eComédie humaine

En ce mois de décembre 2025, la vie semble suivre son cours. Le monde s’agite autour de moi pour préparer les fêtes de fin d’année. Symbole de cette permanence : la place qu’occupe comme tous les trois ans, sur les écrans publicitaires de nos villes, le nouvel épisode de l’inépuisable saga Star Wars. Le numéro X de cette nouvelle trilogie utilise, pour les quelques salles nouvellement équipées, les dernières avancées du cinéma holographique : 24 images par seconde et 64 points de vue différents ! Les spectateurs sont assis tout autour d’un écran central, lequel permet une expérience immersive inégalée pour suivre le retour des héros sur la planète Naboo… Et les acteurs s’adresseront à eux pour choisir en temps réels des scénarios alternatifs. En fonction des sentiments collectifs exprimés par la salle, de nouvelles scènes seront proposées. Avec ce système, Disney estime que les fans pourraient revenir voir le film plus de dix fois en moyenne…
Cette apparente banalité, ballottée entre nos habitudes et nos étonnements, ne masque cependant pas les défis qu’affronte notre époque.

« Ce n’est pas la fin des pure players, mais un nouveau cycle de partage des positions et de la valeur avec le retour en force d’entreprises venues de l’économie traditionnelle. »

Notre société change vite. Ce qui faisait débat il y a seulement dix ans parait aujourd’hui simplement accepté : l’euro, qui fut en son temps autant vanté que décrié,
a été le ciment empêchant l’Europe d’éclater ; les frontières du Vieux Continent s’ouvrent pour accueillir une jeunesse « étrangère » venant épauler une population tellement vieillissante ; les femmes finissent de conquérir les droits qui leur manquaient encore, sur fond de diversification des modèles familiaux ; la sélection dès la conception de certaines caractéristiques des enfants à naître est une pratique presque courante, où l’on ne parle plus d’eugénisme mais d’« enfant choisi ». Le monde numérique, qui semblerait peu de chose face à ces évolutions profondes de nos sociétés éloignées de leurs modèles historiques, participe à l’accélération des processus. Les forces actuelles sont telles que les tensions qu’exerce le flot continu d’innovations tiraillent la société. La massification de l’Internet dans tous les domaines, de la mesure de soi à la mesure du monde, a fait émerger une nouvelle génération de services en passe de générer de nouveaux gains de productivité. Tandis que la destruction des intermédiaires traditionnels et de la valeur associée à ces activités continue son oeuvre. Dans le même temps, l’histoire ne se répétant pas, nous avons assisté au retour en force d’entreprises venues de l’économie traditionnelle – énergie, transports, distribution, santé, finance – qui ont finalement trouvé une place centrale en adoptant les nouvelles avancées digitales. Ce n’est pas la fin des pure players, mais un nouveau cycle de partage des positions et de la valeur. Quant à nous, pour apprivoiser les nouveaux codes de notre humanité numérique, nous nous débattons, le plus souvent avec enthousiasme, pour bénéficier par exemple des derniers apports de la sharing economy. Mais non sans révolte, parfois, lorsqu’il n’est plus possible d’accepter les conséquences poussées à leurs limites du fameux paradox privacy.
Aujourd’hui, on peut presque paraphraser Balzac qui, dans La maison Nucingen, appliquait aux Lois cette maxime que je transpose au Web : « Comme une toile d’araignée à travers laquelle passent les grosses mouches et où restent les petites ». Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si les rares philosophes du siècle dernier, qui avaient réfléchi à la place de l’Homme face à ses créations techniques, viennent de trouver
un public qui les relit enfin pour comprendre, avec un Günther Anders, comment l’Etre humain pourrait être définitivement dépassé par ses innovations à l’heure des algorithmes, des systèmes experts et des robots omniprésents… Mais le temps presse, car la fenêtre temporelle que j’ai utilisée pour vous faire parvenir mes chroniques va se refermer dans quelques heures. Il est n’est pas impossible, cependant, que je puisse un jour en trouver une autre, et même que vous puissiez me répondre… @

Jean-Dominique Séval*
* Directeur général adjoint de l’IDATE, auteur du livre
« Vous êtes déjà en 2025 » (http://lc.cx/Broché2025).

