L’intelligence artificielle pour l’accès aux contenus : une révolution à risque pour les industries culturelles

« La plateformisation générale des médias fait que l’accès à leurs contenus dépend d’algorithmes et d’intelligence artificielle sur lesquels ils n’ont pas la main », s’est inquiété Bruno Patino, directeur éditorial d’Arte. De plus, l’IA pousse à la répétition des comportements. La diversité risque d’y perdre.

« Allez voir sur YouTube “Daddy’s Car” (1) qui est une chanson composée non pas par François Pachet, le directeur du laboratoire de recherche de Sony à Paris [Sony-CSL, ndlr], mais par une intelligence artificielle qu’il
a développée “dans l’esprit” des Beatles. La musique est composée par une IA mais est interprétée par de vrais artistes chanteurs. Cela montre que les métiers de la création seront impactés par l’intelligence artificielle »,
a prévenu Bertrand Braunschweig, directeur du centre
de recherche à Saclay de l’Inria (2), lors du colloque NPA-Le Figaro le 16 mai dernier.

Flow Machines, Google Magenta, IBM Watson Beat
« Daddy’s Car » a été posté par Sony CSL sur YouTube il y a huit mois et a été vu et écouté depuis plus de 1,5 million de fois. Cette création musicale d’un nouveau genre a été entièrement composée automatiquement par le logiciel maison Flow Machines (3), lequel a aussi produit depuis « Mr Shadow » dans l’esprit de Gershwin. D’autres outils d’IA et de Machine Learning tentent aussi de réinventer la musique : Google Magenta (qui lance un synthétiseur neuronal NSynth (4)), IBM Watson Beat (dont l’IA musicale est testée par le groupe américain Phony PPL), Aiva (compositeur automatique de musique classique), ou encore Orb Composer (développé par la start-up française Hexachords). La puissance de calcul informatique associée au Deep Learning et aux réseaux de neurones artificiels permet d’obtenir des oeuvres qui n’ont parfois rien à envier à certains compositeurs, lesquels risquent de se faire « ubériser » par l’IA. L’université de technologie de Delft aux Pays-Bas n’a-t-elle pas, avec l’IA de Microsoft, peint un Rembrandt (5) plus vrai que nature ?
La production audiovisuelle ou cinématographique va elle aussi être impactée par l’exploitation massive des données et de l’apprentissage profond. Le réalisateur Oscar Sharp et le chercheur Ross Goodwin ont confié l’an dernier à un réseau neuronal, Benjamin, l’écriture d’un court-métrage de science-fiction baptisé « Sunspring ». La création automatique de scénarios, voire de films, pourrait bousculer à l’avenir les César, les Oscars et le Festival de Cannes. Mais pour Bruno Patino (photo), directeur éditorial d’Arte, l’IA dans l’audiovisuel n’en est qu’à ses débuts : « Dans la conception de contenus, on est encore loin. Pour les télévisions, on entrevoit une politique de création d’auteur qui va devoir s’accompagner d’outils de reproduction, de distribution et de recommandation faits par l’intelligence artificielle. La mauvaise nouvelle, je crois, c’est que l’on est très peu d’acteurs à avoir les capacités pour le faire et pour le comprendre. Face à nous, il y a un marché technologique ou de développeurs qui
est hors de portée financièrement pour beaucoup d’acteurs médiatiques aujourd’hui. C’est le mur qui est face à nous », a-t-il expliqué au colloque NPA. Cette barrière technologique doit être franchie, non pas forcément en maîtrisant la production d’intelligence artificielle, « car c’est très compliqué », mais en tout cas en en connaissant la grammaire. Et Bruno Patino de poursuivre : « La plateformisation générale des médias fait que l’accès à leurs contenus dépend d’algorithmes et d’intelligence artificielle sur lesquels ils [les médias] n’ont pas la main. Les télévisions, les câblo-opérateurs ou des journaux comme le Washington Post essaient de maîtriser cette intelligence artificielle, leurs algorithmes de distribution, afin de rester indépendants par rapport à Facebook ou Google. Dans un monde d’hyper-offre, il faut hyper-produire et l’intelligence artificielle peut aider ». Mais il admet qu’il y a encore du chemin à faire pour la conception de contenus à partir d’IA. Les médias et les industries culturelles vont dans un premier temps être confrontés à de très nombreux systèmes d’intelligence artificielle qu’il leur faudra arriver à maîtriser et à connaître. « Mais cela aura un coût induit élevé fort. On a beaucoup de systèmes d’intelligence artificielle à comprendre, sauf à être pieds et poings liés avec un acteur. », estime le directeur éditorial d’Arte.

Une atteinte à la liberté d’être déçu ?
Il y a cependant un dilemme qui se présente aux télévisions et aux médias : l’intelligence artificelle pousse à la répétition des comportements – ce qui va à l’encontre de la diversité : « Dans cette démarche-là, vous privez le téléspectateur
de la liberté d’être déçu. En outre, les bien culturels étant des biens d’expérience dont le consommateur ne connaît pas l’utilité avant de l’avoir consommé, toute cette intelligence artificielle vise à rendre prédictif l’utilité de biens culturels pour le consommateur final. Or si l’on connaît l’utilité par avance d’un bien culturel qui va être consommé, alors on réduit la production de ces biens culturels ». C’est un risque pour toutes les industries culturelles. @

Charles de Laubier