Samsung se réorganise pour rester le numéro un mondial des smartphones, devant Apple

Pour ne pas se faire rattraper par l’américain Apple ni par le chinois Xiaomi sur le marché mondial des smartphones, où il est premier, le groupe Samsung Electronics – filiale high-tech du chaebol sud-coréen – met les bouchées doubles : nouveaux modèles « S22 » plus puissants et nouvelle réorganisation.

Le Mobile World Congress (MWC) est de retour à Barcelone, du 28 février au 3 mars. Après deux années impactées par la pandémie, notamment par l’annulation de l’édition de 2020, la grand-messe internationale de l’écosystème mobile (1) a bien lieu physiquement cette année dans la capitale de la région espagnole de Catalogne. Parmi 1.500 exposants, le sud-coréen Samsung Electronics occupe une superficie équivalente à huit stands. Il n’en fallait pas moins pour le toujours numéro un mondial des smartphones, qui, selon le cabinet d’étude Omdia, en a vendus pas moins de 271,5 millions d’unités en 2021. En revanche, son rival américain Apple est physiquement aux abonnés absents comme le montre la liste des exposants du MWC. La marque à la pomme est le numéro deux mondial avec ses iPhone, lesquels se sont vendus l’an dernier à 236,2 millions d’exemplaires. Si le chinois Huawei – après les bâtons dans les roues que lui ont mis les Etats-Unis durant dix ans – n’est plus en mesure, avec ses 35 millions de smartphones vendus en 2021, de disputer à Apple la seconde place mondiale, son compatriote Xiaomi, avec ses 190,2 millions d’unités vendues, est en bonne voie pour croquer la pomme.

Jong-Hee Han (photo) prend la tête de la nouvelle méga-division DX
Apple et Xiaomi rêvent chacun de détrôner Samsung de son piédestal. Mais Samsung Electronics entend bien garder sa couronne et tenir à distance ses deux challengers. Lors de sa 53e assemblée générale annuelle le 16 mars prochain, sous la présidence de Jae-Wan Bahk qui va partir à la retraite, le géant sud-coréen entérinera sa réorganisation et de profonds changements dans son management de direction, afin d’être plus que jamais en ordre de bataille pour se maintenir sur le trône. Sans attendre l’ouverture du grand raout barcelonais, le fabricant des Galaxy a annoncé dès le 9 février trois nouveaux modèles de la gamme (S22, S22+ et S22 Ultra) où la photo, la vidéo, l’intelligence artificielle, le micro-processeur de 4 nanomètres et la 5G sont mis en avant. Depuis ce jour-là, les appareils sont en pré-commandes. Une nouvelle tablette est aussi mise sur le marché (Tab S8 Ultra), tandis que deux autres ont été mises à jour (Tab S8 et S8). Le dimanche 27 février, soit la veille de l’ouverture du MWC à Barcelone, Samsung Continuer la lecture

Le centre de gravité du groupe Apple se déplace de plus en plus vers la Chine dont il est dépendant

Apple, l’icône américaine du capitalisme, a brisé le 3 janvier le plafond de verre des 3.000 milliards de dollars de valorisation boursière. Cette performance historique a été atteinte grâce à la Chine communiste, où la marque à la pomme voit ses revenus croître le plus.

Les résultats du premier trimestre d’Apple – à l’exercice fiscal annuel décalé (clos fin septembre) – seront présentés le 27 janvier prochain : cinq jours avant le Nouvel An chinois… Si la tendance se poursuit, la Chine continuera d’être le marché à la plus forte croissance en termes de chiffre d’affaires et de marge. Pour l’année précédente allant d’octobre 2020 à septembre 2021, plus de 68,3 milliards de dollars de ses revenus provenaient de la « Grande Chine » (dixit Apple pour englober la Chine continentale, Hong Kong et Taïwan). Ce fut un « bond en avant » de 70 % sur un an pour en arriver à peser près de 20 % de son chiffre d’affaires global (1). Cette dépendance de la marque à la pomme vis-à-vis de la Chine du « Grand Timonier » Xi Jinping ne date pas d’hier puisqu’elle avait même représentée 22,5 % en 2015/2016 sur un total à l’époque de 215,6 milliards de dollars de chiffre d’affaires (2). En atteignant le 3 janvier dernier les 3.000 milliards de dollars de valorisation boursière à New- York, du jamais vu de toute l’histoire du capitalisme, le groupe dirigé depuis plus de dix ans par Tim Cook (photo) le doit en grande partie à Pékin où siège le gouvernement communiste de la République populaire.

