). L’ARPA (Average Revenue Per Advertiser) est à la publicité en ligne ce que l’ARPU (Average Revenue Per User) est aux télécoms. En 2017, ce revenu annuel par client s’est donc érodé d’un point à 984 euros. « Ce ralentissement est très largement lié à l’impact sur le niveau d’activité commerciale de la finalisation du plan de restructuration financière au quatrième trimestre 2016, particulièrement auprès des grands comptes », a analysé l’ancien
vice-président de Microsoft Europe de l’Ouest.

L’atout du « programmatique local »
La baisse de l’activité search local est cependant compensée par la hausse de l’activité de marketing digital, laquelle progresse de 18 % à 175 millions d’euros en 2017. Il s’agit de produits et services de permettant de renforcer la présence des clients sur le Web (professionnels, TPE-PME, grands comptes) et s’articulant autour de sites web et de contenus en ligne, de services transactionnels et de « programmatique local ». Pour
ce dernier savoir-faire, Solocal s’appuie sur la data des intentions d’achat qualifiées
et géolocalisées des internautes qui visitent ses différents portails et médias (PagesJaunes, Mappy, Ooreka, Avendrealouer, …). De plus, depuis 2013 et grâce à
ses partenariats avec Google et Bing, l’ex- PagesJaunes orchestre des campagnes
de référencement payant sur ces moteurs de recherche et permet aux annonceurs de générer du trafic vers leurs sites Internet. Avec un bénéfice net de 336 millions d’euros (+585 %) et un endettement ramené à 332 millions d’euros (-70 %), Solocal est valorisé en Bourse 706,3 millions d’euros (au 22-02-18) avec une action qui tente péniblement de se maintenir au-dessus de la ligne de flottaison d’un euro. Quant au nouveau directeur financier Jean-Jacques Bancel, sur le pont depuis mi-février, il n’a pas attendu le 6 mars pour prendre ses fonctions : il devra rassurer les actionnaires lors de l’assemblée générale qui se tiendra le 9 mars 2018. @

Charles de Laubier

Google et Facebook : le duopole caché de l’e-publicité

En fait. Le 17 mars, la directrice générale du Syndicat des régies Internet (SRI), Hélène Chartier, nous a assuré que son organisation ne connaissait pas le poids (ni une estimation) des deux plus gros acteurs en France de la publicité numérique que sont Google et Facebook – lesquels ne dévoilent aucun chiffre.

En clair. C’est l’omerta dans la publicité numérique en France sur la position dominante du duopole –Google et Facebook. Les publicités sur les moteurs de recherche (search) et sur les réseaux sociaux (social) « représentent une part prépondérante du marché, captée principalement par deux acteurs… », reconnaît tout de même le Syndicat des régies Internet (SRI) sans jamais nommer Google et Facebook, ni donner une idée du poids de ce duopole de plus en plus encombrant. Contacté par Edition Multimédi@, la directrice générale de cette organisation professionnelle, Hélène Chartier, nous répond : « Non, nous n’avons pas ces estimations », après nous avoir dit « Non, ce ne sont pas des estimations sur lesquelles nous communiquons ».
L’Observatoire de l’e-pub, réalisé par le cabinet international PwC pour le SRI, se contente de donner une vision globale des leviers du digital sans indiquer de poids acteur par acteur. « Evidemment pour certains leviers comme le search ou le social,
on sait bien sûr que deux acteurs sont très puissants », admet Hélène Chartier. Comme le duopole Google et Facebook ne jouent pas la transparence, le chiffrage du marché français de la publicité en ligne reste une estimation obtenue à partir d’une source déclarative (des régies du SRI et des agences de l’Udecam (1)), d’une source estimative (mission confiée à PwC) et d’une source qualitative (une trentaine d’entretiens professionnels menés par PwC). Or, Google et Facebook accaparent de plus en plus le marché de la publicité numérique. En effet, les e-publicités dans le search (dominé par Google) et le social (dominé par Facebook) constituent ensemble en 2016 une part prépondérante du chiffre d’affaires et de la croissance de la publicité digitale en France : 68 %, soit 2,3 milliards d’euros (+ 12 % ) sur le marché total de 3,5 milliards (2), le display (bannières) étant en recul (-3 %). Ce duopole est encore plus flagrant si l’on s’en tient aux mobiles où le poids de la m-pub sur le search et le social
– dont plus que jamais Google et de Facebook – atteint 92%! « Les autres acteurs se répartissent seulement 8 % du marché », souligne le SRI. Dans leur présentation le 17 mars des chiffres publicitaires en France pour 2016, l’Irep (3) et France Pub reprennent désormais les estimations « PwC » du SRI et de l’Udecam. On y voit donc pas plus clair… @

Pourquoi les actionnaires individuels de Solocal (ex-PagesJaunes) se rebiffent contre la direction

Robert de Metz et Jean-Pierre Rémy, respectivement président et DG du groupe Solocal, sont contestés dans leur gestion de la dette du groupe. Une association de 1.000 actionnaires individuels – « premier actionnaire » – porte l’affaire devant la justice et en appelle à Emmanuel Macron.

