Les opérateurs mobile virtuels (MVNO) ont 15 ans mais demeurent sous les 12 % de parts de marché

En France, les MVNO ont vraiment décollé en 2005 dans le sillage de trois pionniers – Transatel, Debitel et Omer Télécom. NRJ Mobile fut le premier à se déclarer en tant qu’opérateur auprès du régulateur. Depuis 15 ans, leur part de marché reste limitée, et Free n’en accueille toujours aucun.

Les derniers chiffres en date fournis par l’Arcep le montrent encore, 15 ans après leur apparition en tant qu’opérateur télécoms déclarés : les MVNO (1) peinent à s’acheminer vers les 12 % de parts de marché en France. A fin décembre 2019, les vingt-sept opérateurs mobile virtuels déclarés à ce jour auprès du régulateur des télécoms totalisent ensemble à peine plus de 8,4 millions de clients (2) sur un total de 74,5 millions d’abonnés (3) en France métropolitaine, soit actuellement une part de marché de 11,3 % seulement. La progression a été limitée à 0,4 points sur un an.

Condamnés à des marchés de niche
« Toutefois, malgré un nombre élevé de MVNO sur le marché, l’ensemble des opérateurs virtuels actuels compte tout de même moins d’abonnés que chacun des quatre opérateurs principaux », fait remarquer le courtier en télécoms Ariase. En effet, Orange compte 19,3 millions d’abonnés mobile, SFR 13,5 millions, Free Mobile 13,3 millions et Bouygues Telecom 10 millions. Les MVNO restent cantonnés à des marchés de niche, que cela soit auprès du grand public ou au service des entreprises. Au meilleur de leur forme, en 2014, la cinquantaine de MVNO d’alors affichaient 8,9 millions de clients, soit à l’époque 13 % du marché de la téléphonie mobile. Mais la montée en charge de Free Mobile lancée deux ans auparavant leur a coupé l’herbe sous le pied. Les trois opérateurs mobile historiques, eux, ont répliqué au « trublion des télécoms » en lançant leurs propres marques low-cost : Sosh d’Orange, B&You de Bouygues Telecom et Red de SFR.
Depuis les MVNO sont entre le marteau (les opérateurs de réseau mobile) et l’enclume (leurs marques low cost). D’une cinquantaine, les MVNO en France sont passés à une trentaine, en perdant au passage plus de 1 million de clients et deux points de part de marché. Il faut dire que les 2 millions de clients de Virgin Mobile (Omea Telecom, ex-Omer Télécom) ont été absorbés fin 2014 par SFR pour 325 millions d’euros, mettant un terme à l’aventure du premier MVNO français en taille (4). Carrefour a jeté l’éponge en 2012 en cédant ses clients à Orange (ralliés à Sosh) « Ceux qui réussissent à rivaliser avec les opérateurs historiques ou leurs marques low-cost se comptent sur les doigts d’une main. Tous les autres sont condamnés à la confidentialité, avec une clientèle très ciblée », constate François Le Gall, chef de produit chez Ariase. Au-delà du pionnier Transatel, que son président Jacques Bonifay (photo de gauche) a cofondé il y a 20 ans et qui est devenu il y a un an une filiale de l’opérateur télécom japonais NTT (voir encadré page suivante), d’autres MVNO se sont fait une place à l’ombre des quatre opérateurs mobile dominants. Il y a d’abord NRJ Mobile, CIC Mobile, Crédit Mutuel Mobile, Auchan Telecom (cédé par Auchan) et Cdiscount Mobile, tous faisant partie du groupe Euro-Information Telecom (EIT), filiale du Crédit Mutuel, qui a passé le cap des 2 millions de clients à l’automne dernier. Né en 2005 avec la marque NRJ Mobile, EIT s’appuie sur les réseaux d’antennes d’Orange, de Bouygues Telecom et de SFR ainsi que sur le maillage de distribution 4.455 points de vente des réseaux bancaires Crédit Mutuel et CIC, mais aussi sur du digital et de la grande distribution (enseignes Auchan et magasins indépendants), avec un service client de plus de 550 personnes.
De son côté, La Poste Mobile dispose aussi d’un réseau de distribution physique conséquent : 8.145 bureaux de poste. Ce qui lui a permis d’atteindre un parc total de plus de 1,5 million de clients. Si La Poste est majoritaire à 51 % au capital de la société La Poste Télécom, qui opère depuis ce MVNO public-privé, son unique opérateur de réseau hôte est SFR qui détient les 49 % restants. Le groupe postal avait créé cette coentreprise en 2011 avec SFR (devenu par la suite filiale d’Altice), en reprenant les actifs de Simplicime hérité d’un pionnier des MVNO français, Debitel (marque qui a disparu en 2008). Autre pionnier des opérateurs mobile virtuels : Coriolis Télécom, opérateur lancé en 1999 par Pierre Bontemps (photo de droite) qui avait créé Vodafone SA dix ans plus tôt, et MVNO à partir de 2006 en utilisant les réseaux hôtes d’Orange et de SFR. En 2014, au moment de lancer son offre 4G, Coriolis revendiquait 400.000 clients mobile, mais aucun chiffre n’est donné depuis. Il y a aussi Lycamobile, Prixtel, Kertel (IC Telecom), Budget Mobile (Sisteer), Afone, Nordnet ou encore Syma.