World War Web

Si certains rêvent toujours de retrouver la liberté en ligne des premiers âges, l’Internet est encore régulièrement secoué par des guerres entre puissants qui prétendent à son contrôle. Comme ces cités antiques ou places fortes médiévales qui verrouillaient les voies de communication stratégiques, les géants actuels du Net tentent de verrouiller les portes d’accès du Web. La première bataille de cette histoire des conquêtes du Net a été celle des
« portails » que remporta Yahoo, l’un des premiers champions à imposer un modèle pour accéder aux pages web. Microsoft, lui, gagna contre Netscape celle des navigateurs avec son ultra dominant Internet Explorer.
Tandis que Google mit tout le monde d’accord, ou presque, avec son moteur de recherche. C’est ensuite l’outsider Facebook qui imposa le réseau social comme une nouvelle voie d’accès aux contenus, et c’est de nouveau Google qui prit le contrôle de l’Internet mobile en imposant Android comme l’OS (Operating System) de référence.
La décennie suivante, la nôtre, a été celle de la guerre des plateformes.

Comme ces cités antiques ou places fortes médiévales,
les géants du Net tentent de verrouiller les portes
d’accès du Web.

Il s’agit cette fois de prendre le contrôle des outils de gestion de l’Internet de nouvelle génération qui s’annonçait peu avant 2015 : un Internet de la mobilité généralisée et
de l’interconnexion de plusieurs centaines de milliards d’objets dits « intelligents ». Ce nouvel âge de l’Internet ouvrait un nouvel espace de création et d’innovation. Nous assistions à une nouvelle transition, semblable à celle que nous avions connue entre 1960 et 2000 avec l’informatisation et la numérisation initiales des activités, avant une
« internetisation » généralisée. Tous les secteurs sont aujourd’hui concernés : énergie, transports, industrie, distribution, banque, santé, éducation, maison, … L’Internet, après avoir été d’abord un formidable outil de communication et de partage de contenus,
est devenu aussi un redoutable système de gestion et de transformation des modèles économiques grâce à des outils de plus en plus simples d’utilisation à force de développements encore plus complexes et coûteux, mais très bon marché à reproduire. Cette nouvelle guerre généralisée du Net s’est déroulée de manière simultanée sur deux lignes de front : les données et les écosystèmes. Qui assureraient la disponibilité et le contrôle des données, ce carburant indispensable à la vitalité des nouveaux services Internet ? Au cœur des modèles économiques de la plupart des fournisseurs de services, elles sont en effet au centre des préoccupations : une majorité d’utilisateurs et de gouvernements ont dû arbitrer entre un accès peu onéreux à des services innovants et le partage contrôlé de leurs données dans un environnement
où la confiance reste limitée. Dans le même temps, de grandes plateformes expansionnistes et leurs technologies propriétaires remettent en cause l’ouverture originelle de l’écosystème de l’Internet. Mais pendant qu’ils essayaient de le verrouiller, les réglementations et les standards ouverts ont tenté de contenir leur position dominante. Ce que l’on appelle désormais « la Guerre sans fin des plateformes »
a ainsi vu s’affronter les leaders du Net, tels que Google et Amazon, lancés dans
le contrôle de ce nouvel Internet. Ils ont cependant trouvé face eux de nouvelles puissances numériques, pure players du Net ou pas, issus par exemple de la grande distribution traditionnelle comme Walmart ou Carrefour. Ce fut la revanche du « brick and mortar », du moins ceux qui furent en position de faire eux aussi du Big Data à partir de leurs bases de données.
Grâce à leurs propres infrastructures – et une réglementation compréhensive – ces acteurs du digital sont capables de proposer des services innovants à partir d’un mixte de ventes, de publicités et d’équipements. C’est ainsi qu’ils ont pu capter une grande partie de la valeur d’un marché des services Internet atteignant près de 900 milliards d’euros en 2025, contre 300 milliards en 2014. Ces acteurs hyperdominants sont régulièrement attaqués et déstabilisés par des start-up misant sur le standard ouvert HMTL5, publié en 2014, ou par le renforcement de l’Open Data. Les internautes sont tiraillés entre laisser leurs données personnelles être exploitées ou rallier des systèmes de sécurité sophistiqués payants de type « Apple » ou « Amex ». Finalement, les géants du Net ont dû accepter de partager l’e-pouvoir. @

