Kazuo Hirai va quitter Sony, dont il est président, au moment où la pression des GAFAN se fait plus intense

Et si Sony vendait son studio de cinéma à Apple ? C’est l’un des scénarios possibles, maintenant que la plateforme de SVOD Apple TV+ est annoncée pour l’automne. Encore faut-il que Kenichiro Yoshida, nouveau PDG depuis un an du géant japonais de l’électronique, soit vendeur… Pour l’heure, tous ses efforts se concentrent sur la future PS5.

Le président de Sony, le visionnaire Kazuo Hirai (photo), a passé il y a un an la direction exécutive du groupe à son directeur financier, Kenichiro Yoshida. « Kaz », comme on le surnomme, quittera définitivement en juin prochain la firme de Tokyo où il a passé 35 ans de sa vie. Ce départ, qui finalise la passation de pouvoirs à la tête du géant mondial japonais de l’électronique grand public, intervient au moment où son avenir devient un peu plus incertain malgré le redressement opéré ces dernières années. Kazuo Hirai laisse derrière lui un groupe en meilleur santé qu’il ne l’avait trouvé comme PDG. Les résultats de l’exercice 2018/2019, clos fin mars, ont été publiés le 26 avril dernier : le chiffre d’affaires global atteint 8.665,7 milliards de yens (69,3 milliards d’euros), en hausse sur un an de 1,4 %, et le résultat net en forte hausse affiche un nouveau record, à 916,2 milliards de yens (7,3 milliards d’euros).

Vendre Sony Pictures à Netflix, Amazon ou Apple ?
Kaz avait pris la tête de Sony il y a sept ans en succédant, le 1er avril 2012, à l’Américain Howard Stringer. Fort de son succès passé à la division Sony Computer Entertainment avec la console PlayStation et son écosystème de jeux en ligne, devenue la locomotive du groupe, le Japonais avait entrepris de généraliser aux autres activités la convergence entre terminaux et contenus via des services en ligne. Pendant son mandat, Kazuo Hirai a dû défendre la division Entertainment en assurant qu’elle n’était « pas à vendre ». En 2013, le fonds d’investissement newyorkais Third Point – actionnaire minoritaire de Sony – avait appelé le géant japonais à s’en séparer et à mettre en Bourse ses activités de contenus musicaux et cinématographiques. Aujourd’hui, ce même hedge fund, créé par le milliardaire Daniel Loeb, est remonté au créneau pour interpeler le nouveau PDG et lui demander de clarifier la stratégie de Sony. Pour faire monter la pression, Lire la suite

Avec sa filiale de production Newen, présidée par Fabrice Larue, TF1 cherche à se mesurer à Netflix et Amazon

Il y a plus de deux ans, TF1 s’emparait de 70 % du capital de la holding FLCP de Fabrice Larue – alors rebaptisée Newen Studios, chapeautant les filiales Newen (production audiovisuelle) et Neweb (activités digitales). Pour compenser les chaînes nationales stagnantes, l’international est un relais de croissance vital.

Au moment où les géants mondialisés Netflix et Amazon vont investir cette année respectivement plus de 7,5 milliards de dollars et 4,5 milliards de dollars dans la production de séries
et de films, le groupe TF1 se sent de plus en plus à l’étroit dans ses frontières nationales. Si les chaînes locales ne sont pas exportables, la production l’est. Et c’est une aubaine pour la filiale du groupe Bouygues, confrontée à la stagnation voire à l’érosion de ses audiences à l’antenne, et donc condamnée à aller chercher des relais de croissance à l’international en (co)produisant des contenus. Quitte à pactiser avec ses deux plus gros concurrents : Netflix et Amazon. « Nous produisons la série “Osmosis”pour Netflix. C’est eux qui sont venus nous chercher,
via notre bureau de Londres et ils voulaient que cela soit fait par les producteurs de
la série “Versailles”, donc Capa [une des filiales de Newen, ndlr]. C’est prévu pour fin 2018-début 2019. Le tournage, en français, devrait commencer l’été prochain – en Île-de-France », a confié le 15 mars Fabrice Larue (photo), président de Newen Studios. Filiale depuis deux ans du groupe TF1, qui détient 70 % de son capital (1), cette holding – présente à la fois dans la production audiovisuelle (Newen) et dans des activités Internet (Neweb (2)) – produit aussi pour Amazon.

Le risque assumé de produire pour Netflix et Amazon
« Nous faisons pour Amazon en France la coproduction de la série “Deutsch-Les-Landes”, tandis que notre partenaire allemand Bavaria le fait pour Amazon en Allemagne », a-t-il indiqué. Diffusion sur Amazon Prime Video : fin 2018. Plutôt discret depuis qu’il est passé sous la coupe du groupe TF1 début 2016, Fabrice Larue s’est exprimé ainsi devant l’Association des journalistes médias (AJM). A la question de savoir s’il y avait d’autres projets avec Netflix et Amazon, sa réponse fut « Non ». Edition Multimédi@ lui a demandé si travailler avec des GAFAN, dont les investissements dans la production sont colossaux, ne présentait pas tout de même
un risque pour TF1. Autrement dit, estce bien raisonnable dans la mesure où une fois qu’ils se seront inspirés des méthodes de production française, Netflix et Amazon pourraient très bien continuer à faire sans Newen qui se retrouverait alors devant d’énormes concurrents ?