Free n’est l’hôte d’aucun MVNO
Près d’une trentaine d’opérateurs mobile virtuels (5) prospèrent tant bien que mal sur le marché français de la téléphonie mobile hyper compétitif. Le positionnement des MVNO sur le marché concurrentiel des télécoms est pour le moins inconfortable, puisqu’ils ne peuvent attaquer frontalement les opérateurs mobile qui les accueillent sur leurs réseaux, ni procéder à de la publicité comparative avec ces derniers. De plus, ces réseaux « hôtes » sont limités à trois puisque, contrairement à Orange, SFR et Bouygues Telecom, le quatrième opérateur mobile – Free – ne leur a pas ouvert son réseau. « Pour obtenir sa licence mobile, Free avait promis en 2008 à l’ART [l’Arcep de l’époque, ndlr] d’accueillir des MVNO. Mais lorsque nous l’avons contacté à la suite de son lancement en 2012, Free n’avait aucune envie d’accepter des MVNO sur son réseau et, d’ailleurs, ses prix d’accès à son réseau étaient prohibitifs. L’Arcep ne pouvait pas nous soutenir et nous avons dû renoncer », raconte Jacques Bonifay, le patron de Transatel, à Edition Multimédi@.

Orange, le réseau le plus accueillant
Le groupe EIT est le seul à recourir aux trois réseaux « hôtes » disponibles. Quatre MVNO – Coriolis Telecom, Netcom, Prixtel et SCT Telecom – se contentent de deux « hôtes », Orange et SFR. Cela ne veut pas dire que le client final peut choisir le meilleur réseau mobile dans son même forfait mobile (pas de multi-réseau), car son MVNO doit s’en tenir à un seul réseau lors de la souscription. « Seul Prixtel permet à ses abonnés de choisir gratuitement le réseau mobile Orange ou SFR qui sera utilisé sur leur ligne mobile Prixtel, au moment de la souscription », indique François Le Gall sur le blog d’Ariase (6). En dehors de ces partenariats multiples, une sorte d’exclusivité est de mise : ils sont douze à n’être que sur le réseau d’Orange (Cellhire, CTExcelbiz du groupe China Telecom, Cubic, Keyyo, Legos, Nordnet, Paritel, Sewan Communications, Syma Mobile, Transatel et Truphone), sept ne sont que sur SFR (ACN/JOI Telecom d’ACN Communications, Afone Mobile/Reglo Mobile du groupe Afone, Alphalink, Budget Mobile/Zero forfait Sim+ du groupe Sisteer, Kertel d’IC Telecom, La Poste Mobile et Vectone de Mundio), et uniquement deux sur Bouygues Telecom seul (Lebara et Lycamobile).
Parmi tous ces « telcos virtuels », très peu sont en réalité Full-MVNO, c’est-à-dire ayant accès au cœur du réseau « hôte » avec possibilité de fournir leurs propres cartes SIM. Le groupe EIT, Transatel et Coriolis sont dans ce cas, comme l’était Virgin Mobile aujourd’hui disparu. En général, les MVNO proposent des offres et des forfaits à des prix souvent plus attractifs que leur(s) réseau(x) hôte(s). Mais disposentils de la même qualité de couverture que l’opérateur du réseau utilisé ? « Il est tout à fait possible que le débit maximal d’un MVNO soit moins rapide par rapport à un opérateur de réseau si le contrat ne prévoit que de la fourniture de 4G sans agrégation de fréquences (4G+) », prévient le courtier Ariase (7). Quant aux accords de licence de marque, signés entre un opérateur télécoms et une entreprise tierce, ils permettent au premier de commercialiser une offre ou une gamme d’offres en exploitant la marque de l’entreprise partenaire et en proposant même des services en rapport avec l’activité de l’entreprise partenaire tels que l’accès à de la musique en ligne ou à des services bancaires. Dans tous les cas, l’opérateur de réseau reste responsable vis-à-vis des clients de la fourniture des services mobiles. Alors qu’en janvier dernier, Jacques Bonifay a été réélu en janvier président de l’organisation MVNO Europe basée à Bruxelles et que Pierre Bontemps (Coriolis) a pris la présidence de l’association Alternative Télécom à Paris, les opérateurs mobile virtuels espèrent beaucoup de l’avènement prochain de la cinquième génération de mobile. « Le développement et le déploiement de 5G transformeront sans aucun doute le secteur, affectant tous les acteurs du monde des télécoms. Les MVNO viseront à avoir accès à ces technologies afin de continuer à développer des applications innovantes adaptées aux besoins des utilisateurs finaux », a prévenu MVNO Europe.
Jacques Bonifay estime en tout cas que les MVNO en France sont mieux lotis qu’outre-Rhin, où 1&1 Drillische (United Internet) est l’un des rares MVNO. « En Allemagne, les trois opérateurs télécoms [Deutsche Telekom, Vodafone et Telefónica Deutschland/O2, ndlr] rechignent à accueillir des MVNO. J’œuvre pour que cela change, mais cela montre que le régulateur en France fait mieux son travail qu’en Allemagne », nous assure le président de MVNO Europe. En France, alors que l’échéance des candidatures à la 5G (fréquences 3,4-3,8 Ghz) est le 25 février, l’Arcep a prévu que « les engagements portent sur l’accueil des MVNO en 5G sur les réseaux des opérateurs, afin notamment d’encourager l’innovation » (8). La 5G annonce-t-elle le rebond des opérateurs mobile virtuels ? @