Jean-Dominique Séval*
Prochaine chronique « 2025 » : Neutralité du Net.
* Directeur général adjoint de l’IDATE, auteur du livre
« Vous êtes déjà en 2025 » (http://lc.cx/Broché2025).
Sur ce même thème, l’institut vient de publier son rapport
« Future Internet 2025 », par Vincent Bonneau.

Open eEurope

L’Europe unie, l’Europe puissance, l’Europe créatrice de richesse, de valeurs et de culture : mirage européen ou miracle européen ? Paradoxalement, si l’Union européenne pèse aujourd’hui près de 18 % du PIB mondial, à égalité avec les Etats-Unis (contre près de 16 % pour la Chine), avec le second niveau de vie de la planète, sa fragmentation ne lui permet pas de tirer tout le bénéfice de cette puissance potentielle. Ce décalage est encore plus marqué en ce qui concerne l’Europe numérique, qui n’est que le troisième marché mondial derrière l’Asie et l’Amérique du Nord. Sans parler de sa difficulté à transformer ses formidables atouts dans la recherche et l’innovation en leadership industriel. C’est pourquoi le numérique est devenu une cause européenne majeure, même s’il n’a pas fallu attendre 2025 pour lancer les opérations. Dès fin 2014, la Commission européenne faisait figurer le numérique au premier rang de ses priorités : pour tirer au mieux partie du potentiel des technologies numériques, qui par nature ne connaissent pas de frontières, il lui était indispensable de « casser » (le terme est fort) certaines régulations nationales. Autrement dit éclater les carcans qui contraignaient les télécoms, le droit d’auteur, la protection des données, la gestion de fréquences ou encore la mise en oeuvre de la concurrence et l’harmonisation fiscale numérique.
La promesse était guidée par deux objectifs imparables, bien que difficiles à vérifier : créer jusqu’à 250 milliards d’euros de croissance supplémentaire et des centaines de milliers de nouveaux emplois en moins de cinq ans !

« C’est bien la révolution préalable de
l’Europe unifiée qui a été nécessaire pour
accompagner la révolution numérique. »

L’ampleur de la tâche, à l’instar de la plupart des grands chantiers européens, était immense – voire insurmontable tant les consensus semblaient si difficiles à trouver.
Car s’il est relativement facile de se mettre d’accord sur les constats, tout se complique lorsque l’on passe aux travaux pratiques. Exemple : il semblait évident à tout le monde qu’il était nécessaire d’adapter les droits de la propriété intellectuelle à la révolution digitale. Pourtant, la directive européenne sur le sujet (IPRED) a été pendant très longtemps impossible à réformer. La Commission européenne avait même renoncé à publier son livre blanc sur la réforme proposée, malgré quatre années de concertations et de consultations publiques commencées en 2010. Dix ans plus tard, les nouvelles règles commencent seulement à s’appliquer… L’autre difficulté réside dans leé nombre d’objectifs européens, plus de 100, faisant plus penser à une To-Do List qu’à un plan d’action stratégique : développer le très haut débit pour tous, ne pas prendre de retard sur la 5G, faciliter le déploiement des opérateurs télécoms dans les vingt-huit pays de l’UE, accélérer l’accès des start-up à un marché unique, …, tout en préservant les meilleurs tarifs pour les utilisateurs, en harmonisant les droits d’auteur, ou encore en créant un cadre législatif adapté à l’utilisation des données privées, etc.