Entre capitalisme et communisme
« Les revenus en Chine ont augmenté en 2021 par rapport à 2020, principalement en raison de la hausse des ventes d’iPhone, d’iPad et de services. La vigueur du yuan chinois par rapport au dollar américain a eu un effet favorable sur les ventes dans la Grande Chine », se félicite la firme de Cupertino dans son rapport annuel enregistré fin octobre 2021 auprès de la SEC (3). Mieux, la Chine continentale, Hong Kong et Taïwan – où est son premier sous-traitant pour la fabrication de ses iPhone, Hon Hai Precision Industry, alias Foxconn – contribuent ensemble à hauteur de 20,8 % au résultat opérationnel d’Apple sur son dernier exercice, lequel s’établissait à 137 milliards de dollars. Ce qui correspond à presqu’un doublement (86,8 %) sur un an. La Chine est plus que jamais le second marché national d’Apple, après les Etats-Unis. Or les tensions politico-commerciales entre Washington et Pékin, notamment l’ostracisme d’Etat contre son rival Huawei, exposent de plus en plus la marque à la pomme à Continuer la lecture

Xiaomi fête ses 10 ans d’existence en devenant 3e fabricant mondial de smartphones, devant Huawei !

Le « X » de BATX – désignant les géants chinois du Net, rivaux des GAFA – se sentait pousser des ailes, jusqu’aux turbulences planétaires du coronavirus. Xiaomi, cofondé le 6 avril 2010 par Jun Lei, a profité ces derniers mois des déboires de son compatriote Huawei. Au point de lui disputer sa place de numéro trois mondial des smartphones.

Xiaomi devant Huawei… C’est le site web chinois Sina qui l’a révélé le 19 mars dernier, chiffres inédits du cabinet d’études américain Strategy Analytics à l’appui. Ils montrent que Xiaomi est devenu, pour la première fois, le numéro trois mondial des ventes de smartphones sur le mois février. Son compatriote chinois Huawei, victime d’ostracisme de la part des Etats-Unis et d’autres pays « alignés » sur des prétextes de « sécurité nationale », s’est vu relégué à la quatrième place – après que la firme de Shenzhen ait caracolé sur l’année 2019 en deuxième position mondiale, derrière Samsung et… devant Apple. Ainsi, sous l’effet conjugué de la campagne anti-Huawei et de la pandémie du covid-19, Xiaomi a pu gagner une place en vendant sur le seul mois de février 6 millions de ses smartphones (reculant tout de même de 40 % en volume par rapport au mois précédent), contre seulement 5,5 millions pour Huawei (chutant, lui, de 55 % sur la même période). Devant Xiaomi, et toujours d’un mois à l’autre, Apple a fait 36 % de ventes en moins à 10,2 millions d’iPhone en février et Samsung 9 % en résistant le mieux en tant que numéro un mondial incontesté des smartphones (voir ici le tableau).

Xiaomi se retrouve juste derrière… Apple
Contacté par Edition Multimédi@, Neil Mawston, directeur exécutif chez Strategy Analytics, nous confirme que les chiffres révélés par Sina proviennent bien de sa dernière étude de marché, mais que celle-ci n’a jamais été rendue publique. Seule une vue globale a été divulguée, qui fait état de l’effondrement spectaculaire des ventes mondiales de mobiles en février, de 38 % sur un an, « la plus grande chute de l’histoire du marché mondial des smartphones ». Au regard de la volatilité du marché, il se veut néanmoins prudent : « La concurrence pour les cinq premières places dans les ventes mondiales de smartphones reste féroce. Les marques de smartphones peuvent souvent changer de position d’un mois à l’autre, ou d’un trimestre à l’autre. Le classement des smartphones ne reste jamais immobile ! ». La publication du Top 5 mondial des téléphones mobiles n’a donc jamais été aussi sensible, tant les rivalités entre les marques-monde s’exacerbent, sur fond de guerre des prix et de promotions à tout-va.