Charles de Laubier

ZOOM

Le MVNO Transatel, filiale du japonais NTT depuis un an
Il y a un an, le 28 février 2019, l’opérateur télécoms historique japonais NTT finalisait l’acquisition de la majorité du capital de Transatel. Cofondé en 2000 par Jacques Bonifay et Bertrand Salomon, cet opérateur mobile virtuel est à la fois MVNO (Mobile Virtual Network Operator) auprès d’une clientèle finale composée historiquement d’hommes d’affaires européens , de résidents étrangers et de transfrontaliers, Français ou pas , mais aussi MVNE/A (Mobile Virtual Network Enabler/ Aggregator), c’est-à-dire prestataire technique pour le compte d’opérateurs mobile virtuels sous-traitant auprès de lui gestion, administration et relation clientèle de leur activité. En vingt ans, Transatel opère ainsi en Europe pour le compte de tiers pas moins de 180 MVNO. Ses activités s’étendent aussi à la connectivité MtoM (Machine-to-Machine), avec des solutions de cartes SIM virtuelles – eSIM – proposées depuis 2014 sur les marchés de l’Internet des objets ou de la voiture connectée. @

Le nombre d’objets connectés à un réseau mobile (cartes MtoM) franchit la barre des 20 millions

Pour la première fois, l’Internet des objets (IoT) en France dépasse les 20 millions de cartes SIM connectées à un réseau mobile (Bouygues Telecom, Free, Orange ou SFR). La croissance annuelle à deux chiffres montre le dynamisme de ce marché des objets intelligents que convoitent aussi les GAFA.

Depuis près de trois ans, la croissance annuelle des cartes SIM dites MtoM (Machine-to-Machine) est égale ou supérieure en France à 3 millions d’unités supplémentaires : plus ou moins 20 % par an. Rien qu’au troisième trimestre 2019, malgré un ralentissement de la croissance, la hausse sur an a été d’un peu plus de 3 millions d’objets connectés de plus à un réseau mobile – pour atteindre un parc total de 20,3 millions au 30 septembre dernier. C’est ce que montrent les nouveaux chiffres des services mobiles que l’Arcep a publiés le 7 novembre (voir tableau ci-dessous).