Pour (re)créer un leadership européen, il a fallu que les paysclés acceptent de
vraiment collaborer – en dépassant leurs antagonismes historiques – autour de
grands chantiers numériques à mener : unifier les marchés nationaux pour faire bénéficier nos entreprises du levier de l’immense marché intérieur, tout en construisant une Europe de la recherche et de l’innovation. Pour y parvenir, le décloisonnement
à tous les étages fut nécessaire : autorité de contrôle unique, Open Government permettant la numérisation des services publics et la mise en place de centrales d’achats publiques transnationales, campus de recherche étendus et clusters transrégionaux d’innovation et d’entreprises, … Autant d’actions qui pourraient se résumer par un « savoir-travailler » ensemble, le partage d’expériences se jouant des frontières. Bref, ce fut la mise en place d’une culture européenne commune forgée jour après jour.
C’est bien la révolution préalable de l’Europe unifiée qui a été nécessaire pour accompagner la révolution numérique. Cela nous semble encore nouveau, quand un Stefan Sweig prônait, dans un discours écrit en 1932, qu’il lui semblait important « de réaliser l’union culturelle de l’Europe avant son union politique, militaire et financière ». @

Jean-Dominique Séval*
Prochaine chronique « 2025 » : Les scénarios du Net
* Directeur général adjoint de l’IDATE, auteur du livre
« Vous êtes déjà en 2025 » (http://lc.cx/Broché2025).
La session de clôture du DigiWorld Summit (18-20 nov. 2014)
aura pour thème « Quel rebond possible pour
l’Europe du numérique ? » : www.digiworldsummit.com

La météo des livres

L’auteur solitaire, sortant de sa retraite pour affronter le tumulte des grands salons du livre de Francfort ou de Paris, est une image qui a survécu à cette décennie de dématérialisation accélérée du support papier. L’industrie du livre, même numérique, a plus que jamais besoin de ces grand-messes commerciales pour toujours plus médiatiser et mettre en scène leurs auteurs. Les écrivains continuent à cette occasion de signer des autographes, sur des photos, des tirés à part ou, parfois, sur les pages de leur dernier bouquin qu’ils prennent sur des piles, ces piles que l’on ne voit plus guère qu’à cette occasion. C’est pour eux, aujourd’hui comme hier, l’occasion de rencontrer son mystérieux lecteur. Ce dernier n’est plus si mystérieux que cela d’ailleurs, en tout cas pour l’éditeur qui dispose désormais d’une masse d’informations inégalée sur ses lectorats.

« La dématérialisation des livres a fait entrer
le monde de l’édition dans l’ère du Big Data,
des métadonnées et de la recommandation. »