Le conseil d’administration de Solocal Group (ex- PagesJaunes) a décidé avec l’autorisation du Tribunal
de commerce de Nanterre de différer la tenue de son assemblée générale ordinaire, laquelle devait statuer
vers la mi-juin – comme les années précédentes – sur
les comptes de l’exercice 2015, « de telle manière que
les actionnaires puissent statuer à la fois sur les comptes 2015 et sur la restructuration ». Cette assemblée générale des actionnaires est donc reportée et se réunira « courant septembre ».

1,1 milliard d’euros de dettes
C’est que l’ex-groupe PagesJaunes, surendetté et se retrouvant dans l’incapacité à rembourser les prochaines échéances bancaires, ne va pas bien du tout. Un plan de restructuration de sa dette, laquelle s’élève à 1,1 milliard d’euros au 31 mars dernier, sera présenté d’ici la publication de ses résultats semestriels 2016 prévue fin juillet. Mais le groupe éditeur d’annuaires téléphoniques transformé en portail de localisation sur Internet a d’ores et déjà prévenu qu’il « ne respectera probablement pas ses covenants bancaires à fin juin 2016 ni à fin septembre 2016 » et que « [sa] capacité
de rembourser ses dettes financières à leurs échéances contractuelles de mars et de juin 2018 est extrêmement improbable ». C’est d’autant plus fâcheux que ces deux dernières échéances portent respectivement sur 799 millions d’euros et 350 millions d’euros, soit ce total de plus de 1,1 milliard d’euros. Solocal le premier groupe coté
en France à faire appel il y a deux ans à la « sauvegarde financière accélérée » pour réaliser son refinancement, en raison de son fort endettement bancaire. Solocal prépare donc un « plan de réduction drastique de sa dette financière » auquel participeraient « différents investisseurs qui pourraient apporter des capitaux
nouveaux ». En 2014, déjà, l’ex-groupe PagesJaunes avait procédé auprès de ses actionnaires et de prêteurs à une augmentation de capital à hauteur de 440 millions d’euros combinée à un plan de refinancement. Ce fut un succès puisque le taux de souscription a été de 255 %, soit pour plus de 920 millions d’euros, lui permettant de rembourser 400 millions d’euros de dette sur près de 1,6 milliard d’euros en 2013,
en contrepartie d’une extension des échéances 2015 à 2018 (1). Mais deux ans plus tard, retour à la case départ. Les PagesJaunes voient encore rouge. « Le niveau très élevé de la dette financière limite fortement la capacité du groupe à réaliser les investissements nécessaires à l’accélération de sa croissance digitale », prévient le groupe le 26 juin dernier dans un communiqué financier pas très rassurant.

Une association d’actionnaires de Solocal créée en mars, Regroupementpplocal, s’inquiète sérieusement de la situation dégradée des PagesJaunes et de la chute
du cours de Bourse depuis le début de l’année. Tout en refusant désormais « toute augmentation de capital dilutive » pour les actionnaires qui ne souscriraient pas à la nouvelle opération financière avec l’arrivée de nouveaux investisseurs en capital, elle accuse la direction de « diffuser des informations négatives et d’amplifier la perception de difficultés qui pour l’instant ne sont pas avérées ». Pourquoi Solocal a annoncé en février dernier une provision sur 2015 de 35 millions d’euros sans avertissement préalable (profit warning) ? Pourquoi la société a-t-elle sollicité auprès du Tribunal de commerce de Nanterre la désignation d’un mandataire ad hoc – Frédéric Abitbol ? L’association Regroupementpplocal, contestant « un plan de sauvegarde inadapté », vient de saisir la justice pour demander un autre mandataire. Pourquoi la direction a attendu le 19 mai pour communiquer sur les perspectives 2016, alors qu’elle est en mesure de le faire bien plus tôt ?

Actionnaires : « Non à la dilution »
Ses 900 membres reprochent au président du conseil d’administration Robert de Metz (photo à gauche) et à son directeur général Jean-Pierre Rémy (photo à droite) d’avoir créer « un climat de défiance, alors même que les covenants sont respectés aux dires de la direction et que la société continue à afficher des bénéfices et dispose de liquidités ainsi que d’une ligne de crédit non tirée ».
Résultat, l’association des actionnaires individuels – les «minoritaires » (2) – présidée par Alexandre Loussert qui en est le cofondateur avec Baudoin de Pimodan, affirme que cette communication financière a provoqué la chute de l’action Solocal : – 50 % après la publication des résultats annuels, à 3,5 euros, soit une division par 100 par rapport aux plus hauts historiques ! Et la descente aux enfers s’est poursuivie avec
le projet de dilution des actionnaires, et « une volonté manifeste de faire porter sur
les minoritaires de Solocal, le poids de la restructuration de la dette ». L’association reproche en outre aux dirigeants d’être « allés demander de l’aide au Tribunal de commerce pour ne pas avoir à affronter le refus et la colère des actionnaires ».