Relais de croissance pour les opérateurs
Les objets connectés aux réseaux mobiles constituent un nouvel Internet qui rend intelligents toutes sortes d’appareils, le plus souvent à usages professionnels mais aussi et de plus en plus à utilisation grand public. « Les communications provenant de ces cartes sont généralement réalisées sans intervention humaine. Ces cartes sont par exemple utilisées pour le traçage des objets et outils de travail (flottes de véhicules, machines, …), à des fins d’actualisation de données (relevés à distance de compteurs, de capteurs, …), d’identification et de surveillance de tous ordres (alarmes, interventions à distance, …) », indique l’Arcep dans son observatoire des services mobiles. Cela peut aussi concerner des caméras de surveillance, des matériels communicants, voire des terminaux en tous genres. Les villes intelligentes (Smart Cities) et transports connectés ont de plus en plus recours à des cartes SIM pour certains objets connectés. Les quatre principaux opérateurs mobiles français – Bouygues Telecom, Free, Orange ou SFR – commercialisent les cartes MtoM essentiellement auprès d’une clientèle professionnelle.
En 2018, le chiffre d’affaires généré par ces cartes SIM dédiés aux objets connectés s’est élevé à 125 millions d’euros pour un revenu mensuel moyen par carte MtoM de 0,6 euro HT. La croissance annuelle de ces revenus est significative : + 10 %. Ce qui, selon les calculs de Edition Multimédi@, devrait porter ce segment de marché français à 137,5 millions d’euros cette année. Les opérateurs télécoms voient donc dans ce que les Anglo-saxons appellent l’IoT (Internet of Things) un relais de croissance, alors que la croissance de leur marché mobile global tend à ralentir. Le taux de pénétration des cartes SIM en France est actuellement de 113 %, ce qui laisse suggérer que la maturité du marché mobile se le dispute à la saturation. Certains modèles de montres connectées peuvent accueillir une carte SIM (Apple Watch, Samsung Gear, LG Urbane, …). Pour autant, les cartes SIM pour des communications MtoM sont loin de représenter la totalité du marché des objets connectés. Car il n’y a pas que les fréquences mobiles (3G et 4G) pour les faire tous communiquer. D’autres objets connectés, notamment ceux liés à la domotique, peuvent se contenter d’une connexion Wifi fournie par la « box » de la maison. C’est le cas aussi des enceintes connectées à assistant vocal. En mobilité, la technologie sans fil Bluetooth peut aussi faire l’affaire lorsqu’il s’agit de connecter une montre intelligente (smartwatch) ou un bracelet de santé (activity bracelets) à un smartphone doté de l’application correspondante. Bien plus que les seules cartes MtoM encore très orientées vers les professionnels et les industriels, le vaste marché des « wearables » grand public (montres connectées, trackers/moniteurs d’activité, bracelets de santé, etc) attise les convoitises. Le 1er novembre dernier, Google a annoncé le rachat de Fitbit, l’un des leaders et pionniers mondiaux des objets connectés consacrés au fitness. La transaction de 2,1 milliards de dollars doit être finalisée en 2020. Selon le cabinet d’études IDC, le marché mondial des objets connectés est dominé par le chinois Xiaomi, suivi par Apple (numéro un mondial sur les seules montres connectées), Huawei, Fitbit et Samsung. @

Charles de Laubier

Prise à partie par Bouygues Telecom, Free et UFC-Que Choisir sur la 5G, l’Arcep ne dit mot

Alors que la consultation publique sur le projet d’attribution des fréquences 5G s’est achevée le 4 septembre, l’Arcep a essuyé la veille un flot de critiques de la part de l’UFC-Que Choisir et des opérateurs télécoms Iliad-Free et Bouygues Telecom. Mais le régulateur peut encore corriger le tir.

« Non, l’Arcep n’a pas réagi et Sébastien Soriano [son président] ne va pas le faire », a indiqué le 4 septembre dernier une porte-parole du régulateur des télécoms à Edition Multimédi@. Ce jour-là s’achevait la consultation publique que l’Arcep avait lancée le 15 juillet sur les modalités d’attribution (des autorisations d’utilisation) des fréquences de la bande 3,4-3,8 GHz pour la 5G et les obligations pour les candidats.