Car pour cette industrie culturelle comme tant d’autres, les données sont la matière première qui a permis de régénérer des modèles économiques devenus moribonds à l’ère du numérique. La dématérialisation correspond bien sûr au déclin du livre imprimé sur du papier et, en même temps, à l’entrée du monde de l’édition dans l’ère du Big Data et des métadonnées. Les maisons d’éditions n’ont désormais plus seulement
les yeux rivés sur les chiffres de ventes et la gestion des stocks, car celles qui ont su rebondir sont désormais des virtuoses de l’analyse des données. Leurs lecteurs sont devenus des sources permanentes d’information précieuses, qui se mesurent en termes d’engagement : c’est-à-dire en rapprochant les ventes de l’achèvement effectif des lectures. Les lecteurs d’aujourd’hui ont dû s’habituer à ce que leurs éditeurs lisent par-dessus leur épaule ! Ils savent désormais exactement non seulement ce que vous avez acheté, mais également si vous avez terminé l’ouvrage, l’endroit où vous vous êtes arrêtés et à quelle vitesse vous l’avez lu… Le tout enrichi des lieux, du mois, du jour et des heures de lecture vous concernant, sans oublier le temps qu’il fait… C’est ainsi qu’une véritable météo de l’édition a vu le jour, permettant de prédire le recul des ventes d’un auteur à succès dont le taux d’engagement baisse livre après livre. De même les data scientists de l’édition prétendent pouvoir annoncer les prochains bestsellers. Ces livres prometteurs sont ceux qui aujourd’hui se vendent encore peu mais qui bénéficient d’un taux d’engagement maximal et qui disposent en plus de recommandations enthousiastes sur les médias sociaux. Une batterie de critères aident les éditeurs à négocier les droits, à investir sur leurs nouveaux champions, à choisir ceux qu’il vaut mieux abandonner et lesquels il vaudrait mieux traduire en priorité.
Tout cela, c’est sans oublier les publicités optimisées qui se cachent au détour d’une page de livre pour une partie du catalogue désormais gratuit – à condition bien entendu d’accepter ces bannières et ces vidéos qui viennent interrompre, un moment, le cours de la lecture. Sinon, pour ceux qui ne veulent pas de ces intrusions publicitaires, le paiement à l’acte ou à l’abonnement illimité prend le relais.
Face aux géants du Net qui ont déjà pris les positions-clés leur permettant de se glisser entre les éditeurs et leurs lecteurs, quitte à confisquer au passage les précieuses données, les éditeurs traditionnels tentent de survivre : du moins ceux qui se sont organisés pour maintenir un lien étroit entre leurs auteurs et leurs lecteurs. Le succès futur d’un écrivain ne pouvant malgré tout pas se réduire en algorithmes ou métadonnées, il reste encore une place pour les découvreurs de talents, qui les couvent, les accompagnent durant le long parcours allant de l’idée initiale jusqu’à l’achèvement d’une oeuvre, qu’elle soit imprimée ou numérique, lue ou de plus en plus écoutée.
C’est sans doute une raison parmi d’autres, tout comme la nostalgie, qui fait qu’aujourd’hui encore, lorsque l’on veut lire en cachette comme cela s’est toujours fait, on recourt à des applications garanties sans mouchard ou à des fichiers pirates…
La lecture dématérialisée et sociale – les ebooks étant capables de nous permettre de partager avec d’autres lecteurs connectés – ne nous a cependant pas fait oublier nos bons vieux livres imprimés, ceux que l’on dévorait sous l’édredon à la lumière d’une lampe de poche. @

Jean-Dominique Séval*
Prochaine chronique « 2025 » : Marché unique numérique
* Directeur général adjoint de l’IDATE, auteur du livre
« Vous êtes déjà en 2025 » (http://lc.cx/Broché2025).

Homo-Sapiens contre Homo-Technicus

Pour me lever le matin, plus besoin de réveil : une petite impulsion envoyée par ma puce cérébrale s’en charge. Pour mieux entendre une musique, je ne monte plus le
son d’un appareil : mon oreille s’occupe directement du réglage. Pour voir un détail lointain qui m’intrigue : une simple requête mentale adapte la vision de mes lentilles connectées. D’autres gestes simples et quotidiens sont
en passe d’être à leur tour contaminés par cette fièvre technologique. Ils sont les symptômes d’une confrontation majeure qui se joue au XXIe siècle entre Homo-Sapiens et Homo-Technicus, comme
un rappel d’un très lointain passé qui vit s’affronter deux types d’humanité – Néandertal finissant par se fondre dans Cro-magnon. Un surhomme semble en passe de devenir le nouvel horizon de l’humanité. Très tôt annoncé par les auteurs de fiction, en littérature (BD comprise) ou au cinéma, l’Homme augmenté a été théorisée dès 1960 par Manfred Clynes, musicien et scientifique, qui créa le terme composite à succès de « cyborg » (pour cybernetic organism). Mais une nouvelle étape s’ouvre en 2002 avec la publication du rapport « Technologies convergentes pour l’amélioration de la performance humaine » de la National Science Foundation (NSF), laquelle nous a familiarisé avec l’acronyme NBIC (nanotechnologies, biotechnologies, informatique et sciences cognitives). Ce cocktail technologique change tout et n’arrête pas de produire de surprenantes évolutions qui nous émerveillent toujours autant qu’elles nous inquiètent. Le champ d’applications semble sans limite.