Chute brutale des ventes de smartphones
Deux autres cabinets d’études américains, IDC et Gartner, constatent eux-aussi ce coup de frein brutal, sans précédent dans les smartphones, conséquence directe du repli massif de la demande en Asie, notamment en Chine où le coronavirus a commencé à se propager à grande échelle et obligé les consommateurs au confinement et à la quarantaine. Février fut aussi marqué par l’annulation de la grand-messe internationale du mobile à Barcelone (4). A la fin du mois de mars, le nombre de personnes dans ce cas sur la planète a même dépassé la barre des 3 milliards (au moment où l’on déplorait 28.000 morts dans le monde, les 40.000 morts ayant été dépassés au 31-03-20). Pas besoin d’être grand clerc pour s’attendre à ce que les mois de mars et d’avril soient aussi désastreux, voire pires, pour non seulement les fabricants de téléphones mobiles mais aussi bien d’autres secteurs de l’économie partout dans le monde.
L’année 2020 – frappée par cette crise sanitaire historique – pourrait rebattre les parts de marché du mobile, et pourquoi pas au profit de « l’Apple chinois », Xiaomi, qui fête le 6 avril son dixième anniversaire. C’est en effet ce jour-là précisément que sept Chinois (5) ont cofondé cette start-up à Pékin, parmi lesquels son PDG Jun Lei (photo). Aujourd’hui, le groupe au « millet » ou « petit riz » (signification chinoise de Xiaomi, également composé de « Xiao » voulant dire grain de riz prometteur dans le Bouddhisme et de « Mi » pour Internet mobile), est coté depuis juillet 2018 à la Bourse de Hong Kong où il est valorisé 249,5 milliards de dollars hongkongais – 32,3 milliards d’euros (au 02-04-20). Ses résultats 2019, publiés le 31 mars, font état d’un chiffre d’affaires en yuans équivalent à 26,6 milliards d’euros (+ 17 % sur un an) pour un résultat net de 1,3 milliard d’euros (-25 %). Xiaomi, qui est présent dans plus de 90 pays et régions du monde avec 16.700 employés, a réalisé l’an dernier près de la moitié de ses revenus à l’international et écoulé 124,8 millions de smartphones. Le groupe chinois, présent dans plus de 90 pays et régions du monde avec 16.700 employés, a prévenu que son année 2020 sera impactée par le virus.
Et faute de pouvoir célébrer ses dix ans en invitant dans différents lieux tous ses « fans » (son slogan commercial étant « Juste pour les fans »), la firme pékinoise – basée dans le district de Haidian – est contrainte d’organiser ses festivités en ligne. « Au vu de la situation actuelle, nous avons dû annuler tous les événements physiques ; on le fait sur le Web à partir du 7 avril », nous confirme Yan Liu, directeur général France de Xiaomi, filiale basée à Boulogne-Billancourt depuis un an. Le « Mi Fan Festival » se tiendra en ligne, tout en restant fidèle à ses traditionnelles promotions auxquelles s’ajoutent 50 euros reversés à l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (APHP) pour chaque smartphone Mi 10 acheté, et des milliers de masques offerts, en plus de ceux destinés à l’Institut Pasteur. Cette date d’anniversaire donnera aussi le coup d’envoi commercial des nouveaux modèles de la gamme de smartphone Mi (Mi 10 Pro, Mi 10 et Mi 10 Lite 5G), chacun d’eux étant « automatiquement compatible avec la 5G ». Cerise sur le gâteau, « Xiaomi offre également un remplacement d’écran gratuit pendant deux ans (à compter de la date d’achat) ». L’écosystème Mi comprend aussi des routeurs Wifi avec antenne dite AIoT (pour Artificial Intelligence of Things), des écouteurs sans fil, des purificateurs d’air et même des écrans TV de home cinema. Xiaomi se revendique comme étant « la plus grande plateforme IoT grand public mondiale, avec plus de 213 millions d’objets intelligents (à l’exclusion des smartphones et ordinateurs portables) connectés à celle-ci ».

Un écosystème Mi et des objets connectés
Le groupe de Jun Lei vend aussi des trottinettes électriques Mi, des bracelets connectés, des casques de réalité virtuelle, des mini box multimédias, des enceintes connectées avec écran, et même des balances pour se peser intelligemment et des brosses à dents connectées. En France, plus de 1 million de smartphones se sont vendus l’an dernier (Mi, Mi Note et Redmi Note) via le e-commerce, sur Mi.com, chez des distributeurs (Fnac, Darty, Cdiscount, Boulanger, …), des opérateurs mobile (SFR, Bouygues Telecom, …) et dans sept Mi Stores en Ile-de-France. @

Charles de Laubier