Vers un patchwork de débits 5G
Mais la veille de cette échéance, plusieurs acteurs ont critiqué les conditions d’attribution et les risques concurrentiels. L’Arcep n’a pas souhaité répondre ni polémiquer, se retranchant derrière son calendrier établi dès l’été 2018 avec le gouvernement pour attribuer les fréquences 5G d’ici janvier 2020. En revanche, elle a réuni le 5 septembre plusieurs de ses homologues européens (1) pour avoir leur avis. Dans les prochaines semaines, elle proposera donc un texte au gouvernement « en vue de conduire l’attribution des fréquences à l’automne ». Pour autant, au vu des contributions à la consultation publique, le régulateur des télécoms a encore quelques jours pour ajuster, voire infléchir certaines conditions. C’est ce sur quoi tablent les acteurs qui ont exprimé haut et fort leurs réserves sur les règles du jeu envisagées pour l’octroi des ressources des 310 premiers Mhz.
L’Union fédérale des consommateurs-Que Choisir s’est « alarm[ée] des nombreuses failles » du projet de régulation de l’Arcep pour cette cinquième génération de mobile. « Les enchères entre opérateurs [télécoms] pourront aboutir à ce que l’un d’entre eux n’ait que 40 Mhz à exploiter, quand un autre pourra en obtenir jusqu’à 100 Mhz. Autrement dit : les débits maximaux pourront varier du simple au plus du double entre opérateurs, pour une technologie en apparence identique », s’inquiète UFC-Que Choisir à propos de la première bande de fréquences 3,4-3,8 Ghz. Alors que la 4G offrait à peu près les mêmes débits pour les abonnés, il n’en sera donc pas de même pour la 5G. Pire : lorsque la seconde bande de fréquences 700 Mhz sera utilisée, « cet écart deviendra en réalité abyssal puisque les débits théoriques pourront alors s’échelonner de 30 Mbits/s à plus de 1 Gbit/s ! », prévient l’association de consommateurs. La 5G risque d’être plus cher pour les utilisateurs que la 4G mais pour un débit pas forcément meilleur… L’UFC-Que Choisir appelle donc l’Arcep à « interdire aux opérateurs [mobile] de prétendre offrir de la 5G si celle-ci ne garantit pas – pas seulement en théorie mais aussi en pratique – des débits supérieurs à ceux de la 4G ». Et de regretter que l’Arcep n’impose plus aux opérateurs télécoms un déploiement en termes de couverture de la population – « cela est une première » – mais en termes de nombre de sites émetteurs, à savoir au moins 12.000 pour chaque opérateur au 31 décembre 2025, avec le risque de concentration dans les zones denses les plus rentables au détriment des territoires. L’association de consommateurs demande donc au régulateur de «modifier ses orientations ». De leur côté, les deux plus petits des quatre principaux opérateurs télécoms ont fait part – à cinq jours d’intervalle et à l’occasion de la présentation de leurs résultats financiers semestriels – de leurs critiques à l’égard des règles d’attribution des fréquences de la 5G. C’est Bouygues Telecom qui est monté le premier au créneau, le 29 août : Didier Casas (photo de gauche), directeur général adjoint de Bouygues Telecom et vice-président de la FFTélécoms (2), a « contest[é] vigoureusement » les conditions d’attribution des fréquences 5G. « C’est incompréhensible de la part du régulateur », a-t-il même lancé, selon des propos rapportés par La Tribune. En cause, la procédure en deux temps d’acquisition des blocs de fréquences 5G : dans une première séquence, chaque opérateur ne pourra acquérir à prix fixe que de 40 à 60 Mhz ; dans une seconde, chaque opérateur pour acquérir aux enchères plusieurs blocs de 10 Mhz. Le tout avec un maximum possible de 100 Mhz par opérateur. Pour le dirigeant de Bouygues Telecom, les jeux sont pipés d’avance car Orange et SFR (Altice) ont des moyens financiers supérieurs à ceux de leurs deux autres rivaux pour se payer jusqu’à 100 Mhz de fréquences. La 5G porterait donc atteinte à la concurrence.

« 60 Mhz, un minimum nécessaire »
Même son de cloche du côté d’Iliad-Free. Son fondateur Xavier Niel (3) (photo de droite) a lui aussi fait part de ses inquiétudes sur « quelque chose qui peut être potentiellement mortel, pour Bouygues Telecom comme pour nous ». Se disant « totalement aligné avec Bouygues Telecom sur cette idée », il estime que « 60 Mhz nous semblent être un minimum nécessaire pour offrir une bonne 5G » – quitte à plafonner à 90 Mhz (et non 100 Mhz) le total par opérateur. A la question 3 de sa consultation (4), l’Arcep a laissé la porte ouverte. @

Charles de Laubier

Fréquences de la TNT : vers un troisième « dividende numérique » pour les opérateurs mobiles ?