« Le transhumanisme annonce une post-humanité
aux capacités physiques et psychiques illimitées. »

Il s’est d’abord agit de réparer l’Etre humain en lui faisant bénéficier de solutions de plus en plus nombreuses : prothèses sophistiquées capables de transformer des infirmes en champions olympiques ; exosquelettes robotisés commandés par la pensée permettant à un adolescent paraplégique de donner le coup d’envoi du Mondial de foot de 2014 ; neuro-prothèses soignant des dépressions graves ou transférant des morceaux de mémoires d’un endroit à un autre du cerveau ; oreille bionique réalisée
en impression 3D par une équipe de Princetown pour une audition retrouvée pouvant aller au-delà des fréquences habituelles, … Chaque semaine, de nouvelles avancées repoussent les limites du possible. A tel point que les miracles des Livres Saints, qui ont émerveillé tant de générations, sont aujourd’hui en passe de devenir notre lot quotidien ! Très vite, on est passé à l’Homme augmenté en apportant d’abord une aide précieuse à des professions difficiles : les applications militaires sont en ce domaine aux avants postes, comme il se doit, et servent même de laboratoires permanent ; les bras articulés ont envahi les chantiers ; les micro-capteurs sous-cutanés donnent l’alerte dans les environnements hostiles ; les stimulants cérébraux relancent une attention défaillante, … Le grand public commence à avoir accès à ces technologies en passe
de se banaliser, même si on n’est encore loin de mettre en pratique les expériences lancées dès les années 2000 par Kevin Warwick, professeur de cybernétique, visant à implanter des puces RFID dans le cerveau pour passer outre le langage ! Certains y voient une nouvelle Renaissance : un nouvel âge des lumières porté, non plus par un humanisme qui considérait que l’Homme est en possession de capacités intellectuelles potentiellement illimitées, mais par un transhumanisme qui annonce une posthumanité aux capacités physiques et psychiques illimitées. Cette posture fut affichée très tôt par des mouvements revendiquant la liberté individuelle de se transformer, certains ayant
à leur tête de véritables gourous, d’autres des performeurs mais également des scientifiques visionnaires. Parmi ces derniers, Ray Kurzweil, fondateur en 2008 de la Singularity University financée par Google, annonce l’avènement – vers 2060 – d’une intelligence artificielle supérieure à celle de l’Homme. De quoi renouveler les débats légitimes sur les limites éthiques et philosophiques de ces mutations.
Espérons que cet Homme augmenté, qui nous effraie autant qu’il nous fascine, sera indulgent avec son ancêtre non transformé. Un Homme « naturel » qui, apparaissantîtrait à ce surhomme comme « diminué », pourrait écrire telun Villon des temps modernes : « Frères transhumains qui après nous vivez, n’ayez les cœurs contre nous endurcis, … ». @

Jean-Dominique Séval*
Prochaine chronique « 2025 » : Le livre
* Directeur général adjoint de l’IDATE, auteur du livre
« Vous êtes déjà en 2025 » (http://lc.cx/Broché2025).

Ego… métrique

De nos jours, le « Connais-toi toi-même » prend une tournure singulière. Cette sagesse antique n’a sans doute jamais été aussi populaire qu’aujourd’hui, même si c’est en empruntant des chemins que n’auraient pu imaginer nos ancêtres qui la gravèrent au fronton du temple de Delphes. Maintenant, mon « Moi » est mesuré, jour et nuit, par la puissance des applications du Quantified Self (QS) : une véritable batterie de données sur le nombre de calories brûlées, le poids, la tension, le pouls, ou encore la qualité du sommeil. Apparus au stade industriel à la fin des années 2000, les objets connectés liés au bien-être et à la santé se sont multipliés, explorant toutes les pistes possibles. Les utilisateurs pionniers avaient ainsi accès à des données qui les aidaient à se fixer des objectifs simples, et découvraient émerveillés le nombre de pas qu’ils faisaient par jour. Et, en bon élève docile, ils acceptaient la petite remontrance ou le message de félicitation envoyés par le programme. Les capteurs et bracelets d’activité ont ainsi ouvert le marché avec Jawbone, iHealth, Nike VitaDock ou Fitbit, qui connurent un premier succès même s’ils ne proposaient que très peu de mesures. Suivirent une
plus grande diversité d’objets : bouchons de tube de médicament GlowCaps alertant l’utilisateur, ceintures Lumo Back vibrant pour signaler une mauvaise posture, ou serre-têtes Melon destinés à améliorer l’attention…
Les leaders des terminaux mobiles ont ensuite essayé de prendre le contrôle du marché en lançant tour à tour leurs montres connectées, et faire ainsi main basse sur un marché aux perspectives immenses, le dispositif central étant leurs smartphones – véritables pilotes des applications.

