La vente de La Poste Mobile à l’un des quatre opérateurs mobiles préfigurerait la fin des MVNO

Le groupe La Poste a confirmé en janvier être vendeur de l’opérateur mobile virtuel (MVNO) La Poste Mobile, qu’il détient à 51 % aux côtés des 49 % de SFR (Altice). Xavier Niel a confirmé devant l’Association des journalistes économiques et financiers (Ajef) être candidat. Bientôt la fin des MVNO.

Invité le 29 janvier « Au Petit Riche », restaurant parisien, par l’Association des journalistes économiques et financiers (Ajef), Xavier Niel, président fondateur d’Iliad – maison mère de l’opérateur télécoms Free qu’il a créé il y a 25 ans presque jour pour jour – a confirmé être candidat au rachat des 51 % de La Poste Mobile que détient le groupe public postal (1). « La Poste Mobile, c’est aujourd’hui le leader français des opérateurs mobiles virtuels. Nous avons déjà séduit 2,3 millions de clients en 12 ans d’existence », s’était félicité récemment (2) son PDG depuis près de cinq ans, Julien Tétu (photo), un ancien dirigeant de La Banque Postale.

Les MVNO disparaissent peu à peu
Cependant, étant donné que SFR (filiale télécoms d’Altice) détient les 49 % restants du capital de La Poste Mobile et en est l’opérateur hôte exclusif, ce serait étonnant que Free réussisse à s’emparer du numéro un des MVNO (3) français. Tout dépendra du prix de l’offre de rachat des 51 % de cet acteur télécoms qui dégage un résultat d’exploitation positif. Si La Poste Mobile, créée en 2011 à partir des actifs de Simplicime – lui-même héritier d’un pionnier des MVNO français, Debitel (marque qui a disparu en 2008) –, devait tomber dans l’escarcelle de l’un des quatre opérateurs mobiles que sont Orange, Bouygues Télécom, Free ou encore SFR (lequel détient déjà les 49 % du capital aux côtés du groupe La Poste), cela réduirait de presque moitié la part de marché de ces MVNO justement. Avec ses 2,3 millions d’abonnés, La Poste Mobile représente en effet près de 40 % du total des quelque 6 millions d’abonnés que totalisent – d’après les derniers chiffres de l’Arcep publiés le 9 février (4) – les derniers des MVNO en France.
Dès lors que les 51 % détenus par le groupe public postal seraient cédés à l’un du quadriumvirat, le régulateur français des télécoms ne comptabiliserait plus La Poste Mobile comme MVNO mais intègrerait ses abonnés dans ceux de l’opérateur mobile devenu sa maison mère (majorité de son capital). Quand bien même La Poste Mobile serait toujours proposée dans les 7.000 Bureaux de poste. A ainsi disparu des radars de l’Arcep l’ex-numéro un français des MVNO, Euro-Information Telecom (EIT), que Bouygues Telecom avait racheté fin 2020 au Crédit Mutuel. L’ex-EIT, rebaptisé Bouygues Telecom Business-Distribution (BTBD), totalisait plus de 2 millions d’abonnés sous différentes marques : NRJ Mobile, CIC Mobile, Crédit Mutuel Mobile, Auchan Télécom et Cdiscount Mobile. Progressivement, les clients de l’ex-EIT migrent (sauf résiliations) vers des forfaits sous la marque de Bouygues Telecom qui continue de profiter du réseau des 4.500 agences bancaires du Crédit Mutuel et de sa filiale CIC. L’année d’avant, Bouygues Telecom avait aussi racheté en 2019 un autre MVNO, spécialisé, lui, dans les petites et moyennes entreprises : Keyyo, qui n’est plus MVNO aux yeux de l’Arcep. Depuis le 1er janvier dernier, celui-ci est rebaptisé Bouygues Telecom Entreprises Keyyo (BTEK). Du côté cette fois d’Orange, Nordnet n’est pas non plus comptabilisé comme MVNO, bien qu’il le soit depuis 2018, et pleinement filiale depuis 1998 de l’ancien monopole public des télécoms.
Quant à la filiale télécoms d’Altice, SFR, elle apparaîtrait comme l’acquéreur le plus logique de La Poste Mobile, dont elle possède déjà 49 % du capital et dispose d’un droit de préemption. Oui, mais voilà : le groupe de Patrick Drahi est surendetté et en mauvaise posture. Quoi qu’il en soit, Altice aura son mot à dire sur le futur acquéreur. A moins que SFR ne s’empare finalement de La Poste Mobile pour tenter de mieux la revendre par la suite. La filiale télécoms d’Altice s’est déjà emparée d’un MVNO : Syma Mobile en mai 2022 et ses près de 700.000 clients. Auparavant, en 2021, deux autres MVNO, Coriolis (500.000 clients) et Prixtel (300.000 clients), étaient tombés dans son escarcelle. Altice France avait aussi mis la main sur un autre MVNO arrimé au réseau SFR, Afone (moins de 80.000 clients). Mais son plus gros coup fut en 2014, il y a dix ans, lorsque SFR s’est emparé des 2 millions de clients de Virgin Mobile (Omea Telecom, ex-Omer Télécom) qui fut absorbé, mettant un terme à l’aventure du premier MVNO français en taille de l’époque (5).

Seulement 7,3 % de parts de marché
La disparition des MVNO depuis quelques années n’est pas bon signe pour la concurrence mobile en France et ses tarifs (6). D’une cinquantaine à leur apogée, les MVNO en France se retrouvent une quinzaine aujourd’hui (Transatel/NTT, Lycamobile, Lebara, …) qui ne soient pas contrôlés par un des quatre opérateurs mobiles (7). Résultat, selon les derniers chiffres publiés par l’Arcep le 9 février, les derniers des MVNO – encore La Poste Mobile incluse – totalise avec leurs 6 millions d’abonnés 7,3 % de parts de marché des mobiles au 31 décembre 2023. Une portion congrue, bientôt réduite à peau de chagrin. @

Charles de Laubier