C’est le 25 juin 2019 que s’achève le transfert, entamé il y a trois ans, des fréquences libérées par la TNT pour être remises aux opérateurs mobiles
pour leurs réseaux 4G. Mais l’Arcep, elle, souhaite « une volonté politique »
pour que soient libérées d’autres fréquences de la TNT pour, cette fois, la 5G.

Après le 29 juin, la télévision numérique terrestre (TNT) ne sera plus du tout diffusée sur la bande de fréquences dite des 700 Mhz (694-790 MHz) – celles que l’on appelait « les fréquences en or », issues du « deuxième dividende numérique ». Comme prévu il y a aura cinq ans cette année, dans un calendrier précisé le 10 décembre 2014 par le Premier ministre de l’époque (Manuel Valls), le transfert de la bande 700 Mhz de la diffusion de la TNT au secteur des télécoms s’achève en effet à cette date.

Passer la TV sur ADSL, VDSL2 ou FTTH
Ce que confirme à Edition Multimédi@ Gilles Brégant, le directeur général de l’Agence nationale des fréquences (ANFr) : « Oui, effectivement, le mois de juin 2019 verra s’effectuer la dernière tranche de libération de la bande 700 Mhz au profit des opérateurs mobiles. Les réaménagements de fréquences correspondants s’effectueront à partir du mardi 25 juin dans une zone située à proximité de Grenoble. A partir du 1er juillet, la bande sera utilisable par les opérateurs mobiles partout en métropole ».
Ce 29 juin marque ainsi la treizième et dernière phase (1) de la libération par la TNT des dernières fréquences de la bande des « 700 » au profit d’Orange, de SFR, de Bouygues Telecom et de Free. Cela s’est donc fait progressivement depuis octobre 2017, sachant que la région Ile-de-France fut la première à opérer – dès le 5 avril 2016 (phase dit « zéro ») – ces changements de fréquences nécessaires à la libération de la bande en question pour les services mobiles.
Cela a pu se faire grâce à la généralisation de la norme de compression numérique Mpeg4 et le passage à la TNT HD (haute définition). Cette opération a permis de réduire le nombre de canaux nécessaires à la diffusion de la TNT. La manœuvre a consisté, et comme ce sera encore le cas le 29 juin, à « déplacer les canaux de diffusion de la TNT en dehors de la bande des 700 Mhz, pour les concentrer sur les fréquences restantes (bande 470-694 Mhz) ». Cela concerne les téléspectateurs recevant la télévision par antenne râteau, qu’elle soit individuelle, en maison, ou collective en immeuble. Dans certains cas où il y aurait une perte de chaînes, il faut alors effectuer une recherche et une mémorisation des chaînes de la TNT (2). A moins de faire « pivoter » le foyer vers une réception alternative à la TNT, à savoir la « box » des fournisseurs d’accès à Internet (FAI) déjà bien implantée sur tout le territoire (en mode ADSL, VDSL2, câble ou fibre optique), sinon le satellite. Pour les télécoms, c’est l’opportunité d’utiliser ce « deuxième dividende numérique », le premier dividende numérique ayant été celui de la bande des 800 Mhz que l’audiovisuel avait déjà dû en 2011 abandonner (3). Mais avec l’arrivée de la 5G prévue commercialement à partir du premier semestre 2020, soit dans un an, les deux dividendes numériques pourraient ne pas être suffisant. Reste à savoir si l’actuel Premier ministre, Edouard Philippe (photo de gauche), arbitrera en faveur d’un troisième dividende numérique issu de la TNT. Mais s’il ne reste maintenant à l’audiovisuel que sa seule bande 470-694 Mhz, où aller chercher ces nouvelles « fréquences en or » ? Tout simplement en basculant l’ensemble de la télévision sur les réseaux très haut débit pour libérer entièrement les fréquences restantes de la TNT au profit de la 5G ! C’est en substance ce que vient de suggérer au gouvernement le président de l’Arcep, Sébastien Soriano (photo de droite). Auditionné le 3 juin dernier devant la commission de l’aménagement du territoire et du développement durable du Sénat, ce dernier a déclaré : «La 5G en zone rurale est un défi politique. Nous ne pouvons pas apporter de la 5G massivement en zone rurale tant que nous n’aurons pas plus de fréquences. Ne faudrait-il pas débloquer de nouvelles fréquences pour les opérateurs ? Il y a des fréquences basses utilisées par la TNT. Mais ces fréquences ne seraient-elles pas plus utiles pour la 5G ? ». Et Sébastien Soriano de faire un appel du pied au gouvernement : « C’est un choix politique, sous l’arbitrage du Premier ministre qui décide de l’attribution des fréquences entre les secteurs. Et à l’Arcep, nous serons ravis d’obtenir davantage de fréquences pour les financements ».