« Quantified Self : les objets connectés liés
au bien-être et à la santé se sont multipliés. »

Mais c’est avec la seconde génération de capteurs que les usages ont véritablement explosés. Lorsque, miniaturisés et quasiment invisibles, ils se sont embarqués dans
les objets eux-mêmes, soit lors de leur construction, soit sous forme de stickers positionnables sur nos objets quotidiens : vêtements, chaussures, vaisselles, aliments, … Sans oublier bien sûr nos pacemakers, nos lentilles de contact, ou tout autre modèle de prothèses connectées de nouvelle génération que nous sommes de plus en plus nombreux à porter. Dès lors, le nombre de données collectées a explosé : niveau de stress, rythme cardiaque, tension, vision, respiration, calorie, température, qualité du sommeil, bilan sanguin, activité cérébrale, taux de glucide,… Sachant que chaque année de nouvelles données s’ajoutent aux anciennes moissons. Les bénéfices impressionnant ont emporté l’adhésion du plus grand nombre. Nous n’avions jamais atteint un tel niveau de précision dans le suivi de notre santé quotidienne. Mais pour
en arriver là, il a fallu franchir de nombreuses étapes. Il ne s’agissait plus de données associées à une pratique sportive ou paramédicale, mais de données médicales ultra-sensibles. La question cruciale de leur accès et de leur protection est à peine résolue aujourd’hui. Si les pionniers du QS furent les start-up, suivies par les équipementiers leaders, les géants du Net, les opérateurs télécoms et les grandes compagnies d’assurance, il faut désormais compter avec les grands laboratoires et les systèmes
de santé associant le personnel médical. Le vaste monde du soin est en pleine phase de réorganisation autour de la bonne utilisation de ses montagnes de données personnelles que l’on a commencé à collecter avant de savoir s’en servir.

Aujourd’hui, mes données alimentent en temps réel une base personnelle hébergée par le service Cloud Vitale, qui remplace mon ancienne carte à puce et à laquelle ont accès les médecins qui me suivent de leur cabinet ou de l’hôpital. Dans de nombreux cas, je peux bénéficier de soins ou de conseils préventifs. A tel point que c’est souvent mon docteur qui vient à moi pour me prodiguer des conseils avant qu’il ne soit trop tard ! Nous avons dû apprendre à déserter les salles d’attente devenues obsolètes ! Malgré tout, mon «Moi » décomposé, éclaté en myriades de données, me reste encore largement à découvrir, en dépit des tout derniers progrès de la neuropsychologie qui donne enfin accès à la cartographie inédite de mon cerveau, de ses failles et de ses ressources inexploitées. @

Jean-Dominique Séval*
Prochaine chronique « 2025 » : Moi augmenté (II)
* Directeur général adjoint de l’IDATE, auteur du livre « Vous
êtes déjà en 2025 » (http://lc.cx/Broché2025).
Les objets connectés et le Quantified Self seront abordés
lors du « Connected Things Forum », dans le cadre du
DigiWorld Summit, 18-20 nov. 2014 : digiworldsummit.com.

La fin des Telcosaures ?

