Les médias sont de plus en plus attirés par Apple…

En fait. Le 15 février, Apple donne la possibilité aux les éditeurs présents sur iTunes Store – accessible via App Store pour les iPhone, iPod Touch et iPad – de proposer désormais des abonnements. Comme pour les ventes à l’acte, seules proposées jusqu’alors, ils percevront 70 % du prix de vente.

En clair. Les relations ambiguës entre la presse et la marque à la pomme vont s’intensifier. Les éditeurs de journaux admirent et craignent à la fois le géant Apple et
son iTunes Store. Cette boutique en ligne, lancée en 2003 sur le marché de la musique
en ligne où elle est aujourd’hui en position dominante, est accessible non seulement à partir d’un ordinateur (PC et Mac) mais surtout – depuis juillet 2008 – via l’App Store par 160 millions de terminaux portables à ce jour dans monde dotés du système d’exploitation fermé iOS (1). En proposant ce qu’Amazon a déjà pour son Kindle Store, à savoir l’abonnement payant, Apple veut rendre encore plus attractif son écosystème pour les éditeurs (presse, musique, vidéo, jeux, gadgets, …). Par exemple, en France, Le Point est parmi les premiers à adopter l’abonnement iPad. Le partage de la valeur reste inchangé : 30 % du prix de vente pour Apple et 70 % reversé à l’éditeur. Mais comme Apple Europe basé au Luxembourg paie 9 % de TVA réduite non récupérable, l’éditeur ne touche en fin de compte que 61 %… A moins que l’éditeur ne recrute l’abonné à la même « appli » directement sur site web où il peut proposer l’abonnement « au même prix ou moins »
et avec le mode de paiement de son choix. Auquel cas, Apple ne touche rien. Sinon sur App Store, payer par iTunes est obligatoire. En janvier, le Groupement des éditeurs de services en ligne (Geste) s’était inquiété du « danger » de voir Apple imposer son système de paiement iTunes et une grille tarifaire d’abonnements. Finalement, l’éditeur aura le choix du prix et de la durée de souscription. Tandis que l’abonné recruté sur App Store aura l’option de donner ses coordonnées à l’éditeur, ce qui n’est pas le cas à l’acte où Apple garde la mainmise sur le client. « Notre philosophie est simple », a affirmé le
15 février Steve Jobs le PDG de la firme de Cupertino (2), en proposant ce compromis que l’autorité de la concurrence aux Etats- Unis – la FTC – étudie néanmois (3). Pour autant, les transactions dans l’appli (« In-App Purchases ») restent facturées par Apple. Et pour les ventes à l’unité, la grille tarifaire et le paiement par iTunes demeurent imposés. App Store compte déjà 350.000 « apps », dont 60.000 dédiées à la tablette multifonction. Presque tous les journaux sont sur l’iPad, perçu comme une « planche de salut » pour faire payer leurs articles que les internautes et les mobinautes trouvent souvent gratuitement sur le Web. Mais qui trop embrasse, mal étreint. @