Devancer les discussions de la CMR 2023
Pourtant, en France, la loi modifiée de 1986 sur la liberté de communication prévoit que les fréquences audiovisuelles utilisées pour la TNT – affectées au CSA – ne peuvent pas être transférées à d’autres services « au moins jusqu’au 31 décembre 2030 ». Mais le président de l’Arcep semble vouloir lancer le débat dès maintenant, en prévision des discussions sur l’avenir de la bande UHF de la télévision à la conférence mondiale des radiocommunications (CMR) de fin 2023 et des rapports européens et français attendus pour 2025. @

Charles de Laubier

MVNO : Google Fi couvre l’Europe, dont la France

En fait. Le 10 décembre 2018, la firme de Mountain View a déposé un dossier d’enregistrement de la marque « Google Fi » auprès de l’Office de l’Union européenne pour la propriété intellectuelle (EUIPO). Depuis, les spéculations
vont bon train sur le lancement du service MVNO-Wifi en Europe… déjà couverte.

En clair. C’est de Munich, en Allemagne, que Google a déposé le 10 décembre
– via son conseil en propriété intellectuelle Grünecker – sa marque « Google Fi » (1), laquelle remplace le nom de « Project Fi » lancé en 2015 aux Etats-Unis en tant qu’opérateur mobile virtuel – MVNO (2). Google Fi s’appuie actuellement sur les réseaux 4G – en attendant la 5G (3) – de quatre opérateurs mobile que sont les américains Sprint, T-Mobile USA et US Cellular, d’une part, et, depuis deux ans, sur l’européen Three, d’autre part. Ce dernier, propriété du singapourien CK Hutchison
(ex-Hutchison Whampoa), apparaît comme la tête de pont de Google Fi en Europe,
y compris en France puisque Three a passé des accords de roaming avec Bouygues Telecom, Free Mobile et Orange.
C’est ainsi que les utilisateurs américains de Google Fi – dont le nombre n’est pas dévoilé, mais probablement encore limité – peuvent profiter de leur forfait en Europe, pour peu qu’ils aient un téléphone mobile compatible (Google Pixel, Samsung, LG, Moto, OnePlus, et, en bêta, iPhone). Google Fi se sent pousser des ailes avec ses quatre opérateurs hôtes et le recours à plus de 2 millions  de hotspots Wifi. Le géant
du Net affirme ainsi déjà couvrir « plus de 170 pays et territoires en dehors des Etats-Unis », dont les pays européens – y compris la France (4). Et ce, moyennant les mêmes forfaits et tarifs valables partout dans le monde, « sans coût supplémentaire », insiste Google : à partir de 20 dollars par mois (appels vocaux sur Wifi et SMS illimités), auxquels s’ajoutent les appels téléphoniques hors Wifi (0,20 dollar par minutes), les données Internet consommées (10 dollars par Go, gratuites au-delà de 6 Go par mois) et les appels internationaux.
En outre, Google a installé dans ses smartphones Pixel (modèles 2, 3 et 3 XL) sa propre carte numérique eSIM, reconnue par Sprint aux Etats-Unis, Airtel et Reliance Jio en Inde, Truphone et Gigsky à l’international, EE (ex-Everything Everywhere, filiale de BT) en Grande-Bretagne, et – « bientôt », a annoncé Google le 3 décembre dernier (5)– Deutsche Telekom et Vodafone en Allemagne. En France, où Orange et SFR discutent déjà avec Apple pour ses eSIM intégrées dans les iPhone XS/XR et l’iWatch (EM@ 197, p. 5), aucun accord n’est encore intervenu. En conjuguant MVNO, Wifi et eSIM, la filiale d’Alphabet est parée pour devenir opérateur mobile mondial et fin prête pour la 5G. @