L’ère glaciaire des opérateurs télécoms n’est pas encore venue… Ces dinosaures, comme certains les appellent encore, sont toujours bien là. Ils ont même repris des forces au moment où les besoins de l’économie numérique en bande passante n’ont jamais été aussi importants. Le désir de connectivité à très haut débit pour tous, à tout moment et en tout lieu, demande encore aujourd’hui des investissements gigantesques et continus que seuls sont capables de supporter des opérateurs puissants. A l’ombre de ces mastodontes qui se dévorent entre eux, notamment en Europe qui offre à leurs appétits une réserve de plus petits spécimens, se développent des opérateurs rapides et plus légers. L’histoire de ces lightoperators est jalonnée d’échecs et de succès. Ils occupent généralement des niches économiques particulières, celles des ruptures technologiques, du low cost et des faibles marges. Seuls quelques-uns, comme
Free ou Vodafone ont su sortir du lot et grandir. Alors que la plupart apparaissent et disparaissent au grès des innovations techniques, des fusions-acquisitions et des nouvelles conditions de marché. C’est ainsi que les petits opérateurs d’aujourd’hui succèdent à une génération d’entreprises qui a été progressivement asphyxiée par la baisse tendancielle des prix (services voix, messagerie, haut débit) ou la progression des offres groupées, multi play et bundles en tout genre. Mais, loin des opérateurs historiques, de nouveaux entrants ont pris le relais en exploitant de nouveaux marchés viables. Ils apparaissent d’ailleurs dans un contexte déjà très dense, comme le montre le nombre des quelque 1.000 MVNO déjà recensés dans le monde en 2014. Le nombre élevé de ces opérateurs mobiles virtuels, louant leurs réseaux aux autres, prend en compte la prise de contrôle des plus importants d’entre eux par des groupes puissants. C’était le cas des MVNO dits complets (Full MVNO), comme Virgin Mobile en France
ou Telenet aux Pays-Bas, maîtrisant l’essentiel des maillons clés, de la facturation aux fonctions de gestion de réseau – même si par définition ils n’étaient pas propriétaire de l’infrastructure radio.

« Ces light operators sont synonymes de low cost et de faibles marges, mais aussi de ruptures technologiques. »

Comme en réaction à ces forces qui tendent à faire disparaître les petits opérateurs fragiles ou fusionner ceux qui ont réussi, le mouvement continu de création de nouveaux acteurs ne s’est donc pas tari. Les investissements dans les réseaux de nouvelles générations fixe (fibre) ou mobile (4G et 5G) – associés aux mesures réglementaires et anti-concentration, ainsi qu’aux aménagements réguliers du spectre
– ont libéré des espaces favorables au lancement de nouveaux projets de start-up.
La niche du WiFi a également généré son lot d’opérateurs, qui, comme les nord-américains Republic Wireless ou TextNow, ont misé sur cette technologie pour proposer des services d’appels, de messagerie ou de données à des clients souhaitant utiliser leurs smartphones sans recourir aux contrats avec engagement des quatre opérateurs leaders. En France, par exemple, Osmozis s’est paré du titre ambitieux d’« opérateur de services WiFi global » en visant le marché des grands espaces que sont les campings et les ports de plaisance… A cela s’ajoute la possibilité de proposer des services de communication à des clientèles spécifiques, comme cela était déjà le cas par le passé : le britannique Lebara Group sur des cibles ethniques, les néerlandais Trined pour des personnes âgées et Helden Van Nu pour des PME, ou encore le français Sigfox pour du M2M. On ne compte plus aujourd’hui les light operators qui
ont tenté, parfois avec un certain succès, de se faire une place en lançant des services dédiés à destination des enfants, des adeptes de certains sports ou des personnes médicalisées. Plus récemment, des start-up ont proposé des services à destination
des animaux et de leurs maîtres, ou pour gérer ces véritables flottilles d’objets connectés qui nous entourent en permanence.
Condamnés à occuper une place limitée, pouvant aller de 5 % à 20 % du marché selon les pays, ces petits opérateurs sont la respiration nécessaire de l’écosystème. Ils maintiennent un minimum vital de concurrence sur des marchés de nouveau très concentrés, et alimentent le courant d’innovations indispensable à l’apport de nouveaux services de communication, pour nous les utilisateurs. @

Jean-Dominique Séval*
Prochaine chronique « 2025 » : Moi augmenté
* Directeur général adjoint de l’IDATE, auteur du livre « Vous
êtes déjà en 2025 » (http://lc.cx/Broché2025).
L’Institut a publié sur le même thème le rapport « Light operators :
Maturing, and putting on weight » par Christoph Pennings.