Macron appelé à la rescousse
Face au tableau noir dressé depuis des mois par le président et le directeur général
de Solocal Group, les perspectives pour 2016 ne sont finalement pas aussi catastrophiques que leur communication financière le laisserait penser. Même si
Jean-Pierre Rémy a attendu le 19 mai pour en faire état, les prévisions positives apparaissent en contradiction avec les messages négatifs de la direction : le taux de croissance du chiffre d’affaires Internet s’établirait cette année entre 0 % et 2% par rapport à 2015, tandis que le taux de marge « Marge brute d’exploitation sur chiffre d’affaires » (revenu global incluant cette fois Internet, les imprimés et le vocal) serait égal ou supérieur à 28 %. Et ce, grâce à plus de 4.200 « employés » (3) qui aident les professions libérales, les artisans et les commerçants à être référencés sur Internet – une sorte de pendant local français de la stratégie globale de Google – pour un chiffre d’affaires pas loin du milliard d’euros et un bénéfice net positif : respectivement 878 millions d’euros en 2015 – dont 73,5% sur Internet (83 % au premier trimestre 2016 : voir encadré ci-dessous) – et 26,6 millions d’euros.
Dans ces conditions, l’association des actionnaires minoritaires juge que le motif du report de l’assemblée générale « n’est pas recevable ! » et constitue un « déni de démocratie actionnariale est très préjudiciable » aux petits porteurs qui représentent 80 % du capital de Solocal Group. Elle menace donc de lancer « une action en commun », qui pourrait prendre la forme d’une class action judiciaire, afin que soit annulée la décision de son report et que cette assemblée générale se tienne normalement. Un courrier a été adressé dans ce sens à Jean-Pierre Rémy et Robert de Metz. Non seulement Regroupementpplocal refuse toute augmentation de capital dilutive, mais aussi menacent de « changements drastiques en AG dans la gouvernance de Solocal ». Et pour mieux se faire entendre, Alexandre Loussert, à la tête des petits actionnaires, s’est fendu d’un « lettre ouverte » adressée à Emmanuel Macron et datée du 16 juin dernier. Au ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique, qui suivrait déjà ce dossier, il fait part de l’« indignation » de ses membres « devant la rupture du pacte social qui lie toute société à ses actionnaires », alors que l’entreprise présente « une situation opérationnelle saine et sans problème de liquidité » et… « paye ses impôts en France » ! Le président de l’association dénonce non seulement le report de l’AG, mais surtout l’augmentation de capital avec la dilution des actionnaires et l’arrivée d’un nouvel investisseur au capital « sur la base d’un prix de souscription ridiculement faible, égal au cinquième du prix de souscription de celui de l’augmentation de capital de mars 2014 ou de celle proposée un an plus tard aux salariés ».

Et l’association Regroupementpplocal d’enfoncer le clou : « Voici avec Solocal un cas d’école bien réel, symptomatique de cette finance casino… que l’on croyait devenue l’ennemie de l’actuel gouvernement » (4). Elle rappelle aussi à Emmanuel Macron
son « regret devant la désertion progressive des épargnants dans le financement des entreprises » et espère que « le gouvernement (…) conforter[ a] les épargnants dans leur envie d’investir leur épargne dans l’économie réelle sans crainte de la voir confisquée par des méthodes de tricheurs ». L’association des petits porteurs a en outre alerté, plusieurs fois l’Autorité des marchés financiers (AMF) « sur les dérives
du management de la société ». @

Charles de Laubier

ZOOM

Solocal Group, partenaire de Google, Microsoft, Yahoo, Apple et Facebook
Selon Jean-Pierre Rémy, le DG du groupe Solocal, le chiffre d’affaires généré par Internet pourrait croître jusqu’à 2 % cette année par rapport à 2015 pour dépasser
les 652 millions d’euros (contre 640 millions l’an dernier) – à moins qu’il ne stagne.
Car les annuaires imprimés et les activités vocales continuent de décliner, baisse que ne compense pas la croissance du numérique.
L’an dernier, Internet a représenté 73,5 % du chiffre d’affaires total qui s’est établi à
878 millions d’euros. Ce ratio a été porté à 83 % au premier trimestre 2016. Sur les
640 millions d’euros de 2015 dans le digital, 77,5 % ont été générés par l’activité
« search local » qui consiste à fournir des services et des solutions digitales aux entreprises pour accroître leur visibilité et développer leurs contacts au niveau local grâce à une audience pérenne et très qualitative obtenue à travers les marques de Solocal que sont PagesJaunes, Mappy, Ooreka et A Vendre A Louer, ainsi qu’avec ses partenaires : Google, Bing/Microsoft, Yahoo!, Apple et Facebook. Les 22,5 % restant proviennent de l’activité « marketing digital » qui s’appuie sur les sites et contenus, le programmatique local, les services transactionnels, ainsi que plus récemment le ciblage baptisé ADhesive. L’ex-groupe PagesJaunes revendique aujourd’hui 530.000 clients. @