« Les GAFAN peuvent nous piquer nos créatifs »
« C’est toujours le problème. Vous avez raison. Nous, nous sommes des producteurs qui vendons des productions à des clients ; on est content de les avoir. Ce qu’il faut effectivement, c’est une relation commerciale qui s’installe et où il y ait une juste répartition de la création de valeur. Elle se fait à notre niveau mais il faut qu’elle se fasse aussi au niveau de la profession », a-t-il répondu. Celui qui est entré dans la production audiovisuelle il y a dix ans – en rachetant en 2008 Telfrance, producteur de la série télévisée « Plus belle la vie », puis en 2009 Be Aware, et en 2010 Capa, pour former alors le groupe Newen (3) – se dit confiant : « J’ai la faiblesse de croire quand même que Newen s’est mis au bon endroit de la création de valeur, c’est-à-dire la création de contenu de qualité : il y a toujours quelqu’un qui vient vous les acheter. Car on est bon en France dans la création ; on a de bons auteurs et de bons réalisateurs ; on n’a pas à rougir en fictions ». Amazon vient d’ailleurs de mettre à son catalogue la série « Demain nous appartient », produite par la filiale Telfrance de Newen et disponible en SVOD 48 heures après sa diffusion sur TF1. Et Fabrice Larue de tenter de rassurer : « Alors les GAFAN peuvent nous piquer nos créatifs… A nous de trouver un système dans lequel ils (les créatifs) s’épanouissent. Si demain, les GAFAN voulaient prendre la création en imposant des choses à leur producteur, ils perdraient en création. Mais vous avez raison, il y a ce risque. Mais si on conserve ce savoir-faire-là, c’est bien ». Le patron de Newen table sur l’indépendance qu’il garantit à tous ses producteurs et se félicite que « TF1 a[it] l’intelligence de laisser l’indépendance à Newen pour la création ».
Newen, qui n’a voulu céder la marque Osmosis à Netflix et qui l’avait déjà exploitée
il y a trois ans avec la première websérie de fiction créée spécifiquement pour Arte Creative, est producteur exécutif d’« Osmosis ». L’histoire racontée par cette série
part d’une application algorithmique qui garantit avec certitude de trouver l’âme sœur. Fabrice Larue, lui, a-t-il trouvé les partenaires idéals avec Netflix et Amazon ?
« C’est une licence de marque, louée à Netflix tant qu’il l’exploite et produise “Osmosis”. Comme il achète la série pour le monde entier, avec des fenêtres de droits sur quelques années, nous n’avons pas à le distribuer. Alors que pour “Deutsch-Les-Landes” avec Amazon, nous avons les droits de distribution mondiale en dehors des pays francophones et germanophones », a-t-il précisé, tout en indiquant que « le coût de production d’”Osmosis” se situe plutôt dans la moyenne supérieure des prix du marché ». Un 52 minutes produit en France coûte en moyenne de 600.000 à 1 million d’euros, sachant que cela peut aller jusqu’à 2,9 millions l’épisode comme pour la série
« Versailles » produite par Capa/Newen (4) et diffusée depuis fin 2015 sur Canal+.
« Aujourd’hui, on est obligé d’avoir des ventes à l’étranger pour pouvoir amortir des budgets comme celui de “Versailles”. Il faut que l’on sorte de la France notre chiffre d’affaires, qui devrait faire en 2018 entre 20 % et 25 % à l’international. France Télévisions n’en représente plus aujourd’hui que 50 % à 55 %, contre 70 % avant
notre rachat par le groupe TF1, lequel génère maintenant 12 % à 15 % de nos revenus, et les10 %-15 % restants sont répartis entre Arte, M6 et Canal+ », a détaillé Fabrice Larue (5).
En rachetant Newen, TF1 s’est en fait offert une planche de salut pour se développer à l’international et y trouver de nouveaux relais de croissance. « TF1 a besoin de trouver des relais de croissance. En dehors de la publicité, il y a deux axes stratégiques : Newen et le digital (Aufeminin acquis fin 2017). Newen doit être un des relais de croissance, notamment à l’international, de TF1 ». Cela passe par des acquisitions : après avoir pris en septembre 2017 le contrôle de Blue Spirit, société française de production d’animations (85 % du capital), les cibles sont maintenant hors de France comme la société de production Tuvalu Media Group aux Pays-Bas rachetée en février 2017 (71 % de son capital). « Si l’on est fort dans la fiction, il faut se développer dans le flux [émissions de jeux, de divertissement, …, ndlr], l’objectif étant d’être présent plutôt en Europe du Nord, nous regardons (d’autres acquisitions possibles) en Grande-Bretagne et dans les pays scandinaves ». Le document de référence de TF1 sur l’exercice 2017, publié le 8 mars dernier, mentionne qu’une « prise de contrôle [est] envisagée par Newen Studios dans Monday Media, 1er producteur indépendant [danois] de programmes de flux, de sport et de fictions, présent dans l’ensemble des territoires scandinaves ».

Newen Network, un réseau international
Le producteur allemand Bavaria, qui pourrait reprendre les licences « Demain nous appartient » et « Plus belle la vie » pour l’Allemagne, serait aussi une cible potentielle de Newen. « Nous avons créé en mai 2011 un réseau international appelé Newen Network, qui compte comme partenaires Bavaria Film en Allemagne, Globomedia en Espagne et Zone 3 au Canada. C’est plus facile de faire des partenariats commerciaux et de coproduire ensemble, avant de prendre des participations capitalistiques », a expliqué Fabrice Larue. @

Charles de Laubier